Secrète rue Consolat

Secrète rue Consolat

03/05/2017- –

A deux pas de l’Eglise Saint-Vincent de Paul, se trouve la rue Consolat, qui s’étend du haut de la Canebière jusqu’au Palais Longchamp et son Musée des Beaux arts. Une longue rue qui renferme quelques secrets et de nombreuses galeries et studios d’artistes.

Des garages de la rue Consolat, à l’abri des regards, sont transformés en ateliers d’artistes ou en galeries d’art. En traversant la rue, vous découvrirez des devantures de garages fermés mais décorées, chacune à sa manière, ou peut être aurez-vous la chance de découvrir les entrailles de cette rue, comme par exemple, un vieux monsieur en train de ranger ses outils, la porte de son garage entre ouverte. En cas de rue déserte, le bar de l’association Casa Consolat accueille chaleureusement les visiteurs dans un décor d’artistes. Tout près d’ici, dans le cours Joseph Thierry, la galerie POC organise des expositions d’artistes en tous genres mais fait aussi office de lieu de détente et de relais d’information. Ancienne galerie Andiamo elle a changé de nom et pris celui de POC pour s’accorder avec le Festival Portes Ouvertes Consolat (POC) qu’elle organise chaque année pour mettre à l’honneur les quartiers des hauts de Canebière. La galerie est aussi l’un des acteurs des Dimanches de la Canebière.

A près sa visite de la 11ème édition du Festival POC en octobre dernier avec Christophe Lepoultier Président de POC Sabine Bernasconi s’était déclarée enthousiaste devant la réussi de ce festival créant un “village artistique au cœur de Marseille avec 120 artistes, 62 lieux, 150 événements à découvrir tout un week-end dans le quartier Réformés – Longchamp”. Dans ses déclarations de lancement des “dimanches de la Canebière” fin 2016 la maire de secteur ne s’était pas cachée de s’être inspiré du festival POC pour lancer ses opérations de reconquête du centre ville par les marseillais grâce à des actions culturelles.

La galerie POC : entre art et amour, il n’y a qu’un pas

Dimanche, à l’occasion de la quatrième édition des dimanches de la Canebière, la galerie POC s’est transformée en exposition à ciel ouvert. Malgré le temps un peu morose, les visiteurs ont été attirés par les nombreuses œuvres présentées par des artistes régionaux, toutes aussi différentes les unes que les autres en matière de style, de matériau ou de taille. Les passants ont aussi été attirés par deux distributeurs assez originaux. A l’image des distributeurs de bonbons pour les enfants, ici, il fallait insérer une pièce de deux euros pour obtenir un jeu à gratter particulier : un mot d’amour. Ainsi, les petits papiers à gratter faisaient apparaître des messages tels que « Je t’aime » ou « Tu me manques ».  L’autre distributeur proposait quant à lui des lettres d’amour. Une pièce, et hop, une lettre d’amour prête à l’emploi. Alors pour tous ceux qui sont en panne d’inspiration, plus d’excuse, la solution est à la galerie POC.

Flora Lefèvre (IEJ)

Laisser un commentaire