Archives de
Mois : janvier 2018

Quel Amour, le grand baiser

Quel Amour, le grand baiser

web-03-grand-baiser-textes--768x330Mercredi 14 février pour la Saint Valentin à 19h sur le Vieux-Port à Marseille
Samedi 17 février à 19h à Arles, Aubagne, Istres, Martigues et Salon-de-Provence

Familles, parents, enfants, amis, amants : Embrassez-vous !
Rendez-vous pour une Saint Valentin inoubliable, marquée par un seul et même geste d’amour : Un spectacle de feu et lumière autour d’un Grand Baiser à partager !
Prenez-part au lancement de MP2018 et soyez les protagonistes d’un événement insolite, immortalisé par une photographie collective mise en lumière par le Groupe F, reconnu mondialement pour ses spectacles pyrotechniques…

Revue: hausse de fréquentation des musées

Revue: hausse de fréquentation des musées

Avant MP 2018, une très bonne année pour les musées de Marseille

Les expos Hip-Hop ou Jack London ont fait le plein en fin d’année. De bon augure avant MP 2018

Les Marseillais se sont laissés embarquer dans le voyage proposé par Jack London à la Vieille Charité. L’exposition consacrée à l’écrivain aventurier qui s’est terminée dimanche a attiré 55 384 visiteurs. “Le bouche-à-oreille a fait son effet surtout dans les dernières semaines, constate Xavier Rey, directeur des musées de Marseille, pleinement satisfait. On peut y lire l’effet des bonnes critiques et le résultat d’une belle scénographie”.

Au musée des Arts décoratifs, de la faïence et de la mode, niché au parc Borély, 10 000 personnes se sont déplacées pour assister à l’événement White Spirit. “Ce n’était pas gagné d’avance, commente Xavier Rey, l’automne profitant moins que le printemps pour ce type d’événement”. Mais l’un des plus gros succès de ces dernières années pourrait encore venir du musée d’art contemporain (Bonneveine), avec l’expo Hip-Hop, qu’il faut se dépêcher d’aller voir avant le 14 février. On franchira sans problème le cap des 50 000 visiteurs, l’aspect marquant de cette manifestation, en dehors de son originalité, tenant sans doute au brassage des générations qu’elle a su attirer. “Pour l’ensemble des musées, on peut dire qu’il s’agit d’une belle année”, claironne Xavier Rey, à la tête des musées de Marseille depuis un peu moins d’un an.

“De gros espoirs pour 2018”

Ces résultats entrent-ils en résonance avec ceux enregistrés par le Mucem en 2017 ? Le musée national n’obéit pas à la même logique d’une année sur l’autre, dans la mesure où la Galerie de la Méditerranée a dû rester fermée pour cause de “réaménagement” pendant six mois, entre juin et novembre. Le Mucem a attiré en 2017, sur le J4 au bout du Vieux-Port, 1 255 000 personnes, avec un pic de fréquentation en décembre par rapport à la même période, l’an dernier. Les statistiques de fréquentation du Mucem indiquent que la part du public étranger est en hausse, avec plus 6 % par rapport à 2016. La plupart d’entre eux viennent des pays européens (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Royaume-Uni). Dans ce flot massif d’assoiffés d’expos, le public marseillais représente le quart de la population.

Lire la suite de l’article de Philippe Faner

Bonne année, la Canebière

Bonne année, la Canebière

tn-05-my-fair-ladyBroadway est venue à deux encablures de la Canebière au tournant de l’année. «My Fair Lady à l’Opéra, c’est Broadway sur le vieux port» a affirmé l’excellent critique Michel Egea dans destimed.fr en décembre 2017. “Broadway à Marseille avec My Fair Lady”, a titré La Marseillaise en janvier 2018.  L’Opéra est à une petite distance de la Canebière; il reste encore à franchir des pas de géant pour la changer en Broadway marseillais.

Pour rester dans le rythme, on peut annoncer qu’en 2018 ça va swinguer sur La Canebière. Le marché des allées Meilhan des mardis et samedis matins déménage plus haut place Joseph Thierry pour travaux provisoires avant d’y revenir; le marché de Noailles rue neuve des Capucins se transporte en janvier près du kiosque à musique en haut de la Canebière pour six mois de réfection8R7adgw8vhrMx7dIm6_bNhcbPdU@500x707 de la place du marché le plus prisé des touristes et des locaux; la mairie de secteur se déplace du haut au milieu de Canebière dans le courant janvier pour s’installer dans l’ancienne maison de la Région PACA. Un lieu dont la maire de secteur veut faire une vitrine « Arty » avec exposition de grandes œuvres sous les sept mètres de plafond donnant sur la Canebière en face de l’hôtel des Feuillants en travaux jusqu’en 2019. Autre livraison prévue en 2020, un cinéma et des salles d’exposition sortiront de terre à la place de l’ancienne mairie de secteur en haut de la Canebière.

Twist and twist, les commerçants chinois de la rue Thubaneau entre Dugomier et Belsunce devraient rejoindre en grande partie le MIF68 qui doit ouvrir mi-février dans des containeurs aménagés au pied de Grand Littoral sans que l’on sache qui s’en ira ni qui les remplacera. Twist again, Les Galeries Lafayette quitteront la rue Saint Ferréol pour le nouveau pôle commercial Prado près du stade Vélodrome. Elles seront remplacées par des boutiques, des espaces de co-working et des appartements pour des locations précaires.

Enfin rock & roll, aux dernières nouvelles la Chine offrira aux marseillais sur la Canebière le 25 février un spectacle digne d’un défilé sur Broadway avec la parade du dragon et autres monstres de papier accompagnés de quelque 500 personnes selon le consulat de Chine à Marseille. De quoi remonter le moral des initiateurs des dimanches de la Canebière quelque peu dépités par les effets dévastateurs du mistral sur la résistance des participants et badauds les trois derniers dimanches à l’automne 2017.

Une bonne année animée qui s’annonce et sera détaillée sur ce site en commençant par le lancement de MP2018 “Quel Amour” pour la Saint Valentin. Avec tous nos vœux.

al/ Le gabier de La Hune

NB: depuis décembre 2016 le site à enregistré plus de 4.000 inscriptions, plus de 33.000 visiteurs uniques et plus de 191.000 visites.

Au nom des étudiants en journalisme qui le font vivre avec leurs articles, photos et vidéos sur l’évolution de la ville à partir du triangle culturel marseillais, merci.