Canebière: gilets jaunes, mal logés et… casseurs

Canebière: gilets jaunes, mal logés et… casseurs

Des groupes de casseurs ont dégradé le marché de noël samedi 1er décembre à l’issue d’une journée sans heurts avec barrages de gilets jaunes et défilés contre le mal logement sur la Canebière après le drame de la rue d’Aubagne qui a fait 8 morts le 5 novembre dans l’effondrement de leurs immeubles.

Il était  à peu près 18h30 samedi soir lorsque le décor de la Canebière change de couleur. De festif il se transforme en champ de bataille. Le centre-ville de Marseille est  couvert de nuages de fumée noire et fait dégénérer des manifestations pacifistes sur le Vieux-Port et sur la Canebière. Les forces de l’ordre dépêchées dans plusieurs dizaines de camion tentent de stopper les débordements. Au premier soir de Décembre, les décorations de Noël tombent à terre et les barrières du marché de Noël fermé par précaution avant les manifestations brûlent. Les commerçants ont l’air dépités à seulement trois semaines des fêtes de fin d’année. Ils affirment qu’ils ont perdu 30% de leur chiffre d’affaires. Un vendeur tente de nettoyer les inscriptions écrites à la bombe sur la vitrine de son bar-tabac pendant que trois artisans du marché de Noël expliquent qu’ils « espèrent pouvoir ouvrir demain ».

Des carcasses de poubelles en cendres brûlent sur le Vieux-Port. Vers Noailles, une voiture prend feu devant le commissariat de police. La Canebière est totalement bloquée. Les pompiers doivent régulièrement intervenir en se frayant un passage au milieu des gilets jaunes qui facilitent l’accès aux sinistres. Le magasin de téléphonie Orange sur la Canebière a été pris d’assaut et dévalisé.
Les casseurs arrivés en fin d’après-midi se sont mêlés aux trois mouvements de manifestations présents depuis le matin contre le mal logement, contre le maire (LR) de Marseille aux slogans de “Gaudin t’es foutu le peuple est dans la rue”, la CGT avec des fanions de l’intersyndicale pour le pouvoir d’achat et les « gilets jaunes » aux cris de “Macron démission” contre l’augmentation des prix des carburants. Ils s’étaient tous regroupés devant la mairie avant que les forces de l’ordre n’interviennent. Au total : 7.000 à 8.000 protestataires, selon les participants.

Un porte parole des gilets jaunes encore sur place explique : « nous sommes venus pour bloquer la Canebière, nous étions à peu près 2 000. Avec tous les manifestants, la Canebière était pleine ». Il poursuit : « nous ne sommes pas du côté des casseurs, nous ne sommes pas responsables de cela ». Un autre gilet jaune prend la parole. Il ne souhaite pas être perçus comme un casseur : « nous sommes ici, pas là ou il y a le feu, d’ailleurs ils arrivent, il va falloir partir » s’inquiète-il. Certains passants s’enfuient, d’autres observent la scène. Finalement, 21 personnes sont interpellées mais les dommages sont considérables.

Loane Philippe (IEJ2)

Laisser un commentaire