D2K#15: patrimoine musique et danse

D2K#15: patrimoine musique et danse

affiche D2K#15

Une programmation dense pour la quinzième édition des Dimanches de la Canebière (D2K#15) dédiée à la musique au patrimoine et à la danse, a annoncé Sabine Bernasconi, la maire du premier secteur et initiatrice de ces rendez-vous mensuels depuis janvier 2017. La brasserie les Danaïdes n’avait pas été choisie au hasard mercredi pour son point presse en haut de la Canebière.

©zal

Ce lieu emblématique place Stalingrad est au départ de la rue Consolat qui sera une fois de plus la « rue du Rock » ce dimanche 30 septembre. Faire sortir le rock dans la rue et en famille est l’ambition de cette programmation. Une dizaine de salles y proposent des concerts dans la semaine et le dimanche, 23 groupes tous issus du 13 seront présents de 13h à 22h. Une rue appelée à devenir le « quatrième tronçon de la Canebière» du kiosque à musique au Palais Longchamp, a déclaré Sabine Bernasconi. (Les trois premiers tronçons, Canebière près du Vieux-Port, Noailles au milieu et Allées de Maihan en haut ont été réunis en un seul,  La Canebière, en 1927.) A la fin de la journée et des animations sur et autour de la Canebière rendue piétonne et sécurisés de 10h à 18h, c’est « l’after » à la Mesón et ses concerts qui finit la nuit avec des talents locaux et qui s’exportent selon ses organisateurs qui œuvrent depuis plus de 15 ans à Marseille.

La musique sera présente partout sur le parcours, du bas en haut de la Canebière. A la Chambre de Commerce (CCIMP) ouverte pour l’occasion dès 11h avec un spectacle de danse sur le Boléro de Ravel de la compagnie Julien Lestel, et une exposition des costumes de scènes venus des cintres de de l’Opéra, des théâtres de la Criée du Gymnase et des Bernardines ; des groupes folkloriques pour la « mémoire de la culture provençale » avec notamment le groupe Lou Grihet de Plan de Cucques, La Poulido de Gemo de Gemenos et La Capouliero de Martigues ; Marseille Concert pour du classique, du jazz et du rap sous le kiosque à musique.

On pourra aussi trouver de quoi manger au marché des producteurs en bas de la Canebière avec aussi des artisans de Noailles, des tables pour s’installer et de la restauration plus classique cours Saint Louis, l’ancien cœur de la Canebière.

Enfin question patrimoine des visites guidées sont organisées tout au long de la journée.

Verbatim Sabine Bernasconi©zal

Tous les derniers dimanches du mois le centre-ville se transforme en un lieu culturel, festif avec un rendez-vous qui devient très apprécié des marseillais et aussi des touristes à entendre les hôtels qui sont très demandeurs de la programmation des dimanches de la Canebière une fois par mois.

Ce que l’on a souhaité en créant les dimanches de la Canebière c’est de pouvoir dessiner une préfiguration du centre-ville de demain tel que l’on pouvait le souhaiter et le construire, un centre-ville apaisé, piétonnisé, que les marseillais n’auraient pas peur de se réapproprier dans une ambiance festive et bon enfant. Un centre-ville qui sache mettre en valeur à la fois ses forces historique, son patrimoine la culture comme pilier de l’identité du centre-ville mais aussi s’inscrire dans des tendances d’avenir.

Il y a beaucoup de symbolique au travers des dimanches de la Canebière au-delà de l’événement culturel et festif il y a une volonté de retour de la nature avec le marché et être tous ensemble.

Ce pari a été réussi puisque c’est un rendez-vous presque incontournable, mais également grâce à des travaux engagés par les collectivités pour aboutir dans quelques ©zalmois à une piétonnisation du centre-ville, à une refonte de la desserte des transports, à la finalisation de grands travaux de requalification quartier Opéra Paradis en remontant jusqu’aux réformés où le patrimoine a fait l’objet d’une attention toute particulière sans oublier la création du cinéma à la place de l’ancienne mairie de secteur.

©zalJe dis ma colère contre les tagueurs qui sont venus recouvrir le travail des artistes qui avaient réalisé les œuvres de street-art avec des portraits de marseillais célèbres sur des rideaux de boutiques fermées. Pour autant nous allons continuer. Nous savions que la tâche serait difficile. Cela nous rappelle qu’il faut nourrir cette vision partagée par des événements. Tous ensemble faire en sorte que le centre-ville redevienne le cœur culturel de la ville.

Mme Bernasconi qui a souvent cité Martine Vassal, la présidente du Conseil Départemental, “pour son aide dans la rénovation de la Canebière qui corresponde aux attentes de son temps dans un environnement apaisé”, a également vivement remercié Lieux Publics et son directeur Pierre Sauvageot directeur artistique de l’édition de juin (D2K#14) qui était l’édition du département avec des moyens plus importants.

al/

A lire aussi: balades dans le patrimoine

Laisser un commentaire