Balade urbaine guidée sur la Canebière

Balade urbaine guidée sur la Canebière

29/01/17- –

Nicolas Memain, un autodidacte qui fait vivre l’architecture

En posture d’explorateur, Nicolas Memain, cet artiste-­‐marcheur de l’association du Bureau des Guides fait découvrir, les rues de la Canebière, sous le spectre de l’architecture. Dimanche, plus d’une trentaine de personnes ont participé à la balade.

©AMBRINE ZIANI En haut de la Canebière, devant le kiosque à musique de la place Léon Blum, un homme d’une quarantaine d’années, debout sur un morceau en béton, pochettes à rabat dans les mains, décrit la façade de l’église Saint-­‐Vincent de Paul les réformés. Sa voix, très portante, attire les passants, tous les yeux levés vers le ciel. « C’est dommage qu’il n’ait pas de haut-­‐parleur », lance timidement une sexagénaire,  son chien dans les bras. Les plus malins parviennent à se placer près de cet homme, visible au loin, de par sa veste fluo.

« Là où je vis, l’environnement bâti m’intéresse », confie Nicolas Memain, artiste-marcheur de l’association les Bureau des Guides GR2013 créée pour l’année Capitale de la Culture. Passionné par l’architecture, son apprentissage en autodidacte lui a permis de participer à des balades dans plusieurs artères de la ville. Et dans le cadre des Dimanches de la Canebière, Nicolas Memain a jeté un éclairage sur les maisons et les bâtiments de cette avenue.

De l’Eglise Saint-­‐Vincent de Paul les réformés au Palais de la Bourse, en passant par l’entrée du marché de Noailles, il révèle dans les moindres détails, l’histoire de la construction des bâtiments.

Au fil de la balade, des Marseillais, des touristes se greffent au cortège. « C’est en sortant de la brasserie Les Danaïdes, que j’ai vu cette foule », décrit cette jeune brésilienne, Cristina, en s’excusant de son mauvais français.©AMBRINE ZIANI

Malgré les gyrophares du Bataillon des Marins-­‐Pompiers et des incessants passages du tramway, l’explorateurpoursuit, toujours sur une touche d’humour. Devant la faculté de droit et de science politique, l’artiste sort de son sac en tissu, une pochette à rabat de couleur orange.

Des dizaines d’anciennes photographies de la ville numérotées, ont été rassemblées. « A l’époque, l’immeuble au-­‐dessus de l’université n’avait pas été construit à partir de briques en terre-cuite », décrit-il en montrant la photo. Deux heures trente après le début de la balade, les participants se font toujours aussi nombreux. Aux côtés de Nicolas Memain, ils ont cette soudaine impression de s’approprier la ville.

Ambrine ZIANI (IEJ)

La prochaine balade organisée par le Bureau des Guides 2013 se déroulera le dimanche 26 mars ( du Vieux-­‐Port aux réformés en passant par le Mucem).

 

Laisser un commentaire