Laid, Beau, Sublime? au Musée des enfants

Laid, Beau, Sublime? au Musée des enfants

« Laid, Beau, Sublime ? ». Ce n’est pas un sujet de bac mais une question posée aux enfants à partir de 5 ans au Préau des Accoules à Marseille. Ce « Musée des Enfants », dans une exposition participative ouverte depuis le 17 octobre 2018 jusqu’au 6 juillet 2019, se propose de faire réfléchir les enfants sur le thème de la beauté dans l’art. Tout change selon les époques et les canons de l’esthétique dans différentes cultures depuis les grecs de l’antiquité. Et les enfants suivent et jouent le jeu.

afficheSylvia Marreau, médiatrice culturelle du musée s’amuse. Par groupes de dix, elle leur pose des questions. « Est-ce qu’une personne laide peut être belle à la fois ?», puis « une personne grosse peut-elle être belle ? ». Oui répond Kéra, 8 ans, à la première question ; oui répond sa sœur Sophia, 5 ans, à la seconde.

La guide leur raconte les différentes façons de concevoir la beauté selon les coutumes ou les cultures comme les femmes à plateau d’Ethiopie, les femmes girafe de Birmanie ou les chinoises aux petits pieds torturés. « Chacun son goût » dit Lena, 8 ans. Sylvia Marreau leur présente le diable de la mexicaine Carmina dont l’image est sur l’affiche de l’exposition. Est-il beau, attirant, repoussant ? Bizarre dit Lena, moche, dit son frère Andrea, 5 ans, laid dit Kéra, un monstre dit Sophia. Mais il est beau avec ses serpents rajoute Andrea.

Les enfants prennent ainsi conscience de la notion de beau et de laid. Ils poursuivent la visite Beau, laid...devant des tableaux et des sculptures réalistes ou surréalistes. Les filles connaissent déjà Aphrodite au programme de CE2, avec les garçons elles surprennent dans leur lecture d’Orphée aux enfers de Pierre-Amédée Marcel-Beronneau. Ils s’intéressent à Hadès, le maître des enfers dont ils connaissaient le chien Cerbère aux trois têtes ; ils découvrent Orphée et Eurydice ; ils abordent le cubisme et citent Picasso dont ils ont découvert des œuvres dans ce même musée ; ils s’interrogent devant une œuvre surréaliste de Victor Brauner.

Est-ce beau, est-ce laid ? L’oiseau de paradis de Martial Raysse construit avec des déchets de bouteilles plastiques leur pose un problème. Un objet de collection dans les années 70 fait de bouteilles maintenant interdites. Guidés par la médiatrice culturelle ils comprennent que « cette œuvre pas belle, en plastique de matériaux de récupération est une sublimation qui rend plus beaux ces objets ». Comme le diable mexicain de l’affiche.

Deux filles ont joué la sortie d’Orphée des enfers dans le petit théâtre de marionnettes mis à disposition tandis que d’autres enfants fabriquent des œuvres d’art qui seront toutes sublimes pour leurs parents et accompagnateurs.

“C’est très bizarre”, dit Lena en parlant de l’exposition. “Oui mais c’était beau le monstre très laid”, rajoute son frère Andrea.

al/

  • Préau des accoules, musée des enfants; 29, montée des Accoules – 13002, Marseille
  • tel: 0491915206; resa-preaudesaccoules@marseille.fr

Laisser un commentaire