Canebière: changement de cap

Canebière: changement de cap

La Canebière a viré de bord. Marseille a changé de cap. La nouvelle équipe municipale s’installe.

Il sera temps sur ce site de faire le bilan des mandatures précédentes concernant le centre-ville dont nous avons fait état au fur et à mesure et la réhabilitation en cours de la Canebière que n’avait pu réaliser l’ancien maire socialiste du premier secteur faute de soutien de la mairie centrale dirigée par la droite. Le rêve évoqué par des candidats écologistes de transformer la Canebière en une forêt urbaine comme un “Central Park” sur Méditerranée ne verra probablement pas le jour, “faute de moyens” selon certains nouvellement élus; de même celui de la maire de secteur sortante de faire de la Canebière un “Broadway marseillais” avec piétonnisation du centre-ville reste encore non achevé. Il faudra du temps pour que la population investisse ces aires libérées comme il en a fallu pour donner vie au cours d’Estienne d’Orves. Dix ans… Les manifestations des “dimanches de la Canebière” lancés en 2017 ne se poursuivront pas si l’équipe sortante est battue, avait averti la maire (LR) délogée. Ces rendez-vous autour d’artistes et d’artisans avaient pour but de favoriser un brassage de la population une fois par mois sur la Canebière souvent définie comme une frontière entre le nord et le sud de la ville. 

Les projets de la nouvelle municipalité sont à venir et nous en observerons l’évolution depuis la Hune alors que la Canebière vient de changer de timonier.

Pour information, voici la profession de foi de Michèle Rubirola, nouvelle maire de Marseille, élue samedi 4 juillet par le conseil municipal. Gageons qu’elle tienne parole.

al/

————-

DISCOURS INSTALLATION DE MICHELE RUBIROLA MAIRE DE MARSEILLE

LE 4 JUILLET 2020

Je voudrais commencer par une citation, elle est de Blaise Cendrars

« Marseille appartient à qui vient du large »

Pour ma part je ne sais pas si le Printemps Marseillais vient du large, mais je sais qu’il vient de loin.

Mesdames les conseillères municipales, messieurs les conseillers municipaux, Chers élus,

Le premier sentiment qui m’anime cet après-midi après cette élection au poste de maire de Marseille c’est le soulagement.

Je suis soulagée et heureuse de savoir que la volonté de la majorité et du peuple de Marseille a été respectée.

Car dimanche dernier la ville de Marseille, rebelle et fraternelle a donné une belle leçon à la France.

Cette victoire a été possible grâce au formidable engagement de chaque tête de liste, à l’énergie incroyable de chaque colistier, à la ferveur de centaines de militants.

Au fond, rien ne peut me faire oublier la joie immense d’avoir mené cette campagne et de l’avoir remportée. Cette joie, ce bonheur, cet espoir c’est celui du Printemps Marseillais.

A l’image de notre ville la campagne a été bigarrée, joyeuse, créative, et il a soufflé sur Marseille un grand vent de liberté, d’égalité, de fraternité. De nombreux membres ou sympathisants du Printemps Marseillais se sont mobilisés pendant la crise du coronavirus, ils ont tous fait preuve de cette solidarité dont nous nous réclamons et qui nous semble le ciment du peuple de Marseille.

J’éprouve une immense fierté à vous représenter aujourd’hui dans ce fauteuil de maire qui a vu défiler devant lui des générations d’élus et d’illustres prédécesseurs.

J’ai une pensée sincère pour Monsieur Jean-Claude Gaudin qui a donné une grande partie de sa vie à cette belle fonction et qui restera dans la mémoire de cette ville.

Je mesure le poids des responsabilités qui me sont confiées en particulier dans un contexte de crise économique, sociale et sanitaire.

Mais je mesure aussi l’espoir que notre mouvement a suscité.

Je veux remercier tous les conseillers qui m’ont apporté leurs suffrages, à Samia Ghali et ses colistiers et qui ont permis de constituer une majorité qui va nous permettre de gouverner la ville, et réduire la fracture territoriale en unissant nos forces et nos compétences. Merci pour cette confiance, soyez assurés que je serais toujours une maire disponible et attentive à vos demandes. Ensemble, nous allons démontrer que la volonté politique peut déplacer des montagnes et qu’il n’y a dans cette ville aucune fatalité. 

Je n’ai jamais exercé ce type de fonction politique. Mais ne doutez pas de ma détermination à prendre les bonnes décisions. Je sais que nous allons très vite être confrontés à des choix déterminants et soyez-en sûrs, j’assumerai toutes mes responsabilités.

Je veux aussi remercier du fond du cœur tous mes colistiers du Printemps Marseillais, les têtes de listes comme tous les autres, qui ont su porter collectivement notre victoire, la victoire d’une équipe, d’un collectif, d’un mouvement sans précédent qui a su capter et relayer les attentes, les révoltes et les espoirs d’une grande partie des Marseillais.

Parce qu’il aime sa ville comme personne et qu’il en parle avec une grande justesse, j’ai une émotion particulière pour Benoit Payan qui a su porter très haut la politique en préférant l’intérêt de Marseille à son destin personnel. Merci Benoit je n’oublie pas que je ne serais pas à ce poste si tu n’avais pas choisi de te retirer, merci pour ton aide, ton expérience et surtout le regard lucide et bienveillant que tu portes sur Marseille et qui nous sera précieux pour préparer l’avenir.

Je n’oublie pas aussi de remercier toute l’équipe qui m’a entourée dans cette longue campagne, mes proches bien sûr, mon mari mes enfants, ma famille, mes amis mais aussi tous les gens que j’ai croisé tous les jours dans mon quartier, dans la rue, à mon travail dont les messages d’encouragements si simples et si sincères m’ont fait chaud au cœur.

Enfin je remercie les Marseillaises et les Marseillais qui sont allés voter dans une période où l’abstention gagne du terrain. Merci pour votre sens civique et quel que soit votre vote, il va compter et il est très important.

Au-delà de cette assemblée un peu solennelle je voudrais surtout que mon discours s’adresse à toutes les Marseillaises et tous les Marseillais.

Aux « gens de peu », ceux qui vivent avec moins de 950 € par mois, aux « gens de rien », ceux à qui il ne reste que leur dignité, à tous ceux qui souffrent de la misère et de la pauvreté, fléaux de notre ville, à tous je veux leur dire on ne vous abandonnera pas !

A tous ceux qui ne sont pas allé voter par dégout, désespoir ou désaveux de la classe politique, à ceux qui ne croient pas dans leurs élus et qui doutent de leurs institutions. Je veux leur dire qu’on agira toujours dans l’intérêt général, au service de tous, avec le même souci d’égalité quelques soit nos différences, je veux que chacun retrouve la fierté d’être marseillais et se retrouve dans leurs représentants.

A tous les citoyens engagés, dans la vie civique, dans l’animation de leur quartier, aux lanceurs d’alerte, aux responsables associatifs, à toutes ces Marseillaises et tous ces marseillais mobilisés pour tenter d’améliorer la vie et créer du lien social. Je veux les remercier, la démocratie locale a besoin d’eux et ils seront nos interlocuteurs.

Aux entrepreneurs, aux commerçants, aux artisans, aux entreprises de l’économie sociale et solidaires, du tourisme, aux stars-up à toutes les forces économiques capables de nous aider à redresser Marseille. Ensemble nous réussirons parce que nous avons du caractère, des atouts indéniables et que nous saurons tirer profit de toutes les richesses offertes par notre Cité.

Aux chercheurs, aux universitaires, aux intellectuels dont la vision nous sera utile pour penser la ville et anticiper les grands défis qui nous attendent : la transition écologique, la réduction des inégalités, la dignité de chacun, le vivre ensemble.

A la jeunesse qui est peu allée voter et dont l’énergie nous est pourtant vitale. Je veux cultiver l’intelligence de Marseille en l’impliquant davantage dans la vie de notre cité. Je veux d’une ville jeune et festive où les jeunes ont envie de rester.

Je veux dire aux enfants d’immigrés de plusieurs générations, qui peuvent parfois se sentir à la marge, vous êtes chez vous à Marseille et nous avons besoin de vous, de vos talents, de votre énergie. Tous vous méritez notre respect.

Enfin je m’adresse au personnel municipal pour leur proposer un nouvel élan dans les politiques publiques, je veux les assurer de toute ma confiance et ma détermination à les écouter pour un retour à l’équité et libérer les compétences.

A tous, je voudrais dire que je serai la Maire de toutes les marseillaises et tous les Marseillais, et que je rechercherais toujours l’unité de cette ville, sa concorde, dans la tolérance, le respect, la transparence et le dialogue.

A tous élus comme citoyens je parlerai un langage de vérité.

Beaucoup d’entre vous le savent, j’ai toujours préféré confronter les idées plutôt que d’opposer les personnes et dans cet hémicycle comme à l’extérieur, je continuerai à agir ainsi.

C’est pourquoi, je voudrais que les débats à venir soient respectueux et s’attachent enfin à parler des problèmes de fond.

Le clanisme, le népotisme, le clientélisme ont vécu.

Ce projet c’est celui d’une ville plus verte, plus juste et plus démocratique.

Aussi je demanderais au conseil municipal de suivre les préconisations de la Chambre Régionale des Comptes.

Ça c’est l’urgence et nous voterons un premier budget qui s’inscrit dans cette trajectoire.

Ainsi nous dégagerons des marges de manœuvres.

Vous l’avez compris, je veux aussi faire de la lutte contre tous les gaspillages une priorité, gaspillage de l’argent public comme gaspillage des ressources ou des énergies.

Notre ville nous l’aimons et nous y sommes profondément attachés, j’y suis née et j’y ai grandi, je l’ai vu se transformer et je la connais dans toutes ses subtilités, elle ne ressemble à nulle autre et on n’en changerait pour rien au monde.

Je m’engage à servir ma ville avec courage et humilité, sans mentir et sans tricher, en essayant d’être digne du mandat que vous me confiez et ayant toujours présent à l’esprit l’attente de nos populations.

Les chantiers d’aujourd’hui seront la ville de demain et en 2026 je veux pouvoir regarder l’avenir avec un peu plus de confiance en me disant que nous avons travaillé pour le bien commun. Ce serait ma plus grande récompense.

Médecin, j’ai passé une grande partie de ma vie au service de mes patients, dans des quartiers difficiles avec une vraie passion pour mon métier. Cette passion elle est intacte, elle va me porter, elle va guider Marseille et avec vous tous, à l’aube d’une formidable aventure je suis sûre que nous allons faire de belles choses, que nous allons transformer Marseille et être digne de la confiance qui nous est donnée.

Je vous remercie

Michèle Rubirola

Maire de Marseille

Laisser un commentaire