Archives de
Mois : novembre 2020

La Canebière au ralenti

La Canebière au ralenti

©zal
©zal

Un kilomètre de promenade, c’est la Canebière. 1.000 mètres tout juste du Vieux-Port aux Réformés. Mercredi, il n’y avait pas la grande foule, mais de nombreux passants pressés. Confinement oblige! Le premier tiers, du Vieux-Port au cours Saint-Louis/Belsunce, totalement piétonnisé, était quasi désert. Les rideaux des rares boutiques non alimentaires et des cafés tirés, sauf les banques, les téléphonies, Monoprix, et le kiosque à journaux. Installés depuis le début de l’année, les 18 bancs publics étaient occupés par des vieux du quartier venus prendre l’air, comme sur les margelles hautes des bacs à fleurs de la place De Gaulle. De la centaine de mendiants qui ponctuaient la Canebière avant le confinement il reste une dizaine de sans abris espérant l’arrivée d’un passant pour leur donner la pièce. Ils se regroupent en haut de la Canebière de 8h à 9h30 pour un petit déjeuner offert par Emmaüs. Les vendeurs à la sauvette de cigarettes de contrebande sont en revanche toujours là sous les caméras de surveillance, en bas du marché des Capucins toujours aussi fréquenté à la mi-journée. Les riverains s’en retournent chez eux avec leurs cabas chargés.

Désertée pendant le premier confinement la Canebière retrouve un peu de vie sur sa deuxième partie entre les cours Saint-Louis et Garibaldi. Le quartier de Noailles est très animé devant le commissariat central. Aucun contrôle à la sortie du métro. “C’est le centre ville” dit un policier en faction.
Les jeunes trotinettistes ou scooteristes avec des figures acrobatiques dangereuses pour les passants avaient un temps occupé l’espace laissé vacant par les automobiles depuis janvier entre Vieux-Port et la rue Saint Ferréol sans aucun chaland. L’esplanade devant la Chambre de Commerce est devenue un lieu de manifestation dans le prolongement de celles régulièrement organisées sous l’ombrière.

al/