Archives de
Mois : mars 2018

Just Black de Sybille Narbutt

Just Black de Sybille Narbutt

A l’occasion de la onzième édition des Dimanches de la Canebière, la franco-allemande a exposé ses tableaux dans les couloirs de l’hôtel le Ryad. Une exposition « Just Black » non pas haute en couleur mais sombre, comme son nom l’indique ses toiles sont uniquement décorées de la couleur noire.

Sybille Narbutt a une technique bien à elle, elle travaille avec un minimum de matériaux ©Sacha Sacenda (IEJ 3)juste une feuille de papier, un pinceau souvent usé et un tube de couleur noire: « c’est plus léger comme cela », sourit-elle. Son outil principal le papier Lanavanguard, un papier plastifié qui lui rend entière satisfaction. Pour l’ancienne professeur agrégée d’allemand tous les coups sont permis lors de ses ébauches: la peinture étalée ou projetée, le rajout de papiers (pour épaissir l’oeuvre) ou non..

Malgré le côté sombre que procure ses oeuvres elle ne désire pas attiser la compassion chez le spectateur mais plutôt l’intrigue: « Je ne cherche pas un sens, je souhaite que chacun se fasse sa propre idée du tableau », affirme-t-elle devant les visiteurs. Des peintures abstraites qui lui permettent d’évacuer les moments douloureux de son enfance dans une RFA où la vie n’était pas toujours rose.

 

Vincent Tolmau (IEJ 2)

Dimanche #11 l’ère d’antan

Dimanche #11 l’ère d’antan

Le temps d’une journée, la Canebière a retrouvé son charme d’avant guerre. Entre musiques classiques et clichés photographiques cette onzième édition des dimanches de la Canebière aura transporté les Marseillais dans cette atmosphère d’antan. Sabine Bernasconi la Maire des 1er et 7e arrondissement voulait retrouver le passé glorieux de cette artère incontournable de Marseille en créant les Dimanches de la Canebière, il y a maintenant un an.. C’est une initiative réussie tant la formule mensuelle attire de plus en plus. En témoigne la foule présente à l’occasion du Nouvel an chinois célébré le 25 février dernier et celle présente aujourd’hui. 

Dimanche 25 marsConcernant cette onzième édition la journée a été rythmée par de nombreux concerts. Parmi eux, le théâtre Nono qui a ouvert le bal avec un spectacle réunissant plus de 40 artistes russes et français. Peu après ce sont les élèves du Conservatoire de Marseille qui  ont présenté un spectacle musical haut en couleur. Et pour les amoureux du rock n roll, l’ association Guitar Picking a proposé un hommage à Johnny Hallyday en reprenant ses plus belles chansons.

Dimanche 25 mars (3) Un peu plus loin en remontant l’avenue, il était impossible de manquer les multiples activités animées par les Marins-Pompiers de Marseille qui fêtaient leur 79ème anniversaire. Parcours du jeune pompier, tyrolienne ou encore sensibilisation aux gestes qui sauvent, les soldats du feu ont montré toute l’étendue de leur métier. “ Au delà de la date anniversaire, c’est aussi une belle opportunité de sensibiliser chaque passant sur les bons comportements à adopter”, expliquait le pompier Dufour.  Rare furent les moments de calme au square Léon Blum tant la ferveur était de mise.

Dimanche 25 mars (2)La Canebière a finalement repris vie par les clichés des photographes du projet participatif «En descendant la Canebière». Le collectif  Centre Régional Information Jeunesse Provence-Alpes-Côte d’Azur collecte depuis trois mois les photos historiques des familles marseillaises sur la Canebière mais aussi arpente les rues pour prendre des clichés des familles présentes aujourd’hui. Voilà un beau moyen de figer cette journée à l’ère d’antan.

Retour en image sur ce onzième Dimanche de la Canebière

Bastien Audibert (IEJ 3), Vincent Tolmau (IEJ 2) & les Siam’s (IEJ 3)

Canebière#11: Mars C Yeah & les vinyles

Canebière#11: Mars C Yeah & les vinyles

A l’heure où le vinyle revient à la mode, Mars C Yeah a participé ce 25 mars à la 11ème édition des Dimanches de la Canebière. Sa deuxième apparition au milieu de la Canebière depuis le lancement de cette opération mensuelle par la mairie de secteur en janvier 2017.

IMG_1491Cette association marseillaise, qui comprend 200 adhérents dont 150 exposants, a été créée en décembre 2013 dans le but d’organiser des foires aux disques, alors très peu existantes à cette époque. Pour permettre aux adhérents de vendre ou d’échanger leurs disques et vinyles, ils ont organisé la première en janvier 2014 au Dock des Suds avec un partenariat pour une édition annuelle. Les fondateurs ont ensuite souhaité la développer dans toute la région avec notamment les foires aux disques à Hyères, au Pradet, ainsi qu’à Trets. Aujourd’hui, la collaboration avec le Dock des Suds a pris fin, et Mars C Yeah organise sa grande foire annuelle à La Penne-sur-Huveaune.
Les activités de cette association comprend aussi des expertises dans le cas où vous posséderiez des vinyles et que vous souhaiteriez les vendre. Mais surtout, ils sont les seuls à redonner vie à vos vinyles. « Si vous voulez faire entretenir vos vinyles c’est chez nous », se réjouit Remi Angles, un des membres fondateurs de Mars C Yeah sur la Canebière.

L’association « Mars C Yeah » est à retrouver chaque dernier dimanche du mois sur la Cannebière. Avec en petit bonus, la diffusion de musiques d’antan sur le stand.

Charles Gandolfo (IEJ3)

Canebière #11: les Marins Pompiers à l’honneur

Canebière #11: les Marins Pompiers à l’honneur

Caserne ScottoDéjà 79 ans qu’ils sauvent des vies sans jamais rien demander en retour. Dimanche 25 mars, le Bataillon des Marins Pompiers de Marseille créé en 1939, après l’incendie des Nouvelles Galeries sur la Canebière, connaîtra un moment de reconnaissance du public.

De 10 à 17h au centre d’Incendie et de Secours de Canebière (à côté des “Nouvelles Galeries” qui ont brûlé en octobre 1938 faisant 79 morts jouxtant le cinéma Les Variétés) et sur la place Léon Blum en haut de la Canebière, de nombreuses activités seront organisées pour plonger un peu plus dans l’univers de nos anges gardiens. Et pas de panique, il y’en aura pour tous les âges ! Les plus casse-cous pourront s’essayer à la tyrolienne et au parcours du jeune pompier.

pompiers c#11L’ambiance sera plus culturelle du côté de la place Léon Blum. Vous pourrez revivre l’histoire du Bataillon des Marins Pompiers de Marseille à travers une large exposition. Au programme des photos, films ou encore des étalages de matériels d’époque.

Vous pourrez laisser votre portefeuille à la maison, l’entrée est gratuite pour tous.

 

Bastien Audibert (IEJ3)

La galerie POC, de la détente et de l’art

La galerie POC, de la détente et de l’art

La devanture noire à encadrure boisée et les trois lettres en néon blanc annoncent la couleur : POC affectionne l’art et l’esprit vintage.
La galerie POC est le siège social de l’association poc sophie Péponyme. À l’origine, l’organisation n’était qu’un festival, Portes Ouvertes Consolat (POC) qui perdure depuis 11 ans. Chaque année et ce pendant trois jours, les hauts de Canebière se transforment ainsi en un (haut) lieu culturel où ateliers d’artiste, particuliers, associations et commerçants ouvrent leurs portes. Une manière de valoriser le quartier pour « créer un lien social et promouvoir la richesse du quartier », selon leur site web.
C’est aussi principalement le but de la galerie qui a vu le jour en même temps que le festival. Une manifestation dont la maire du secteur a déclaré s’être inspirée en 2016 pour revitaliser le centre ville en lançant son opération des “dimanches de la Canebière” dont la 11ème édition a lieu ce 25 mars.

Ce lieu d’exposition assez atypique est doublé d’un salon de thé. Il devient un véritable concept store en 2017 grâce à Chloé Curci. La plasticienne investit les lieux et met en place le projet « Pièces à vivre ». La galerie change alors de visage tous les trois mois et prend l’aspect d’une pièce d’habitation. « On ne vous invite pas à visiter un lieu d’exposition, mais à l’habiter. », présente ainsi POC sur Internet.
Les pièces en exposition – print, art, design, bijoux etc. – elles, sont de styles multiples mais s’assemblent à merveille pour créer un univers. « Je ne me fournis pas sur catalogue mais uniquement avec des artistes en direct, souvent des jeunes créateurs », explique Chloé Curci « Je fonctionne beaucoup au feeling, j’ai une ligne dans l’air du temps ».
La galerie est donc un lieu où l’on s’assoit un temps pour boire un thé et où l’on se laisse aller de tableaux en créations en relief, pendant que le tramway passe tout près.

Retrouvez la galerie POC sur Facebook ou directement dans ses locaux du mardi au samedi au 30 cours Joseph Thierry, 13001 Marseille, et lors des dimanches de la Canebière, après une petite pause en mars, avec reprise pour la 12ème édition le 29 avril.

Sophie Pironnet (IEJ3)

Canebière #11 “En descendant la Canebière”

Canebière #11 “En descendant la Canebière”

MP 2018 Quel Amour ! Redonne vie au projet photographique « En descendant la Canebière » pour le prochain Dimanche de la Canebière.

C’est le 9ème Dimanche de la Canebière* qui a relancé ce projet photo, commencé des années auparavant. Un autre monde, où l’appareil photo était un objet magique et le téléphone portable n’existait même pas. Des années 30’ aux années 60’, des familles marseillaises se sont fait tirer le portrait, sur l’artère mythique, par des photographes « ambulants, fréquemment appelés photo-stoppeurs ou photo-filmeurs ». Une immense bibliothèque de photographies remise au gout du jour.

A travers ses « photos-surprise », vous pourrez peut-être tomber sur un de vos aïeules ou juste observer ces inconnus qui se pavanaient sur la Canebière des années avant vous. Si l’envie vous prend, vous pouvez aussi faire comme ces familles marseillaises et laisser un photographe capturer un moment de votre vie sur l’artère de 11h à 17h. Et dans un siècle, ce seront des inconnus ou non qui pourront vous observer à leur tour.

Si pour vous l’appareil photo n’a pas de secret, ou au contraire vous ne comprenez pas comme un si petit objet peut capturer et retranscrire de telles images. Venez fabriquer un appareil photo open source et redécouvrir comment était dans les années 30’, la photographie. Atelier avec Victor-Pierre Lugassy à partir de 14h au CRIJ**.

Ce projet est à l’initiative de Jean-Pierre Moulières*** en collaboration avec ZINC*** (Centre des Arts et Cultures Numériques) en partenariat avec le Bureau des Guides – GR 2013, le CRIJ Provence-Alpes-Côte d’Azur et Urban Production.

* Retrouvez notre précèdent article ici

** Inscription ici

*** Zinc & Pierre Moulière

Sacha Sacenda

Dimanche #11 le Bureau des guides met le moustique à l’honneur

Dimanche #11 le Bureau des guides met le moustique à l’honneur

Vous détestez les moustiques, au 152 la Canebière vous changerez peut-être d’avis! A l’occasion de la onzième édition des Dimanches de la Canebière le Bureau des guides GR2013 présente une micro galerie « ET si le moustique devenait notre ami », un scénario original concocté par Laurent Petit. Une exposition qui fait écho à la randonnée « Les animaux ont la parole » organisée le 28 avril prochain. Le Bureau des guides Gr2013 a lancé cette année un projet « 1001 Nuits » dont le but est d’ organiser plusieurs rendez-vous pour faire redécouvrir le département.

Le programme des différentes randonnées avec la carte ci dessous.

Canebière#11 de la musique et des pompiers

Canebière#11 de la musique et des pompiers

dimanche #11

Bien au chaud dans sa nouvelle mairie de secteur, alors que tombait la neige mercredi sur la Canebière, Sabine Bernasconi, maire (LR) du 1/7, a présenté le programme des animations très musicales du 11ème dimanche de la Canebière le 25 mars. Ce sera aussi l’occasion de rendre hommage au Bataillon des Marins Pompiers de davMarseille qui veille sur la sécurité des populations notamment pendant les manifestations sur la Canebière a souligné Mme Bernasconi. « Un clin d’œil aux pompiers qui interviendront sur une activité, culturelle c’est bizarre », a dit en riant Julien Ruas, adjoint au maire en charge du Bataillon et de la sécurité de la Ville. Il s’attend à une grande participation de la population aux démonstrations de ces marins qui veillent sur la ville et l’activité du port.
Mercredi, pendant la conférence de presse, c’était « presque une tempête de neige » a dit en galéjade une voyageuse qui attendait le tramway devant la nouvelle mairie, 61 Canebière. Dimanche prochain, il devait faire légèrement nuageux mais frais selon les prévisions optimistes. Ne pas oublier sa petite laine comme disaient nos aînées pour aller à la rencontre des musiciens venus faire découvrir des aspects populaires de leur art. En cas de mauvais tempscof et de pluie battante les animations de la journée ne seraient pas maintenues, a dit la maire de secteur en espérant qu’il fasse beau sans le mistral qui avait éclairci le public le dernier dimanche de novembre. Le 10 ème dimanche, le 25 février dernier, avait mal commencé et tout à coup, peu après midi, le soleil avait illuminé la Canebière pour la parade du nouvel an chinois qui eut un grand succès auprès du public venu plus nombreux que d’habitude.

« Un an après le lancement des dimanches tous les marseillais se retrouvent » le dernier de chaque mois rappelle Mme Bernasconi. « Je crois qu’il y avait cette envie et c’est pourquoi les marseillais sont venus. C’est une proposition culturelle qui s’adresse à tous, et à tous les marseillais qui veulent se retrouver». C’est ce qu’elle appelle « la ville inclusive, pour chacun et avec tous » dans ce « cœur historique de la ville facteur de cohésion dans des événements populaires et festifs». Cela fait connaitre les petites structures culturelles et les actions qui existent a-t-elle poursuivi en annonçant pour juin prochain sans plus de détail un « dimanche du département » sous la direction de Pierre Sauvageot, compositeur et directeur artistique de « Lieux Publics » basé à Marseille.
Pour commencer, guitare et danse dès 10 heures (attention au changement d’heure, 9h heure d’hiver) dimanche 25 mars en bas de la Canebière près du marché des producteurs afin de se mettre en jambes en en appétit en faisant un tour des étals présentés par l’association Marseille Centre.
A 11 heures en haut de la Canebière force cuivres seront présentés par le théâtre Nono dont le directeur Serge Noyelle estime que c’est l’occasion de « faire le lien » entre les quartiers nord et sud autour de la Canebière que le géographe et sociologue marseillais Marcel Roncayolo définissait comme une « frontière ». Il y aura aussi au programme l’Harmonie municipale d’Aix-en-Provence sous le kiosque et des musiques de films interprétées en plein air. De la musique toujours avec des élèves du conservatoire dans la cour de l’Université et sous le kiosque et de la musique baroque au musée d’histoire avec de jeunes interprètes ainsi que dans l’église Saint Ferréol en bas de la Canebière sur le Vieux-Port. Des notes encore pour terminer la journée à la Meson, cours Joseph Thierry, avec une programmation montrant la richesse de la musique marseillaise.
L’événement de ce dimanche sera la mise à l’honneur du Bataillon des Marins Pompiers de Marseille créé en 1939 après le gigantesque incendie du 28 octobre 1938 qui avait ravagé les Nouvelles Galeries sur la Canebière faisant 79 morts. Ils présenteront des « activités découvertes » de 10h à 17h près du Kiosque à musique et dans les locaux du centre de secours rue Vincent Scotto à l’angle de la Canebière.

Pop min l’artiste à fleurs

Pop min l’artiste à fleurs

Une forme géométrique laisse entrevoir des possibilités infinies en peinture, Pop min (Alexandra Scemama) exploite pleinement celles-ci sur ses toiles. Dimanche 25 mars à l’occasion de la onzième édition des dimanches de la Canebière, l’artiste peintre présente une exposition « Prémices d’abondance ». Les passants pourront découvrir l’univers pop minimal d’Alexandra Scemama dans son Atelier Galerie situé au 1 rue Clapier à Marseille, perpendiculaire au boulevard Longchamp. La galerie est ouverte toute l’année du mercredi au samedi et les derniers dimanches du mois. La jeune peintre sérigraphe tire son nom d’artiste du mélange de deux courants: le Pop art et l’art minimaliste. L’éclat des couleurs fait ressortir son côté Pop art, tandis que la couleur intacte du blanc fait ressortir son côté minimaliste.

atelier-galerie-popmin-

Elle s’inspire de la forme du motif floral, mais selon ses mots « ce sont des fleurs qui ne ressemblent pas à des fleurs ». « L’idée est de partir de quelque chose de simple comme un carré ou un rond, ensuite je vais le déformer et y rajouter ma touche personnelle», résume Alexandra Scemama qui est installée depuis 2014 à Marseille. Depuis cette date elle dédie sa vie à la peinture. « Pop min » est une artiste en  recherche permanente, cela fait très longtemps qu’elle manie les couleurs et le motif floral. Tous ses travaux partent de la même figure géométrique, ensuite c’est son imagination du moment qui va faire la singularité de son tableau.

Pour en savoir plus, le site de l’artiste: http://www.alexandrascemama.com

Vincent Tolmau (IEJ 2)