Archives de
Mois : octobre 2018

Retour au calme sur la Plaine.

Retour au calme sur la Plaine.

Les forains du marché de la Plaine opposés à leur déplacement en d’autres lieux pendant deux ans pour travaux ont reçu des réponses concrètes lundi à leur demande de la part du premier magistrat de la ville. Ils avaient menacé de bloquer à nouveau Marseille en commençant par le Vieux-Port s’ils n’étaient pas entendus.

J-C Gaudin reçoit les forains
capture de twitt

La Mairie de secteur des 4/5 arrondissement avait en effet refusé que les forains installent leur marché Boulevard Chave durant les travaux de rénovation de la place Jean-Jaurès dite La Plaine. Ils avaient organisé des manifestations bloquant partiellement la ville jeudi et vendredi dernier et obtenu un rendez-vous avec le Maire de Marseille Jean-Claude Gaudin afin de clarifier la situation. Les travaux de la place Jean-Jaurès d’une durée estimée à deux ans sont pour le moment suspendus en attendant que les choses rentrent dans l’ordre. Les forains demandaient de l’attention auprès de la mairie et de la société SOLEAM (Société Locale d’Equipement et d’Aménagement de l’Aire Métropolitaine) en charge des travaux de rénovation. « On veut se faire entendre» disaient-ils.

JC Gaudin TwittIls avaient prévenu la mairie que si ce dernier rendez-vous avec M. Gaudin n’était pas positif, ils continueraient de bloquer toute la circulation marseillaise. Des propos qui avaient pour objectif de faire pression sur la décision du maire et surtout de faire entendre leur désaccord. Le rendez-vous s’est déroulé lundi 1 octobre à 14h, réunissant des portes paroles des forains ainsi que le Maire. La réunion a été positive pour les forains. Le maire a décidé de partager le marché en deux, afin de permettre à une quarantaine de forains de profiter d’une partie de la place Jean-Jaurès durant la période de rénovation. Une partie des forains pourra donc continuer de travailler sur la place du marché (choisie en fonction de leur ancienneté) en attendant, l’autre partie sera accueillie sur d’autres marchés comme il était initialement prévu, et un système de roulement se mettra en place. Une aide financière sera apportée aux forains de la plaine. Le maire envisage notamment de réduire de 50% les tarifs de location de l’espace public. Les travaux de la société Soleam sont encore suspendus pendant une semaine.

Rappel du bras de fer entre les forains de la plaine et la Mairie

Après leur « opération escargot » le vendredi 7 septembre, les forains avaient réussi à décrocher un rendez-vous à la préfecture, réunissant l’adjoint maire en charge des emplacements, Marie-Louise Liotta et Gérard Chenoz, adjoint aux grands projets, ainsi que le président de la société Soleam. Après quatre heures de débat, selon la Provence, la mairie avaient autorisé le déplacement des forains du marché de la plaine.  « Les forains devraient s’installer sur le boulevard Chave (perpendiculaire à la ©Agatha Granddidierplace) dès la fin du mois » une décision qui faisait le bonheur des forains, mais le malheur des riverains du boulevard Chave. Cette décision avait provoqué une nouvelle polémique, les habitants du boulevard n’étant pas d’accord avec l’arrivée des forains « personne ne s’est préoccupé ou n’a pensé à demander l’avis des habitants de Chave » déclare Marie, une passante « Je ne comprends pas, le boulevard comporte une ligne de tramway et deux voies de circulation, où est ce que les forains vont garer leurs camions ? » se questionne Fatima, résidente du quartier.  « Vont-ils condamner l’entrée des magasins du boulevard Chave ? ».

En effet, les forains craignaient des discordes avec les autres forains des marchés où ils devaient être délacés, mais concernant les magasins implantés à Chave, ils n’ont pas demandé leur opinion « quel cauchemar, je vais les avoir devant chez moi » se désole Anaïs, une résidente. Les riverains appréhendent l’arrivée des forains, ils ont peur que le boulevard devienne sale, et concernant le stationnement ils sont furieux « je n’ai pas de parking dans mon immeuble, le marché c’est 3 jours par semaine, je ne sais pas comment je vais faire » ajoute Anaïs. Les forains devaient s’installer sur le boulevard à la fin du mois de septembre, restait à voir si des discordes entre les riverains et les forains apparaîtraient.

Le projet du marché de la plaine ne cessera jamais de faire polémique, à chaque solution, de nouveaux problèmes apparaissent. Selon le site « Made In Marseille » l’association Coté Eugène Chave « dénonce un choix incohérent et irresponsable » ainsi que « une pétition circulera en début de semaine, pour fédérer le maximum de commerces, le CIQ Chave/Eugène Pierre organisera également une pétition auprès des habitants de Chave ».

Et puis, coup de théâtre, la décision prise par la préfecture la semaine auparavant, a été annulée. Une nouvelle qui avait rendu les forains furieux. Ils avaient alors bloqué littéralement le rond-point du Prado en début d’après le jeudi 27 septembre. Plus de 240 forains avaient fait barrière afin de manifester leur désaccord avec les décisions de la Mairie. Les marseillais s’étaient retrouvés bloqués dans la circulation. C’était la pagaille dans le 8ème arrondissement. Les forces de l’ordre avaient été appelée en renfort pour sécuriser la zone. Rebelote le vendredi 28 septembre, en début de matinée. « Tout le monde peut nous voir et nous entendre, c’est un point stratégique » annonce un forain sur FranceBleu.  « On ne bougera pas » déclaraient les forains. Ils accusaient la mairie de se jouer d’eux et de ne pas prendre en considération leur demande. Ils se sentaient mis à la rue. Ils ne voulaient en aucun cas être dispersés sur les différents marchés de Marseille, comme l’avait indiqué Michel Marin dans un précédent article « Les forains de la plaine en crise » publié sur la Hune.

Agatha Granddidier & Lorine Sarkissian (IEJ2)

 

A lire aussi: Les forains de La Plaine en crise

 

 

Le Dimanche de la Canebière bat son plein

Le Dimanche de la Canebière bat son plein

Une cinquantaine d’événements sont venus faire vivre le 15ème Dimanche de la Canebière ce dernier dimanche de septembre. Jamais autant d’activités n’avaient été proposées, pour le plus grand bonheur des touristes et Provençaux.

Après sa pause estivale due aux fortes chaleurs, le dimanche de la Canebière du 30 septembre est revenu en force. Au total une cinquantaine d’événements divers et variés, dont la moitié sont nouveaux, ont été programmés. Jamais un Dimanche de la Canebière n’avait été aussi complet. Et ça n’a pas échappé aux Provençaux, et touristes, qui ont répondu présents. Plusieurs milliers d’entre eux sont venus fouler la Canebière, redevenu piétonne pour l’occasion. « C’est la première fois que je viens avec mon mari. D’habitude les événements proposés ne nous attirent pas », explique Carole, en route pour effectuer la balade culturelle Ostau de Pais. Mais les adultes n’ont pas été les seuls à s’amuser lors de ce 15ème dimanche de la Canebière, les enfants, eux aussi, ont eu le droit à leur lot d’activités.

De nombreux ateliers éducatifs

Faire venir ses enfants lors d’un événement culturel de ce genre n’est généralement pas chose aisée. Mais la Mairie du 1er et 7ème arrondissement de Marseille a su répondre aux attentes des familles. Plusieurs ateliers éducatifs ont été mis en place le long de la canebière. « Moi qui avais peur que mon fils s’ennuie, finalement il s’amuse plus que moi ! », s’exclame Jean-Michel, père de 37 ans. « On a créé cet atelier pour que les parents puissent apprendre à s’amuser avec leurs enfants, tout en les éduquant », indique Sarah Santamaria, coordinatrice de l’association terre ludique. Un peu plus haut sur la Canebière, les petits débrouillards, eux, apprennent aux enfants les noms des différentes espèces de poissons et autres crustacés présents dans le bassin méditerranéen. Au total se sont plus de 1.000 enfants qui ont pu s’instruire en s’amusant lors de ce Dimanche de la Canebière ensoleillé, soit un véritable succès.

Musique classique, jazz, rap, rock et folklore

Et ce dimanche, comme les précédents, les animations commencées au kiosque en musique avec du classique du jazz et du rap se sont poursuivies très rock rue Consolat dont la maire du 1/7 a estimé qu’elle pourrait devenir la Canebière prolongée jusqu’au Palais Longchamp avec ses studios de musique ces associations et ses galeries. La danse, moderne qui avait ouvert le bal à la Chambre de Commerce s’était poursuivie toute la journée avec des représentations folkloriques et autres tambourins, sans oublier les conférences et expositions proposées dans nombre de lieux ni le marché des producteurs pour faire revivre le terroir.

Jauffrey Ambrosino (IEJ3)

Le programme en quelques clics:

les animations spécifiques du 30 septembre ; les propositions culturelles récurrentes