La Canebière “jugée” par les Marseillais

La Canebière “jugée” par les Marseillais

Par Corinne Matias, 

article publié dans La Provence du 20/02/2016, repris avec l’autorisation de l’auteure

Mais où va La Canebière ?” c’est la question que l’on s’est posée la semaine dernière, en passant en revue les projets en cours (cinéma, hôtel…) et les fermetures de locaux programmées (Espace culture, Maison de la Région…) sur cette artère mythique ; beaucoup à Marseille s’interrogent sur l’avenir d’une avenue, certes emblématique, mais au faible pouvoir d’attraction. L’enthousiasme de Sabine Bernasconi, maire des 1er et 7e arrondissements, évoquant les futurs aménagements censés changer les choses est loin d’être contagieux.

la-canebiere-la-provence
©PH. P. NOSETTO

Les commerçants, principaux résidents de l’artère, veulent encore y croire. LaProvence vous a demandé de réagir et d’apporter vos idées pour une Canebière “idéale”; et vous avez été nombreux à réagir, par courrier et sur laprovence.com. Des témoignages qui prouvent que même si les Marseillais s’en sont un peu détournés, n’y habitent plus vraiment, ils restent concernés par son devenir.

Réactions sans concessions 

Vos réactions sont souvent sévères et sans concessions : “La seule voie qui donne sur la mer, voilà pourquoi elle était belle. Mais ceux qui ont géré Marseille depuis les années 70 l’ont conduite directement à la flotte”. “Réhabilitez Marseille, la Canebière sera réhabilitée d’elle-même”, estime Gogo9413. Sur le net, Bernist rebondit sur les termes employés par le maire de secteur, “propreté”,”sécurité”, “réappropriation” et lui demande de “développer”. 

Pour Alexleroy”Il faut d’urgence élaborer un plan pour tout le centre-ville!”Marginalrevient sur le projet de brasserie, “c’est l’Arlésienne. Pour sauver la Canebière, il faut aussi s’occuper des artères adjacentes. Il faudrait sauver le bd d’Athènes et Belsunce. C’est un travail de longue haleine”.

Beaucoup ont insisté sur les bâtiments insalubres à rénover, les hôtels meublés, la pauvreté, la saleté et les bazars, “les bouibouis, kebabs et vendeurs à la sauvette”, résume un internaute. Mily6913 assène “La ville nefait aucun effort pour mettre de la qualité là où il n’y a que médiocrité. À Belsunce, les commerces sont sans attrait pour une clientèle un peu plus relevée, les équipements publics jamais entretenus et on met six mois pour reboucher un trou dans la chaussée”. La saleté et les commerces à rénover sont un fait. Mais les marchands de kébabs et autres snacks sont beaucoup moins nombreux qu’il y a quelques années.

Suite:  http://www.laprovence.com/article/edition-marseille/3809480/la-canebiere-jugee-par-les-marseillais.html

Laisser un commentaire