Revue: la rue de la République attend son avènement

Revue: la rue de la République attend son avènement

Revue La Provence 17 février 2018:
Réhabilitation, spéculation, réorientation : telle pourrait être la devise de la rue de la Rép’ qui cherche encore une dynamique
Marseille : la rue de la République attend son avènement
 “Les bonnes idées naissent en République.” Voilà le message que l’association La République des commerçants – qui en regroupe une centaine – entend faire passer lors de sa prochaine campagne de com, qui s’appuiera également sur une charte visuelle qui se veut plus éloignée de celle des centres commerciaux. Car “avoir les mêmes enseignes qu’ailleurs, comme le voulaient au départ les bailleurs, a échoué“, explique le président de l’association Alexandre Seddik. D’ailleurs Mango ou encore Celio ont fait leurs cartons récemment et H&M serait sur le point de plier bagage. “Il faut des enseignes spécifiques, poursuit-il. On est dans une période de tâtonnement mais on a une spécialisation de rue qui s’amorce autour de concept-stores.” Et de citer, sur le même plan, l’atelier de nettoyage de baskets BBB store, la conciergerie automatique Express’ing, la boutique vintage Maison mère mais aussi l’incontournable Sélection de Sophie Ferjani. Après les Estudines et les espaces de coworking comme l’hybride Babel community, qui ont déjà apporté un certain dynamisme, la décoratrice de M6 apparaît un peu comme le Messie.
Marseille : la rue de la République attend son avènement - 2

À en croire Olivier Dubois, directeur général d’Atemi-Freo, l’un des deux opérateurs se partageant 75 % de la rue dans le cadre de la réhabilitation lancée en 2004, avec son arrivée puis avec l’ouverture toute récente de l’hôtel 4 étoiles NH Collection, la rue serait entrée dans “une nouvelle dynamique très positive”. Et de promettre l’annonce de nouvelles enseignes, notamment d’équipement de la maison et “pas forcément des marques nationales ou internationales“, d’ici quelques semaines… Tout en refusant de “donner des éléments” quant à la vacance des locaux commerciaux, encore élevée au vu des palissades, pour certaines décorées par 3013 et vouées à disparaître au profit de vitrines, même vides.

Lire la suite des articles de Audrey Savournin et Gwenola Gabellec dans La Provence/ Clic

Sur le même sujet dans ce site, taper République dans la case Recherche en haut à droite.

Laisser un commentaire