Archives de
Mois : décembre 2017

Visite en images de l’expo d’Arles au J1 🗓

Visite en images de l’expo d’Arles au J1 🗓


Le nouveau hangar J1, laissé à l’abandon depuis 3 ans, est enfin réaménagé. Il est représente le “Symbole du passé industriel et portuaire de Marseille” selon le site “made in Marseille”.

Les livraisons portuaires ont laissé place à des allers lumineuses dans cet espace de 22.000 m² sur trois niveaux en avancée sur la mer aux murs blancs, pour mettre en lumière des expositions, à l’image du lieu, témoins des vestiges d’un passé proche qu’il ne faut pas oublier. Un réaménagement est prévu pour 2020, des opérations de mécénat et des soirées privées occuperont ainsi tout l’espace.

La nostalgie de la saison estivale est palpable, 3 mois après a la fin de l’été. Le J1 à donc décidé d’installer les rencontres de la photographie jusqu’au 7 janvier, qui avaient su régaler les yeux des visiteurs à Arles en Juillet et Août.

Ce sont 8 expositions qui mettent en avant “Le monde tel qu’il va ! “. Des artistes, originaires des quatre coins de la planète racontent à travers leurs photographies, toute la complexité du monde géopolitique d’aujourd’hui. Ils dénoncent tous les maux de notre société, en partant des catastrophes naturelles, industrielles ou encore sanitaires. Par la contradiction entre la beauté esthétique de les œuvres et les horreurs de la guerre qu’elles mettent en avant. Chaque création artistique représente le regard amer que les artistes portent sur notre monde.

Nous vous proposons en images, une petite promenade du début à la fin de l’exposition avec l’aimable autorisation des organisateurs.

affiche photos J1

 

Note d’intention par l’équipe des Rencontres d’Arles

L’avenir du J1 : Appel à projet du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM)

Repas de noël pour les plus démunis sur la Canebière

Repas de noël pour les plus démunis sur la Canebière

emmaus
1513960378_capture-d-e-cran-2017-12-22-a-17.28.53
Capture d’écran La Provence

À l’initiative d’Emmaüs Pointe-Rouge, plusieurs dizaines de sans-abri et les plus démunis ont eu droit à un repas de fête en haut de la Canebière. Au menu: dinde, gratin dauphinois et bûche au chocolat. Cette nouvelle opération devenue annuelle, placée sous une photo de l’Abbé Pierre, organisée par Emmaüs Pointe rouge avec une cinquantaine de bénévoles s’est déroulée dans une ambiance très conviviale.

A consulter également l’article de La Marseillaise

Concours selfies Canebière centre-ville

Concours selfies Canebière centre-ville

TU ES L’AMOUR DE MA VILLE !

1200x630_teasing_fb_cci_centrevilleA l’occasion des fêtes de Noël et à quelques semaines de l’ouverture de MP2018 Quel Amour, le centre-ville de Marseille s’apprête à se parer de rouge… A cette occasion, le grand public est invité à déclarer sa flamme au centre-ville de Marseille en participant à un concours selfie sur Instagram du 22 au 24 décembre, a annoncé la Chambre de Commerce dans un communiqué.

2 000 ballons rouges devaient habiller, dès le vendredi 22 décembre au matin, les rues et le mobilier urbain du centre-ville. Des milliers de flyers aux couleurs de l’opération seront également distribués au cours du week-end pour inviter le public à participer au concours.

CONCOURS SELFIE #LAMOURDEMAVILLE

 1/ se prendre en photo avec le ballon ou le flyer aux couleurs de l’opération.

2/ publier la photo sur instagram avec le hashtag #lamourdemaville et suivre le compte @lamourdemaville

3/ obtenir un maximum de like et gagner un week-end LOVE à Marseille

Initiée par la CCI Marseille Provence, cette animation festive s’inscrit dans la démarche collective Ambition centre-ville qui vise à redynamiser le centre-ville de Marseille.

« Nous voulons faire du centre-ville une vitrine de notre métropole, reflétant son ouverture à l’international et son art de vivre, explique Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence. A la CCI Marseille Provence, nous aimons ce cœur de ville, nous en sommes fiers et nous le disons « Tu es l’amour de ma ville ! » Jean-Luc Chauvin, président de la CCIMP qui a lancé cette opération vendredi matin depuis la Canebière. Pour nous préparer à vivre MP2018, le Palais de la Bourse porte cette déclaration d’amour jusqu’en début d’année prochaine et nous invitons tous les Marseillais et les visiteurs à déclarer leur flamme. ».

A la fois levier d’image, d’attractivité, de développement économique et de commerce, les centres-villes doivent faire leur révolution. Connectés, sécurisés, attrayants, commerçants, … la redynamisation des centres-villes figure au rang des priorités de Jean-Luc Chauvin et son équipe, précise-t-on à la CCIMP.

Revue: Cinéma Artplexe Canebière prévu en 2019

Revue: Cinéma Artplexe Canebière prévu en 2019

Revue Le Moniteur du 19 décembre 2017.En 2019, Marseille inaugurera un nouveau concept de cinéma de centre-ville. Le cinéma Artplexe Canebière va ouvrir ses portes au public. Dessiné par Jean-Michel Wilmotte, le complexe sera un signal sur une avenue en train de retrouver son lustre d’antan.

C’est à l’intérieur de la librairie Maupetit, en haut de la Canebière à Marseille, que Jean-Jacques Léonard, Gérard Vaugeois et Philippe Dejust ont choisi de présenter leur projet de cinéma Artplexe, installé en face dans un bâtiment dessiné par l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

Revue: La Marseillaise fait un saut de 50 ans en arrière

Revue: La Marseillaise fait un saut de 50 ans en arrière

Le 16 décembre 1967, la Ville inaugurait le tunnel Saint-Laurent, communément appelé du Vieux-Port. Sur 300 mètres, il traverse le Lacydon grâce à deux files de six caissons préfabriqués et lestés de béton.

La Marseillaise propose un retour en arrière de 50 ans avec interview de Gaston Defferre et sa vision d’un Marseille moderne des années 60.

Lire l’article de Florent de Corbier dans la Marseillaise du 16/12/2017 et voir le document de l’iNA: clic

La rue des arts du Chevalier Roze

La rue des arts du Chevalier Roze

La rue chevalier Roze, autrefois composée de petits commerces, viendra désormais régaler vos yeux plus que vos papilles. C’est le projet que la ville de Marseille, aidé d’un groupe immobilier s’est lancé. Depuis la fin du mois d’aout 2017, six galeries d’art et un atelier de création ont vu le jour, dans des locaux loués gratuitement aux artistes pendant 3 ans.

Bien que la cité phocéenne ait été ville culturelle en 2013, la municipalité n’a pas pour autant abandonnée la culture depuis et cette initiative à pour but de continuer de titiller la curiosité des marseillais.

Nombreuses de ces espaces galeries ont gardé le souvenir, par les murs laissés à l’état brut, de leur ancienne utilisation. C’est donc dans une ambiance de temps entremêlés, dans des lieux originaux que nous partons à la découverte de cette nouvelle rue du Chevalier Roze…

C’est en image que nous vous proposons de visiter les galeries Crève-Cœur, Atlantis, Tchikebe ou encore Port Roze et l’atelier de création Adelaïde, en moins de 2 minutes !

 

 

Les siam’s

Revue: Ressusciter les centres-villes

Revue: Ressusciter les centres-villes

Revue: Le Monde 8 décembre 0017

Editorial. Le gouvernement doit présenter, le 14 décembre, un plan de revitalisation des centres-villes des villes moyenne. Il est grand temps de s’attaquer à ce problème qui concerne près d’un quart de la population française.

Dans le centre-ville d'Auxerre (Yonne), en octobre.

Editorial du « Monde ». Saint-Brieuc, Vierzon, Béziers, Calais ou Hayange. Quelle que soit la région, le constat est le même : des stores métalliques baissés, des vitrines badigeonnées au blanc de Meudon, des écriteaux « Bail à céder » ou « A louer ». Bienvenue dans ces centres-villes, qui se meurent dans l’indifférence de Paris et des grandes métropoles.

Sous-préfectures touchées par la désindustrialisation, petites villes minées par le développement de la périphérie, la dévitalisation du commerce urbain se répand à bas bruit, mais de façon implacable. Le taux de vacance commerciale, c’est-à-dire la part des magasins qui sont sans activité, vient d’atteindre un niveau inégalé de 11,7 %. En 2012, la proportion n’était que de 7,2 %.

Les explications sont nombreuses et anciennes. D’abord, la politique d’encouragement à l’accession à la propriété individuelle dès la fin des années 1960. Le « rêve pavillonnaire » a incité les habitants à quitter les centres-villes pour les espaces périurbains, où les terrains à construire sont plus nombreux et plus accessibles. Ensuite, il y a eu la multiplication des grandes surfaces en périphérie, facilitée par l’usage de l’automobile et le laxisme des commissions départementales d’équipement commercial.

Lire la suite de l’éditorial: clic

A lire également sur ce site “Ambition centre-ville“à Marseille

& revue Libération avec AFP du 14 décembre 2017: l’interminable “reconquête” d’un centre frappé par la désertification commerciale.

«Les centres anciens sont en perte de vitesse au profit de la périphérie, Marseille n’est pas épargnée». Le constat est fait par Jean-Claude Gaudin (LR) maire de la seule grande ville française à subir une désertification de son hypercentre, malgré les plans de «reconquête».

676 locaux vacants ont été recensés dans l’hypercentre, autour de la Canebière, soit «un taux de 15,1% particulièrement élevé», selon une étude commandée par la mairie au cabinet Cibles et stratégie, révélée par La Provence et le site d’informations Marsactu.

Lire lire la suite, clic

Revue Le Figaro sur le même sujet

Autre revue déjà citée: La Provence du 6 décembre et de La Provence et de La Marseillaise du 3 décembre

Marseille: Ambition Centre-Ville

Marseille: Ambition Centre-Ville

 

Jean Montagnac, Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal, Jean-Luc Chauvin
Jean Montagnac, Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal, Jean-Luc Chauvin

Le maire de Marseille (LR) Jean-Claude Gaudin a lancé vendredi le plan « Ambition centre-ville » avec l’aide financière du département. Il s’agit d’un « nouveau plan global mettant en cohérence différents leviers, aller plus loin et plus fort pour améliorer le quotidien des marseillais qui y vivent qui y consomment ou qui y travaillent » a déclaré en préambule le maire qui est également président de la Métropole Aix-Marseille dans l’ancienne salle de délibération de la Mairie sur le Vieux-Port. La ville se lance à a reconquête de son épicentre historique qui est le premier pôle commercial de la métropole et du département. Il veut aussi aider les primo-accédants à s’installer.

« Aides-toi et le ciel t’aidera », a déclaré Jean-Claude Gaudin vendredi à l’issue de sa présentation appelant ainsi de ses vœux sans trop y croire une aide de l’Etat pour compléter les grosses dotations du Conseil Départemental destinées à mettre en place les « 50 actions concrètes » pour l’aménagement et la gestion de l’espace public dans le centre-ville. Aux 100 Millions d’€uros déjà offerts par le département pour des actions en cours d’ici 2020 dont la rénovation d’immeubles autour de la Canebière, une nouvelle enveloppe de 218 Millions d’€uros a été confirmée par Martine Vassal, présidente (LR) du Conseil Départemental « afin de faciliter les grands travaux de structure ».

Après la requalification de la rue Paradis pour « redynamiser cette place commerciale majeure », il a énuméré les projets détaillés dans un livre guide lancé vendredi que l’on retrouve sur le nouveau site Internet de la ville ambition-centreville.marseille.fr. Il s’agit notamment de la requalification du quartier de Noailles et du marché des Capucins, de la place Fare-Petites-Maries, de la Porte d’Aix de la place Jean-Jaurès dite La plaine, et du cours Lieutaud. Il a aussi cité le cinéma Artplexe en haut de la Canebière dont les travaux commenceront début 2018 à la place de la mairie de secteur qui ira en 2018 dans l’ancienne maison de la Région en face de l’hôtel des Feuillants sur la Canebière prévu pour 2019 et la mise en place de nombreux espaces de coworking. Pour le confort, le maire a annoncé l’aménagement de stationnement pour deux roues et un effort sur la propreté et la mise en place de 60 toilettes publiques d’ici à 2020 dont 40 sanisettes d’ici fin 2018 a précisé le président du Conseil e Territoire MPM Jean Montagnac.

« Des actions concrètes chiffrées et programmées comme on le fait dans l’entreprise, enfin ! », s’est exclamé Jean-Luc Chauvin, président de la Chambre de Commerce. Il a souhaité que la Ville s’occupe aussi des « transversales » des principales artères commerçantes ou passantes et la création d’un parcours touristique. Il s’est félicité que « tout soit traité dans un ensemble ». En tant que président de la CCIMP il a souhaité une révision des tarifs des parkings et la création de samedis piétons en centre-ville comme cela fonctionne très bien pour les dimanches de la Canebière une fois par mois depuis le début de l’année. « Un centre-ville embelli et apaisé, c’est une ville qui retrouve son âme » a-t-il dit avec emphase. Il ambitionne que les 3.500 commerces du centre-ville redeviennent une « vitrine de la Métropole » en prévision des événements culturels de MP2018 (suite à la Capitale de la Culture), la grande biennale d’art contemporain Manifesta en 2020, le mondial de Rugby en 2023 et les Jeux Olympiques de 2024 voire l’exposition universelle de 2025.

La présidente du Conseil Départemental, principal financier de cette « ambition centre-ville », s’est félicité de la volonté affichée « d’actions concrètes » espérant pouvoir retrouver prochainement un centre-ville « ou il fait bon vivre ». Elle a tenu à noter l’engouement des marseillais qui se sont réapproprié les espaces publics comme lors de l’inauguration de la rue paradis ou des dimanches de la Canebière.

Elle a aussi annoncé l’aide du CD13 pour la remise en eau des fontaines. Elle s’est insurgée contre les dégradations causées par les tagueurs  et souhaité redonner à Marseille sa « véritable place de Capitale du sud de la France et Capitale de la Méditerranée ».

En réponse à une question concernant la perte de compétitivité des commerces du centre-ville attribuée à l’établissement de nombreux centre commerciaux avec bientôt le Vélodrome après les terrasses du port et le centre Bourse, le maire a feint la colère vite relayé par son adjointe en charge du commerce et la maire du secteur Canebière qui sont montrées au créneau.

Solange Biaggi (LR) en charge du centre-ville a affirmé que les habitants allaient auparavant dépenser près d’un milliard d’€uros dans des centres commerciaux bénéficiant à d’autres villes  comme Plan de Campagne (Aix) ou Auchan (Aubagne). Cette « évasion commerciale » a diminué estimée maintenant à seulement 750 millions d’€uros a affirmé Solange Biaggi.

Sabine Bernasconi (LR) maire du premier secteur à l’origine de l’opération des dimanches de la Canebière, a eu le mot de la fin affirmant avec force qu’il ne fallait pas se tromper de cible. « Un centre-ville n’est pas un centre commercial mais un centre de vie culturel, économique, historique et d’avenir » a-t-elle martelé à la grande satisfaction du maire de Marseille.

A lire également sur le même sujet l’éditorial et les articles du journal Le Monde du 8 décembre 2017

 

Festival Laterna Magica 2017 🗓

Festival Laterna Magica 2017 🗓

Depuis Fotokino près de la Canebière, lancement du festival Laterna magica 2017

rubon514Image © Nina Cosco

DATES 
Du 8 au 17 décembre 2017

Marseille, Aix-en-Provence et Arles

Voici l’intégralité du programme du festival Laterna magica qui a lieu du 8 au 17 décembre 2017 dans plus d’une vingtaine de lieux partenaires.

Programme à télécharger ici !
Agenda A4 à télécharger !

Comme chaque année, le mois de décembre venu, Fotokino s’éparpille aux quatre coins de la ville (et même plus loin), et pose son regard indiscipliné sur une création contemporaine faite d’hybridations, de porosité entre les arts, de générosité et de curiosité.

Une fois encore, le dessin prend une place centrale dans cette programmation : c’est une pratique artistique accessible, par ses moyens modestes, à laquelle chacun a pu, un jour, s’essayer. Des dessins radicaux de Philippe Weisbecker à ceux, délirants, de Bráulio Amado, en passant par le dessin de mots et de lettres ou ceux réalisés du bout des doigts par Yifat Gat , c’est aussi un geste sensible qui interroge et construit notre regard, et qui nous parle, sans détour.

Pour cette 14e édition, une vingtaine de lieux complices accueillent expositions, projections, spectacles, rencontres et ateliers. Avec eux, nous vous invitons à un moment de découverte et de convivialité, de partage entre adultes et enfants.
Ouvrez l’œil, de la Plaine à Sormiou, de Belsunce à Aix-en-Provence, il se passe tout un tas de choses, petites ou grandes ! Un peu de chaleur et de palpitations visuelles, ça ne peut pas faire de mal par les temps qui courent.

Et puis, autant vous le dire tout de suite : au printemps, Laterna magica ira faire un tour à Paris. Avec le Centre Pompidou, nous préparons une édition toute spéciale du festival, dans une quinzaine de lieux de la capitale.

L’équipe de Fotokino
Contact
33 allées Léon Gambetta 13001 Marseille
contact@fotokino.org
facebook.com/Fotokino.Marseille
twitter.com/StudioFotokino
T. +33[0]9 81 65 26 44