Marseille terre de cinéma ?

Marseille terre de cinéma ?

D’un cinéma de dernière technologie à un qui diffuse uniquement des films d’auteurs… Qu’on soit fan des derniers Avengers ou bien qu’on souhaite voir le dernier Jacques Audiard, l’offre cinématographique de Marseille est capable de satisfaire ses habitants.
2019 marque un tournant dans l’histoire cinématographique de la ville avec l’ouverture d’EuropaCorp en mars dernier, la rénovation des Variétes et l’ouverture d’un nouveau cinéma nommé Artplexe à la place de la mairie sur la Canebière pour début 2021. Chacun a ses spécificités : le nouveau-né de la franchise Pathé-Gaumont est calibré pour recevoir les derniers blockbusters américains, Les Variétés et Artplexe sur la Canebière vont proposer des films d’auteurs et d’art et essai. Actuellement si vous voulez voir ces derniers, il faut plutôt se diriger sur le cinéma du MuCEM, le Gyptis dépendant de la Friche Belle de Mai ou La Baleine cours Julien.
Marseille possède 11 cinémas (bientôt 12) regroupés majoritairement dans le centre-ville; les 3 Palmes et le cinéma de la Buzine se trouvent à l’Est. Seuls Paris et Lyon vont mieux avec 156 cinés pour la première et 19 pour la seconde.  A noter un regain d’attrait pour les salles obscures après la disparition de quatre cinémas à Marseille ces 20  dernières années (UGC Canebière, Le Paris Rue Pavillon, le Breteuil Boulevard Notre-Dame et l’UGC de Grand Littoral)

Point négatif de ce bouleversement cinématographique: le 14e et le 15e arrondissements de Marseille restent à l’écart de cette révolution.

Vous trouverez dans cette MyMap la localisation des cinémas à Marseille réalisée par Lorenzo Ciampi (IEJ3): clic

Si les quartiers nord de Marseille sont dépourvus d’offre cinématographique dans leurs secteurs, il y avait un temps où le centre commercial Grand Littoral possédait son propre cinéma ! Nommé UGC Ciné Cité de Marseille, ce complexe de quinze salles a ouvert ses portes en octobre 1997 mais fermera deux ans après son inauguration. La cause ? Une partie de Grand Littoral, notamment celle où était installé le cinéma, était construite sur un terrain sablonneux, ce qui pouvait causer des risques d’effondrement. Le coût des travaux avait été estimé à 90 millions de francs pour préserver le cinéma. Problème : ces aménagements ne garantissaient pas la stabilité du complexe. « La démolition est inévitable puisque l’immeuble bouge et sa reconstruction n’est pas envisagée parce que le promoteur n’a jamais pu réunir les conditions nécessaires”, avait indiqué à l’époque Hugues Borgia, le directeur du développement d’UGC, à l’AFP.

Un projet de réouverture avorté…

En 2016, le UGC Ciné Cité devait rouvrir ses portes au public dans l’aile Azur, en dessous de Primark. Les habitants des quartiers nord attendent toujours la première pierre… Le projet a été bloqué plusieurs fois à cause de plusieurs recours d’Europacorp, la société de Luc Besson. Le producteur français ne voyait pas d’un bon œil la création d’un nouveau complexe cinématographique, tandis que son projet de cinéma Europacorp à La Joliette n’avançait pas. Finalement Besson aura raison, son cinéma repris sous le nom d’Europacorp Pathé Gaumont a ouvert ses portes début avril tandis qu’UGC Ciné Cité reste à l’état d’embryon…

Lorenzo Ciampi (IEJ3)

En savoir plus sur le cinéma Les Variétés: clic

en savoir plus sur Europacorp La Joliette: clic

en savoir plus sur le cinéma Artplexe: clic

Laisser un commentaire