Archives de
Mois : janvier 2017

Comme une fin de journée sur la Canebière

Comme une fin de journée sur la Canebière

30/01/17- –

Dimanche 29 janvier, 17H sur la Canebière, la circulation reprend peu à peu son cours, les klaxons retentissent et la sonnerie du tramway recommence. La visite augmentée de la Canebière se termine. Le rendez-vous donné à Belsunce avec les marcheurs de l’association Les Labourdettes et du Musée d’Histoire de Marseille prend également fin. Pourtant au même endroit, l’oeuvre participative d’Antoine Schmitt sera lancée à 17h30, la symphonie visuelle « City Lights Orchestra » fera scintiller toute la Canebière jusqu’à 22h30.

Au 10 Square Stalingrad, en face de l’Eglise des Réformés, la brasserie des Danaïdes est pleine à craquer et la soirée ne fait que commencer. Dehors comme dedans, les tables sont occupées et les verres se vident. L’événement proposé ici par la mairie du 1/7 : LE SON. C’est un rendez-vous musical fixé tous les derniers dimanches du mois… La brasserie est ouverte à tous bien entendu et accueillera onze concerts à compté d’aujourd’hui jusqu’en novembre prochain. Une programmation qui vise à montrer la richesse musicale (mais pas que) de Marseille… La cité Phocéenne n’a pas fini de vous surprendre… On commence donc aujourd’hui avec la « Women in love », les femmes sont à l’honneur aux Danaïdes de 17h à 22h… Restez bien éveillés !

Les premières à nous divertir : les Grandes Mothers. Deux jeunes femmes à la contrebasse, à la croisée du rock et du folk, pour le plus grand plaisir des yeux et des oreilles… Pour Camille, assise en terrasse, la soirée s’annonce plutôt bien : « Je suis venue ici avec mon compagnon car nous voulions assister aux concerts de ce soir devant un café ou même un plat pourquoi pas ! » Certains étaient donc partis pour rester une heure et ils resteront en fait jusqu’à la fin…

Un peu après les Grandes Mothers, la Chica… Au piano, cette jeune franco-vénézuélienne transmet émotions après émotions entre pensées abstraites et introspection poétique. De leur côté, Zenia Church et Marine Soleil proposent un nouveau projet « Swan in », ovni musical, musique magnétique et univers envoutant…

Lundi matin le nouveau « Broadway de Marseille » reprendra son cours habituel, avant de recommencer ses festivités le prochain dernier dimanche du mois. Patience !

Mathilde SERRA (IEJ)

Balade urbaine guidée sur la Canebière

Balade urbaine guidée sur la Canebière

29/01/17- –

Nicolas Memain, un autodidacte qui fait vivre l’architecture

En posture d’explorateur, Nicolas Memain, cet artiste-­‐marcheur de l’association du Bureau des Guides fait découvrir, les rues de la Canebière, sous le spectre de l’architecture. Dimanche, plus d’une trentaine de personnes ont participé à la balade.

©AMBRINE ZIANI En haut de la Canebière, devant le kiosque à musique de la place Léon Blum, un homme d’une quarantaine d’années, debout sur un morceau en béton, pochettes à rabat dans les mains, décrit la façade de l’église Saint-­‐Vincent de Paul les réformés. Sa voix, très portante, attire les passants, tous les yeux levés vers le ciel. « C’est dommage qu’il n’ait pas de haut-­‐parleur », lance timidement une sexagénaire,  son chien dans les bras. Les plus malins parviennent à se placer près de cet homme, visible au loin, de par sa veste fluo.

« Là où je vis, l’environnement bâti m’intéresse », confie Nicolas Memain, artiste-marcheur de l’association les Bureau des Guides GR2013 créée pour l’année Capitale de la Culture. Passionné par l’architecture, son apprentissage en autodidacte lui a permis de participer à des balades dans plusieurs artères de la ville. Et dans le cadre des Dimanches de la Canebière, Nicolas Memain a jeté un éclairage sur les maisons et les bâtiments de cette avenue.

De l’Eglise Saint-­‐Vincent de Paul les réformés au Palais de la Bourse, en passant par l’entrée du marché de Noailles, il révèle dans les moindres détails, l’histoire de la construction des bâtiments.

Au fil de la balade, des Marseillais, des touristes se greffent au cortège. « C’est en sortant de la brasserie Les Danaïdes, que j’ai vu cette foule », décrit cette jeune brésilienne, Cristina, en s’excusant de son mauvais français.©AMBRINE ZIANI

Malgré les gyrophares du Bataillon des Marins-­‐Pompiers et des incessants passages du tramway, l’explorateurpoursuit, toujours sur une touche d’humour. Devant la faculté de droit et de science politique, l’artiste sort de son sac en tissu, une pochette à rabat de couleur orange.

Des dizaines d’anciennes photographies de la ville numérotées, ont été rassemblées. « A l’époque, l’immeuble au-­‐dessus de l’université n’avait pas été construit à partir de briques en terre-cuite », décrit-il en montrant la photo. Deux heures trente après le début de la balade, les participants se font toujours aussi nombreux. Aux côtés de Nicolas Memain, ils ont cette soudaine impression de s’approprier la ville.

Ambrine ZIANI (IEJ)

La prochaine balade organisée par le Bureau des Guides 2013 se déroulera le dimanche 26 mars ( du Vieux-­‐Port aux réformés en passant par le Mucem).

 

Bon Vent à la Canebière

Bon Vent à la Canebière

29/01/17- – 

Les « Dimanches de la Canebière » ont commencé ce dernier dimanche de janvier sur une avenue entièrement piétonnisée. De 10 heures à 17 heures, les Marseillais ont redécouvert ce lieu emblématique autour d’une quarantaine d’animations.

©Charlotte TonnaMarseille a renoué avec sa vitrine d’antan. Ce dimanche matin, la Canebière a retrouvé de sa superbe lors de la première édition des dimanches de la Canebière.

« C’est vraiment magnifique ! », s’exclame Michelle, couturière de 63 ans, très émue devant la Parade d’ouverture. Comme elle, des milliers de personnes s’étaient regroupés sur la place Léon Blum pour admirer la cantatrice chanter tout le long de l’avenue, accompagnée d’« hommes-girafes » de plusieurs mètres de haut. Musique, chants et confettis rouges et noirs, tout était présent pour fêter l’ouverture de cette première édition.

Interdite à la circulation de 9 heures à 17 heures, les Marseillais ont repris possession de leur Canebière autour d’une quarantaine d’animations : des balades, de la danse, du théâtre, des expositions… (voir notre sélection).

©zalDe 30.000 personnes (estimation mairie) pour la parade en fin de matinée entre le kiosque et le théâtre de l’Odéon la fréquentation sur la journée a été estimée par les mêmes services à 50.000 promeneurs sur la Canebière. « Ça n’a jamais été aussi propre on ne se croirait pas à Marseille » s’exclame une passante félicitant un des 26 étudiants engagés par ma mairie pour le nettoyage et l’information aux promeneurs. « La plus belle avenue du monde reprend de la vie » se félicite Sabine Bernasconi. Elle a coupé le ruban de l’inauguration en présence du sénateur maire Jean-Claude Gaudin, de la présidente du département Martine Vassal et de nombre d’élus venus assister au lancement de ce projet qui a nécessité un an de préparatifs et dont l’idée avait déclenché des sarcasmes.

Sous le soleil, sur l’un des trottoirs de la Canebière, Charlotte et ses quatre enfants âgés de 3 à 8 ans s’amusent avec l’un des nombreux jeux en bois proposés par l’association Terre Ludique. « Ça fait plaisir de voir que ces jeux les intéressent, s’exclame Charlotte tout sourire, surveillant d’un œil sa petite dernière s’amuser avec des constructions en bois. Je ne pensais pas que cette journée serait aussi intéressante. La Canebière fait toujours un peu endormie et terne, maintenant ça bouge ! ».

©zalFace à la famille, de l’autre côté du trottoir, Axel, et sa petite amie, tous deux en LEA  à Marseille, se régalent devant les nombreux stands du marché provençal. Une barquette de raviolis à la bouillabaisse à la main, il affirme n’avoir jamais pensé voir la Canebière comme ça un jour. « Ça fait vraiment plaisir, j’aimerais qu’il y ait des animations plus souvent, ça rendrait l’endroit beaucoup plus attractif. Après, on ira faire un tour du côté des balades urbaines, j’ai envie d’en savoir plus sur cette rue ».

Non loin de là, au théâtre du Gymnase, Louise est ravie : « C’est Marseille ! Y a des vieux, des jeunes, des bébés, des noirs, des blancs…. Marseille quoi, tout simplement… »

Les Dimanches de la Canebière reprendront le dernier dimanche du mois de février, avec de nouvelles activités prévues.

Mathilde MINGUILLON (IEJ)

Les « Dimanches de la Canebière » ont commencé

Les « Dimanches de la Canebière » ont commencé

Les « Dimanches de la Canebière » ont commencé ce dernier dimanche de janvier sur une avenue entièrement piétonnisée. De 10 heures à 17 heures, les Marseillais ont redécouvert ce lieu emblématique autour d’une quarantaine d’animations.

Cie Off et ses girafes

Cie Off et ses girafes

28/01/17- –

La compagnie Off pratique le théâtre de rue depuis 30 ans . Elle compose et créer en mélangeant deux univers, l’opéra et le cirque.

Le 29 janvier, à l’occasion du premier des Dimanches de la Canebière, c’est elle qui présentera le spectacle-parade des girafes. “C’est un troupeau de girafes rouges qui évolue selon la cadence amplifiée d’un mouvement au ralenti” explique Damien Blanchet , chargé de production.

visuel girafesPassionné par ces grandes africaines, le concepteur des spectacles et metteur en scène Philippe Freslon affirme vouloir exprimer un besoin d’évasion face à l’enfermement. Il s’est également inspiré du fameux opéra-comique “Carmen”.

Invitée par l’association marseillaise Karwan, la Cie Off vient de Tours. Les costumes et décors sont fabriqués artisanalement. La balade des ruminants au long cou, accompagnée des vocalises d’une diva, promet   une représentation grandiose!

Danaé Pestel (IEJ)

 

 

Living Lab sur la Canebière

Living Lab sur la Canebière

« Création d’un Living Lab à ciel ouvert sur la Canebière, lieu d’expérimentation et de diffusion des innovations dans la ville » a annoncé Sabine Bernasconi. Il suffit  de télécharger l’application “Divercities” sur Apple Store ou Android Market et de se laisser guider. C’est une nouvelle application mobile de découverte de contenus culturels et d’exploration du territoire qui sera proposée et testée pour la première fois à Marseille. Suivront ensuite d’autres grandes villes d’Europe.

La Canebière Laboratoire d’Innovations Culturelles

La Canebière Laboratoire d’Innovations Culturelles

A l’occasion des Dimanches de la Canebière les marseillais et les touristes de passage dans la cité phocéenne pourront découvrir l’application gratuite Divercities en exclusivité mondiale annonce la ville dans son dossier de presse présentant les dimanches de la Canebière.

C’est une nouvelle application mobile de découverte de contenus culturels et d’exploration du territoire qui sera proposée et testée pour la première fois à Marseille. Suivront ensuite d’autres grandes villes d’Europe.

Développée par la coopérative 1D Lab dans le cadre du projet européen Future Divercities, elle a été mise en place à Marseille par l’association Descabestra (membre de la coopérative) avec le soutien du Conseil Départementa. Divercities entend mettre en lumière la créativité et la richesse des artistes émergents. En choisissant Marseille comme le laboratoire de son innovation culturelle, Descabestra (éditeur de l’application) s’associe donc à l’événement « Dimanches de la Canebière ». Elle propose un service ludique et interactif permettant de visualiser des contenus culturels disséminés dans le centre-ville.

Le système s’appuie pour cela sur une interface de type « capsule ». Des « capsules créatives » seront éparpillées sur toute la Canebière et visibles sur une carte : ces sélections culturelles géolocalisées pourront, grâce à un smartphone ou une tablette, être collectées et téléchargées gratuitement par les visiteurs et les habitants. Les usagers pourront ainsi découvrir un contenu culturel accessible dans leur périmètre, matérialisé sous la forme de sélections de musiques, de vidéos, de textes permettant de faire écho à la programmation, aux lieux emblématiques de chaque dimanche ou plus largement au patrimoine culturel de la ville. « Divercities est une application au croisement de la culture et de la ville connectée.

“Il ne s’agit pas d’une chasse au pokemon ni d’une capture de QRCodes disséminés dans la ville et en particulier dimanche 29 janvier sur la Canebière mais de suivre les indications données par la carte sur son smartphone” a déclaré Cédric Claquin en complément du dossier de presse. “Pour télécharger cette carte il suffit  de télécharger l’application “Divercities” sur apple store ou android market et de se laisser guider”, a-t-il ajouté. C’est une première et il y aura certainement des imperfections mais le public est invité à essayer ce nouveau mode de communication interactif. L’objectif est de venir enrichir la programmation des Dimanches de la Canebière via un contenu unique », précise Cédric Claquin, Responsable de l’association Descabestra dans le dossier de presse.

L’application propose un véritable modèle de rémunération complémentaire pour les créateurs (artistes, producteurs, labels, maison d’édition). Elle se revendique ainsi comme un moyen alternatif de faire découvrir les lieux clés et les points d’intérêts des grandes agglomérations Européennes, et ici du centre-ville marseillais. Mélangeant des capsules à durée limitée (activités, ateliers, événements) et permanentes (lieux hors du commun, architecture, complexe historique…), l’application permettra à l’usager de déambuler dans le centre-ville en découvrant sur son chemin différentes capsules culturelles.

L’objectif à terme pour Sabine Bernasconi est « la création d’un Living Lab à ciel ouvert sur la Canebière, lieu d’expérimentation et de diffusion des innovations dans la ville.

 

Les « Dimanches de la Canebière » sous haute sécurité

Les « Dimanches de la Canebière » sous haute sécurité

Les neuf « Dimanches de la Canebière » de l’année 2017 se dérouleront sous haute surveillance policière. La ville de Marseille, en partenariat avec plusieurs acteurs, ont défini un plan de sécurité. Des moyens techniques, physiques et matériels ont été mobilisés, a rappelé Caroline Pozmentier, adjointe à la Sécurité de Marseille lors d’un entretien accordé mardi dans son bureau du Conseil Régional dont elle est aussi vice-présidente (LR).

Il y a six mois, la préparation de l’Euro 2016 de football s’était faite sur la sécurité, notamment aux abords des fan zones installées dans plusieurs villes hôtes. L’histoire se répète pour les derniers dimanches du mois, de 10h00 à 17h00. « Le but est de déterminer un lieu inaccessible avec des obstacles, pour éviter que des véhicules puissent entrer dans le périmètre », souligne Caroline Pozmentier qui est également chargée de la prévention de la délinquance dans son parti politique Les Républicains.
Ce périmètre englobe la Canebière et les rues, Papere, Henri Messerer et Vincent Scotto (1er). Dans le cadre du programme de piétonisation de « cette artère principalement historique » décrit Caroline Pozmentier. La ville s’est donc dotée d’un important dispositif de sécurité.

©Ambrine Ziani
Caroline Pozmentier

Plusieurs plans de circulation ont été travaillés et le stationnement sera réglementé du 27 au 29 janvier, de 18 heures à 18 heures. Les 10.000 personnes attendues, dimanche 29 janvier sur la Canebière seront encadrées par de multiples policiers nationaux, municipaux et agents de sécurité.

« Organiser des évènements à la hauteur des enjeux »

Malgré l’état d’urgence, qui a été prolongé jusqu’au 15 juillet prochain, la ville tient tout de même à programmer les « Dimanches de la Canebière ». Pour Caroline Pozmentier, la sécurité va plus loin : « Lorsqu’une ville est sûre, une ville se développe, car la meilleure des sécurités, c’est celle qui est faite par nous, concitoyens, qui avons confiance en notre ville ».
Cette première des derniers dimanches du mois permettra aux élus de dresser un premier bilan. «Nous saurons dès le lendemain, dans le cadre d’une réunion de débriefing avec le Préfet de police – Laurent Nuñez- voir si nous devons revoir le dispositif à la hausse, le maintenir et si l’animation doit se faire dans les mêmes conditions », annonce l’adjointe au maire, chargée de la sécurité publique. L’objectif étant toujours, « d’organiser des évènements à la hauteur des enjeux», ajoute-t-elle.

Ambrine Ziani (IEJ)

Les moyens humains et matériels mis en oeuvre

Nouveau document 14

 

– Outre la présence de la police Nationale qui n’est pas de la compétence de la Ville, plus d’une vingtaine de policiers municipaux seront dédiés uniquement au périmètre défini a déclaré Mme Pozmentier
– 10 agents de sécurité avec des véhicules légers aux abords de la zone interdite au stationnement à la circulation
– 25 agents de sécurité piétons en sécurisation
– Plus de 120 barrières
– 15 caméras en service dans le périmètre qui fonctionnent avec les 950 caméras de la ville

AZ/

Dame Canebière se prépare

Dame Canebière se prépare

Quand Dame Canebière se prépare

Tous les derniers dimanches du mois, exceptés juillet, août et décembre, la mythique artère de Marseille sera le centre de l’attention. Le Dimanche 29 Janvier est la toute première de ces mises à l’honneur mensuelles.

Un an de prises de rendez-vous

C’est un travail de fourmi que la Mairie du 1/7, la Mairie centrale et les bénévoles réalisent afin d’apprêter Dame Canebière à sa première grande sortie du Dimanche.

“J’ai froid dit l’amoureux rentrons” 2007 T.M sur papier ©J-J.S.
Haut de Canebière où aura lieu l’inauguration ©Jean-Jacque Surian

Ce projet représente une volonté de faire redécouvrir la fameuse Canebière, aux Marseillais et aux visiteurs, au travers des animations associatives et culturelles. Trente et une structures participent sur toute la journée du dimanche 29, assurant quarante-deux évènements.

Fabrice Durand, conseiller technique de la Mairie du 1/7, explique: “Nous ne sommes pas simplement sur du festif, mais dans un esprit de valorisation de l’existant patrimonial culturel et urbain”.

Une année de préparation logistique a été nécessaire. Il a fallu s’organiser avec les associations et gérer la programmation qui en découle. L’Université a également soutenu très tôt ce projet, sûre de l’engouement des étudiants pour cette explosion d’évènements culturels!

Aussi mis en œuvre pour l’occasion, nous assisterons au premier lancement mondial de l’application Divercities, développé par 1D Lab et mis en place à Marseille par l’assocation Descabestra. Elle vise à faire découvrir le contenu culturel d’un territoire, comme un GPS de la culture.

Diverses réunions avec les services de police et de sécurité se sont déroulées afin de prévoir au mieux la sécurité de l’évènement, qui sera chronique.

Une semaine de mise en beauté

“Concernant les infrastructures, nous souhaitions privilégier l’existant, mais nous installerons quelques constructions légères, comme des kiosques à musique”, précise Mr.Durand.

Des salles du théâtre de l’Odéon, de la Faculté de Droit, de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCIMP) devraient héberger des représentations artistiques telles que des spectacles, expositions, évènements musicaux..

Depuis quelques jours, le processus s’enclenche petit à petit. Distributions de tracts réunions des élus de sécurité et du protocole, récapitulation de la programmation. Tout doit être prêt!

Les derniers détails se discutent avec la RTM, la police, les secouristes… Chacun s’adonne à sa tâche. Mais c’est la veille, le samedi, que beaucoup doit être fait pour la mise en place des associations et l’organisation finale pour que la belle Canebière qui fête cette année ces 90 ans renoue enfin avec les Marseillais. Dimanche s’annonce comme une journée ensoleillée.

Danaé PESTEL (IEJ)