Archives de
Mois : février 2017

Les Dimanches de la Canebière: réactions de commerçants 

Les Dimanches de la Canebière: réactions de commerçants 

28/02/17

Les Dimanches de la Canebière: qu’en pensent les commerçants de la grande artère? Deux jours après la seconde édition, une visite des commerçants ouverts pour l’occasion s’impose. Les boutiquiers se sont donc livrés au sujet du dimanche 26 février dans leur rue…

Nostalgie du Dimanche de janvier chez certains

“La première édition, en janvier, était mieux. Cette fois-ci, le dimanche 26 février, nous n’avions pas grand intérêt à être ouverts. Il n’y avait plus d’animations sur le haut de la Canebière, c’est dommage car l’idée est bonne, il est temps de la raviver cette Canebière”, s’attriste Christelle de la librairie Maupetit. Plus on remonte la Canebière en partant du Vieux-Port, plus cet avis est partagé.

La célèbre pâtisserie Plauchut n’a pas participé mais c’est sans regrets : “Nous n’étions pas ouverts car en vacance, mais ma mère qui vit au-dessus, me disait qu’il ne se passait rien! En Janvier nous avions eu droit au départ des Girafes rouges et cette fois, rien…de marquant, du moins!”. La pâtisserie, adjacente à l’église des Réformés, est ouverte depuis 1820 et c’est la plus ancienne de Marseille. La responsable continue: “L’idée des Dimanches de la Canebière est très bonne. Je pense que cela peut vraiment faire redécouvrir l’artère aux Marseillais. Mais il faut continuer avec la même ferveur que lors du dimanche d’inauguration en janvier”.

©Danaé Pestel
La Cure Gourmande

No comment” et satisfaction chez d’autres

Sur une autre note, la Cure Gourmande située au 19 de la Canebière et donc beaucoup plus proche du Vieux-Port, est ravie. Gilles, le responsable de la confiserie, parle d’une “journée porteuse, où l’on retrouve la Canebière vivante et on constate une évolution de notre clientèle”. Il s’explique: “Habituellement elle est plutôt touristique, mais lors des Dimanches de la Canebière, nous servons beaucoup plus de locaux, sortis en famille. C’est une très bonne ambiance”.

Le snack des Jumeaux est tenu par Imam et son épouse. Pour eux, l’événement est ©Danaé Pestelune bonne chose: “D’habitude le dimanche c’est un jour mort. Grâce aux activités présentes, il y a beaucoup plus de monde, les passants se baladent, ils regardent un peu partout, c’est vivant. On est très content et on espère que ça va continuer!”.

Yves est bouquiniste sur le haut de l’artère. Pour lui, cet épisode du dernier dimanche du mois est essentiel. “Il faut absolument ré-embellir la Canebière parce qu’elle est de plus en plus pauvre et de faire venir les Marseillais et les touristes pour l’occasion, c’est très bien pour les commerçants. Puis cela fait sortir les gens de l’isolement de chez eux, ils viennent se promener”.

©Danaé PestelChez Toinou est une institution à Marseille. On y propose des coquillages et crustacés depuis 60 ans. “C’est indéniable que cela a amené du monde en plus, il y a du passage. On a donc adapté notre mode de fonctionnement pour que les clients puissent choisir, puis se faire ouvrir, cuire, préparer leurs fruits de mer à l’étalage, à l’extérieur, alors qu’habituellement tout se fait dans le restaurant”.

Reste à suivre l’évolution des Dimanches dans les prochains mois…

Danaé PESTEL (IEJ)

A Marseille, la Canebière a ressorti ses habits du dimanche

A Marseille, la Canebière a ressorti ses habits du dimanche

27/02/17

La deuxième édition des “Dimanches de la Canebière” a trouvé son public

À 14 h, les sardines étaient “finies“, comme on pouvait le  lire sur ce stand qui proposait de les déguster par cornet, à l’angle de la rue Saint-Ferréol. Preuve d’un certain succès pour la deuxième édition des Dimanches de la Canebière.

©David Rossi La Provence
voitures mât Canebière

Hier après-midi, il était effectivement doux de déambuler sur l’artère emblématique de Marseille. En bifurquant cours Belsunce pour admirer des équilibristes sur une “slackline” tendue entre deux des tours Labourdette, accompagnés par une fanfare éparpillée entre les 10e et 17e étages des deux immeubles. En prolongeant jusqu’au kiosque à musique, où un funambule, encouragé par un public nombreux, prenait son courage à deux mains au son du didgeridoo. En revenant à Noailles où de drôles de “voitures à mâts” étaient prises d’assaut par deux acrobates en kimono qui voltigeaient avec souplesse sous les regards admiratifs des spectateurs.

Lire la suite de l’article de dans La Provence du 27/02/17

La Marseillaise: Une #Canebière ludique et artistique le dimanche

La Marseillaise: Une #Canebière ludique et artistique le dimanche

27/02/2017
Cirque, musiques, « slack line » entre les tours Labourdettes, jeux, marchés… ont investi les « Dimanches de la Canebière » proposés par la mairie de secteur des 1-7. Diversité des propositions et ambiance familiale. marseille
©Journal La Marseillaise
Acrobaties et « mâts-voitures » sur la Canebière ©J.-F.A.

Un soleil printanier pour une Canebière rendue aux piétons, comme ce sera désormais le cas le dernier dimanche de chaque mois : tel était le visage de la plus célèbre artère de Marseille hier. Seuls les tramways pouvaient la traverser, parfois en attendant qu’un spectacle de rue se termine. C’était le cas avec les artistes de Terya Circus, vêtus du maillot rouge de l’équipe nationale de Guinée, qui prolongeaient la Biennale du cirque avec leurs acrobaties suscitant moult commentaires élogieux : « Tu as vu, ils sont forts », glissait un père à sa petite fille.à deux pas de la déambulation des acrobates et musiciens guinéens, la compagnie Archaos, à l’origine de la Biennale, proposait ses ateliers « fil de fer » en initiant les bouts de chou à l’art de l’équilibre. Quelques adultes s’y risquaient, pas forcément plus à l’aise. Moralité : il n’y a que chez certains politiciens que le funambulisme fait figure d’art spontané. L’acrobatie, on peut aussi la pratiquer sur un mât, lui-même juché sur une vieille voiture de toutes les couleurs, comme l’ont brillamment démontré les trois artistes d’Archaos qui ont provoqué un bel attroupement. Avec applaudissements nourris au coup de klaxon qui marque la fin du spectacle.

Lire la suite de l’article de Jean-François Arnichand dans La Marseillaise du 27 février 2017

 

Un dimanche mitigé sur la Canebière

Un dimanche mitigé sur la Canebière

26/02/17

Après le franc succès du 29 janvier dernier, le nouveau « Dimanche de la Canebière » était attendu par bon nombre de marseillais. Pour la deuxième fois cette année, la célèbre avenue a retrouvé de sa superbe, mais tout n’était pas parfait.

Après l’énorme succès du premier « Dimanche de la Canebière » en janvier, les marseillais ont encore montré leur engouement en ce 26 février. « Nous sommes venus en famille le mois dernier et tout le monde avait adoré la journée », s’enthousiasme Benoit, jeune père de famille. « Aujourd’hui, mes deux filles ont adoré l’activité où elle devaient marcher sur un fil et bien évidement tout ce qu’il se passe du coté de Terre Ludique ».

Si les nombreux jeux proposés par Terre Ludique étaient encore plébiscités ce dimanche, ce sont bien les stands du marché provençal qui ont ravi les gourmands venus en nombre. Raviolis maisons, hot dog, cabane à boulettes… il y en avait pour tous les goûts. Mais la grande star de ce 26 février était sans conteste le cornet de sardines. Certains ont fait jusqu’à 20 minutes de queue pour arriver à décrocher le met tant espéré. Un succès particulièrement inattendu pour le « capitaine » du petit stand : « tout est parti en une heure, c’était incroyable ! On doit fermer boutique pour aujourd’hui mais la prochaine fois, on sera là avec bien plus de réserves. »

« Personne n’est au courant qu’il y a des expositions géniales »

Mais tout n’était pas parfait ce dimanche. Si les organisateurs peuvent se féliciter de l’agrandissement du marché provençal, ils vont devoir se pencher sur une problématique plus culturelle pour le mois prochain : « Je ne comprends pas pourquoi les ateliers culturels ne sont pas au milieu de la Canebière comme tout le reste, s’indigne Élise, étudiante en art. Elle poursuit : « personne n’est au courant qu’il y a des expositions géniales juste à côté, le plan donné par la mairie est très mal fait ».

Mais pas de quoi décourager Sabine Bernasconi, maire des 1er et 7ème arrondissements de Marseille. Pour elle : « ce deuxième « Dimanche de la Canebière » n’est que le début de l’aventure. Nous allons faire en sorte que chaque dernier dimanche du mois soit une franche réussite ». Le rendez-vous est donc pris pour le 26 mars prochain…

Vincent Volume (IEJ)

La Marseillaise: les arts du cirque entrent en piste sur la Canebière

La Marseillaise: les arts du cirque entrent en piste sur la Canebière

Pour fêter ses 90 ans, l’avenue emblématique de Marseille devient un lieu de culture à ciel ouvert. Pour la seconde édition dimanche 26 février, c’est le cirque qui est à l’honneur.

Oubliez les graffitis. Dimanche 26 février, l’art de la rue sera le cirque. Cette 2e édition des « dimanches de la Canebière » se veut « dans la prolongation de la biennale internationale du cirque », explique Sabine Bernasconi, maire LR des 1er et 7e arrondissements.

Chaque dernier dimanche du mois l’emblématique avenue de Marseille est rendue aux piétons. À moins que ceux-ci ne préfèrent les fils tendus par l’association d’arts du cirque Archaos et s’improvisent funambules. Des animations offertes aux passants afin de re dynamiser une artère qui avait quelque peu perdue de son charme.

 Lire la suite de l’article du 19 février 2017 d’Anaïs Robert (…)