Archives de
Mois : février 2020

Canebière, premier tiers piéton

Canebière, premier tiers piéton

Les marseillais pourront prendre possession du premier tiers de la Canebière devenu totalement piéton et sécurisé et de profiter de ses huit nouveaux bancs publics à l’occasion du prochain dimanche de la Canebière pour sa 25ème édition (D2K#25). Commencés en janvier 2017, les dimanches de la Canebière avait été lancés dans le but de valoriser le centre-ville. Cette initiative a été suivie en 2019 par une vaste opération de piétonnisation du centre-ville avec l’aide du département pour redynamiser ses commerces en manque de chalands après la création de ceux nouveaux centres commerciaux au sud et au nord en plus du Centre Bourse. Après le cours Jean-Ballard, le marché des Capucins, les abords de l’Opéra et du Centre Bourse jusqu’au Jardin des Vestiges, cette première phase de piétonnisation de la Canebière s’est terminée par la pose des plots anti-intrusion retractables. Prévue initialement jusqu’aux Boulevard Dugomier et Garibaldi pour fin janvier 2020 n’a pas dépassé le carrefour Saint-Louis/Belsunce avant la fin de la mandature en cours.

Considérée comme une frontière entre le nord et le sud de la ville par le géographe et urbaniste marseillais Marcel Roncayolo, la Canebière devrait ainsi redevenir un lieu de mixité sociale selon l’initiatrice de ce projet, Sabine Bernasconi, maire (LR) du premier secteur et vice-présidente du Conseil Départemental. Grace à la piétonnisation et aux transports en commun menant vers le centre les élus espéraient retrouver un lien entre les quartiers pauvres et les plus riches et redonner son lustre à cette artère mythique connue “jusqu’au bout de la terre” comme le proclame la chanson mise en musique par Vincent Scotto. Une voie ou aboutissent les rues Paradis et ses beaux magasins, Saint Ferréol piétonne avec de nombreuses enseignes nationales depuis plus de dix ans, de Rome, d’Aubagne, Longue des Capucins et des Feuillants du quartier pauvre de Noailles, et d’un autre côté le centre Bourse qui attire.

Il a fallu dix ans pour que le cours d’Estienne d’Orves débarrassé de son parking sur quatre niveaux soit investi par les terrasses des cafés et restaurants donnant vie à cette grande place parallèle au quai de Rive-Neuve. Les travaux des abords de la Canebière ne sont pas encore terminés et l’on ne peut que souhaiter un renouveau à cette artère centrale de la Ville en dépit des protestations véhémentes des automobilistes perdus dans des impasses.

al/

Promenade en sur la Canebière du Vieux Port au carrefour Saint-Louis/Belsunce

D2K#25, 2ème dimanche 3ème saison

D2K#25, 2ème dimanche 3ème saison

Affiche D2K#25 2020.02.23 Après les Arts de Rue en janvier, les “Dimanches de la Canebière” de février ont décidé de rendre au hommage aux Arts du Cirque. Pour la troisième saison de cette manifestation mensuelle lancée en janvier 2017 par la maire (LR) du premier secteur, ce 23 février sera le deuxième dimanche de l’année à accueillir les marseillais et touristes avec des activités culturelles sur la Canebière. Cette 25ème édition (D2K#25) sera aussi l’occasion de profiter pleinement de la piétonnisation du premier tiers de la Canebière enfin terminée, du Vieux-Port au carrefour Cours Saint-Louis cours Belsunce  avec des plots de sécurité anti-intrusion de véhicule pour la sécurité des piétons.

Dans un éditorial ouvrant le dépliant qui sera remis aux passants durant cette journée de 10h à 18h, la maire Sabine Bernasconi à l’initiative de ces journées, précise qu’une trentaine de spectacles seront à nouveau proposés dont deux de cirque la Compagnie Archaos sur le 1er tronçon rénové et sécurisé de la Canebière. Les cuivres devraient aussi résonner au Palais de la Bourse pour le spectacle “Adagio, les prestiges de la trompette”.
L’ “Espace Manifesta” à l’angle cours Saint-Louis/Canebière accueillera, dans le cadre du Festival “Avec le Temps”, le spectacle de la jeune artiste Charlène Darling. L’Akdemia del Tango installera de son côté un Cabaret musical autour du Jazz.
Petite surprise supplémentaire pour ce mois de février dans la perspective des Finales de la Coupe d’Europe de Rugby, la Ville de Marseille invite les volontaires à venir marquer un essai sur la Canebière, dans un décor de rugby aménagé à cet effet.

Parcours “découverte” proposé par la mairie:

  • 11h00- Le CIAM- Atelier HULA HOOP- T1 rue St Ferréol prolongée
  • 11h30- Compagnie Amer i Africa Circ -spectacle de cirque de portés acrobatiques T1 Angle St Ferréol (devant Caisse d’épargne)
  • 11h45- Le CIAM – atelier trapèze- T1 devant office du tourisme
  • 12h15- Cie ZANIA- Numéro comique de théâtre grotesque en équilibre T1- Devant CCI
  • 13h- Loly circus- Atelier de fil – T2 devant la Mairie de Secteur
  • 13h15- Exposition Mairie de Secteur – T2- Rutili
  • 14h- Spectacle Groupe Vocal Mélodie-Association Dany Giordano- T2 Auditorium Mairie de Secteur
  • 14h30- Cie Lady Cocktail- Spectacle de cirque avec portique aérien
  • 15h- EPCR Rugby-

Zoom sur le programme et activités à découvrir:

Mise en page 1

Mise en page 1

 

 

Mobilité à Marseille : c’est l’enfer 

Mobilité à Marseille : c’est l’enfer 

Marseille Vieux-Port du Pharo à la Bonne Mère ©zal

Les acteurs de la mobilité en ville ont souligné le retard de Marseille par rapport aux autres villes lors d’un débat fin février organisé au bout de la Canebière par le quotidien La Provence. Pour eux, il faut réagir maintenant. 

Un changement prévu pour 2025… ou 2030 ? 

« L’enfer des transports à Marseille », c’était la thématique du débat qui s’est tenu jeudi sur la mobilité. Organisée par La Provence, la discussion mobilisait plusieurs acteurs clé de la question. Que ce soit pour mettre en place le vélo en ville, réduire la place de la voiture, ou encore élargir la couverture des transports en commun, une seule phrase est revenue à mainte reprise : il faut agir vite. Mais peu d’espoir de voir la situation s’améliorer avant 2025, voire 2030, selon les participants.
Canebière piétonne ©zal
Canebière piétonne ©zal

Pendant que les uns et les autres se questionnent sur les solutions à mettre en place pour limiter les bouchons (qui représentent 150 heures perdues par an pour chaque Marseillais), Jean-Pierre Serrus insiste: « Nous avons l’institution mais nous n’allons pas assez vite. Il nous faut 10 ans maintenant pour rattraper les 30 années de retard ». Vice-président de la Métropole Aix-Marseille-Provence délégué à la mobilité, aux déplacements et aux transports et Maire de La Roque-d’Anthéron, Jean-Pierre Serrus (ex LR passé chez LaREM) estime que les institutions et les avancées technologiques en matière de transport devraient permettre à Marseille de se développer, si elle le voulait. 

Le vélo comme solution alternative 
St Ferréol piétonne Préfecture ©zal

Et pour désencombrer la 2ème ville la plus embouteillée de France, quoi de mieux que d’adopter le vélo ? Pourtant la solution paraît utopique. « Je crois qu’on pourra mettre toutes les pistes cyclables qu’on veut et tous les bus à haut niveau de service, toutes les lignes, tant que les gens auront la possibilité de trouver une place pour leur voiture, ils le feront », commente Cyril Pimentel du collectif “Vélos en ville”. Un plan vélo qui mobilise malgré tout 60 millions d’euros de la métropole. 

 Un projet ambitieux qui ne demande plus qu’à être mis en place. 
 
Marie Audemard (IEJ3)