la Canebière se veut festive et piétonne un dimanche par mois

la Canebière se veut festive et piétonne un dimanche par mois

Mercredi 18/01/2017 La Provence, par Marie-Ève Barbier

Entourée de responsables économiques et culturels, le maire Sabine Bernasconi a présenté hier les Dimanches de La Canebière. Première le 29 janvier

aréopage dimanches

Autour du maire de secteur Sabine Bernasconi, les acteurs économiques et culturels qui participent à l’opération. © DR La Provence

C’est un serpent de mer à Marseille qui refait surface régulièrement : La Canebière retrouvera-t-elle son lustre et son animation d’antan ? Maire LR des 1er et 7e arrondissements, Sabine Bernasconi lance les Dimanches de La Canebière, une opération présentée hier au théâtre de l’Odéon, en présence d’acteurs culturels, comme Dominique Bluzet, directeur du théâtre du Gymnase et des Bernardines, de Karwan, opérateur des arts de la rue à qui l’on doit le spectacle Entre flammes et flots sur le Vieux-Port en 2013, mais aussi d’acteurs socio-économiques, dont Jean-Luc Chauvin, patron de la CCI, ou d’Yvon Berland, président de l’université d’Aix-Marseille. “Le centre-ville possède une identité culturelle, patrimoniale forte, les Dimanches de La Canebière sont là pour la révéler et montrer ce qu’il a de meilleur, a affirmé Sabine Bernasconi. Je remercie tous les acteurs culturels d’avoir bien voulu faire converger leur calendrier pour faire vivre cet événement.” Elle a, notamment, remercié l’association POC (Portes ouvertes Consolat): “Leur esprit festif et de proximité a inspiré les Dimanches.”

La piétonnisation

Elle sera effective tous les derniers dimanches de chaque mois à partir du 29 janvier, de 9 h 30 à 17 h 30, sauf en juillet-août et le 31 décembre 2017. Elle s’étend de la rue Albert-Ier aux Réformés, avec un seul axe traversant, Dugommier. Cette mesure satisfait largement les commerçants.

“Plus de culture et de piétonnisation vont dans le bon sens !”, s’exclame Guillaume Sicard. Avec un bémol pourtant : “L’événementiel ne peut faire oublier des dossiers de fond, notamment la propreté du centre-ville.”

“un quartier latin”

C’est l’image utilisée par Dominique Bluzet, patron du Gymnase, ce beau théâtre à l’italienne de La Canebière, en rappelant que le quartier concentre deux facultés, deux théâtres (avec celui des Bernardines), le lycée Thiers, deux librairies. Il a passé commande à l’artiste Jean Faucheur pour réaliser des portraits d’enfants et d’adolescents sur les murs des rues du Théâtre-Français et sur les rideaux de fer de la rue Guy-Môquet.

Marie-Ève Barbier

(…) La suite

 

Laisser un commentaire