Revue : les syndicats défendent le centre-ville

Revue : les syndicats défendent le centre-ville

Revue Destimed 28 février:  Levée de bouclier des syndicats salariés et patronaux pour protéger l’économie du centre-ville à Marseille

C’est un moment assez exceptionnel, pour le souligner, qui s’est produit ce mardi 27 février à Marseille. En effet dans les locaux de l’UD FO, syndicats patronaux et salariés ont signé un texte commun demandant au Préfet de surseoir à la demande municipale de créer, dans les quartiers Sud de la Ville, une Zone touristique internationale (ZTI), qui autorise l’ouverture dominicale. Une décision votée lors du dernier conseil municipal. Alain Comba, FO, Jacques Biancotto, CFE CGC, Cyril Jouan, UD CFDT, la CFTC, absente, soutient l’initiative et, pour les organisations patronales, Alain Gargani, président de la CPME 13, Johan Bencivenga, président de l’UPE 13 ainsi que, André Bendano, président de l’U2P13. Tous déplorent le manque de concertation qui a précédé ce vote et craignent que cette opération n’arrive trop tôt et affaiblisse un peu plus le centre ville. Si André Bendano avoue ne pas savoir quelle sera sa position au terme de la concertation, les autres participants souhaitent, une période d’attente afin de permettre à l’opération “Ambition Centre ville”, votée au cœur de l’été, le temps de se déployer. Solange Biaggi, adjointe LR en charge du commerce, réagira à l’issue de cette rencontre ainsi que la CCI Marseille Provence et la délégation des Bouches-du-Rhône de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat Région…

 « Il reste beaucoup à faire pour développer le centre ville »

Alain Comba rappelle que ce n’est pas la première fois que syndicats employeurs et salariés travaillent ensemble et cite l’accord pour le travail dominical à Plan-de-Campagne. Il déplore, alors que les rencontres ne manquent pas entre le monde économique, dans sa diversité, et politique, qu’« il n’y ait pas eu de concertation ». Considère que si des avancées se font jour en termes « de propreté et de parkings qui sont un peu moins sordides ; il reste beaucoup à faire pour développer le centre ville ». Ajoute que son organisation œuvre « pour développer l’emploi », met en exergue ses désaccords avec la politique conduite par le gouvernement « qui pèse sur le pouvoir d’achat ». Il s’agit « d’un moment historique », assure Alain Gargani : « Nous sommes tous unis pour dire que notre cœur de ville ne fonctionne pas. Et une métropole sans cœur de ville ne peut fonctionner. En juillet, nous nous sommes tous mis autour de la table, nous nous étions mis d’accord sur un certain nombre de données pour le centre-ville : des parkings moins chers le week-end, des transports en commun, des animations, de la propreté et de la sécurité, ces derniers évoluant de manière positive. Puis, nous avons découvert ce dossier alors que 4 000 commerces sont en difficultés dans le centre. Il faut surseoir ». Cyril Jouan, CFDT, rappelle à son tour « l’importance de développer économiquement le centre-ville ». André Bendano insiste sur le rôle des TPE. « Ce sont elles qui créent de l’emploi, qui ne délocalisent pas ». « Il faut arrêter, lance-t-il, de repenser le centre-ville ou plutôt de le “re-panser”, il faut innover et pour cela il faut tous s’asseoir autour d’une table ».

Lire la suite de l’article de Michel Caire: clic

Laisser un commentaire