Archives de
Auteur : Antoine Lazerges

Ambiance bon enfant clairsemée sur la Canebière

Ambiance bon enfant clairsemée sur la Canebière

IMG_1385

Nombreux sont les Marseillais qui sont venus découvrir la 7ème édition des «Dimanches de la Canebière», profitant des dernières chaleurs de l’été en dépit de la concurrence de la Foire de Marseille.

Les familles, les groupes d’amis se sont succédés ©Ilona Di’Mécosur la Canebière dimanche pour cette 7ème édition des « Dimanches de la Canebière ». Des centaines de personnes ont pu profiter de spectacles de danse, de concerts de rock, et d’expositions culturelles… Depuis le mois de janvier, la mairie du 1er et 7ème  arrondissement organise une journée de fête pour redonner vie au centre-ville depuis son artère mythique qu’est la Canebière. Une voie centrale qui fête cette année les 90 ans de la réunification en 1927 par le Conseil Municipal des trois tronçons qui la composent sur un kilomètre, la Canebière ancienne du temps de Louis XIV, la rue de Noailles et les allées de Meilhan, du Vieux-Port au kiosque à musique

IMG_1397A 11 heures déjà, les familles et les enfants étaient intrigués par la fontaine des mobiles, entièrement remodelée pour l’occasion. « Elle a du succès. Depuis le début de la matinée, ils viennent regarder les tableaux et la carte d’orientation. Les enfants aiment grimper sur la nouvelle structure », se félicite Olivier Bedu, directeur du groupe « Cabanon Vertical » à l’origine de ce projet.

Tout le long de la Canebière où l’on notait une foule plus clairsemée que les éditions précédentes, des jeux sont installés gratuitement. « C’est agréable de pouvoir profiter d’un dimanche en famille. Avec mes enfants, on était déjà venu pour les éditions précédentes et je sais qu’ils s’amusent toujours », raconte joyeusement Marie-Christine, maman de deux enfants de 5 et 8 ans. De même, des spectateurs de danse amateurs ont réuni des spectateurs.

Du côté des étals de la Fédération des Commerces du Centre-Ville, on se pressait pour trouver quelque chose à grignoter ou un plat à emporter jusqu’aux grandes tables installées à l’entrée du Centre Bourse. Cette voie était sécurisé par des plots en béton et protégée de toute incursion de véhicule comme toute la Canebière entièrement piétonnisée ou des camions et voitures de police placées en travers de la chaussée ne laissaient passer que les tramways.

IMG_1399Sur la « rue du rock » (rue Consolat au bout de la Canebière vers le Palais Longchamp), une vingtaine de groupes se sont succédé. D’univers divers, ils ont assuré le spectacle de 14h à 21h. Plusieurs dizaines de personnes les entouraient et les enfants dansaient. « Merci de vous être arrêtés pour écouter nos reprises des plus grandes chansons rock », s’exclame le chanteur avant de débuter sa dernière chanson.

Malgré la concurrence de la Foire de Marseille qui attire toujours un large public , une bonne ambiance a régné toute la journée sur l’avenue mythique de Marseille.

Les Marseillais pourront encore en profiter le dernier week-end des deux prochains mois en attendant la poursuite de cette expérience de Canebière festive et piétonne le premier dimanche de février 2018.

Ilona Di’Méco (IEJ)

« Cabanon Vertical » revisite la fontaine des mobiles

« Cabanon Vertical » revisite la fontaine des mobiles

L’association « Cabanon Vertical » s’est lancée un nouveau défi: réhabiliter la fontaine des mobiles en seulement trois jours. Le 24 septembre, à l’occasion des Dimanches de la Canebière, l’association présentera son projet culturel sur la place Léon Blum.

Rencontre avec le chef du projet, Olivier Bedu:

« Cabanon Vertical est une association qui réunit architectes, artistes… et on travaille sur l’espace public. Donc l’idée, c’est de travailler sur ce qu’on appelle des sculptures lieux, c’est à dire des structures qui joue sur la question de l’usage et de l’esthétique. On arrive à en faire des espaces de convivialité, où les gens se rencontrent. »

« On travaille beaucoup sur la vallée de l’Huveaune, à Saint-Mauront, et aussi à Salon-de-Provence. Surtout sur des quartiers d’habitats sociaux, pour retrouver du vivre ensemble. C’est un projet à l’occasion des Dimanches de la Canebière. L’idée, c’est de le laisser un mois. Avoir un temps d’expérimentation. »

Le montage de la structure ©Ilona Di’Méco

 

« La fontaine est désaffectée depuis une bonne vingtaine d’année. On a comblé le bassin par un plancher. On associe cela avec un travail qu’on a fait avec l’artiste, Nicolas Memain. On a mis des photos reprenant un point de vue à un moment de l’histoire de cette place Léon Blum. On peut donc voir des photos de la transformation par la construction de l’Eglise, par les aménagements réalisés dans les années 70 (Mise en place de Marine Ruffin). On va mettre une table d’orientation sur laquelle on peut marcher, on aura une vue aérienne de la place avec de nombreuses informations historiques.»
« C’est un projet que l’on a soumis au service culture du département qui le finance et est intégré aux Dimanches de la Canebière»  a conclu Olivier Bedu.

A voir. RDV dimanche 24 septembre de 11h à 18h place Léon Blum pour l’un des temps forts du 7ème dimanche de la Canebiè

Ilona Di’Méco (IEJ)

Bureau des guides, 152 la Canebière

Bureau des guides, 152 la Canebière

Nouveau document 2017-09-22Le bureau des guides fondé en 2013 lors de Marseille capitale de la culture, réunit des groupes d’artistes au cœur de la Canebière dans un nouveau lieu au numéro 152 en face du kiosque à musique. Un bon moyen, pour faire vivre cette avenue piétonnisée un dimanche par mois depuis janvier 2017.

Sous son nom « GR2013 », le bureau se lie à la Cité Phocéenne  notamment à travers les dimanches de la Canebière. D’autres activités sont également proposées aux passionnées de randonnée pédestre au cœur du territoire marseillais. Elle fait l’articulation entre lieux urbains et lieux de natures.

Le bureau des guides n’est pas seulement là pour faire découvrir, mais  faire aussi apprendre et prendre le temps de connaître en détails l’univers dans lequel on vit. Le tout dans un côté décalé, le bureau mélange marche et art. Des situations atypiques, ou la randonnée se transforme en marche de poésie, ou encore des installations publiques originales afin de mieux réunir les groupes. La convivialité et l’esprit de découverte, mélangés à l’art, font le charme du GR2013 dont le parcours fait 365km dessiné par des artistes dans et autour de Marseille. 

A l’occasion de la nouvelle édition des dimanches de la Canebière, ce dimanche 24 septembre sous la thématique générale du patrimoine, l’art et la culture sont à l’honneur à Marseille. Le AMBRINE ZIANI BALADE 2bureau des guides y participe avec son collectif d’artistes, dont Nicolas Mémain, urbaniste et poète que l’on voit ici en photo dans son gilet jaune en équilibre, passionné par son sujet lors d’une de ses premières conférences sur la Canebière en janvier 2017.

Nicolas Mémain aime montrer sous un nouvel angle l’environnement dans lequel les marseillais vivent. Pour le 7ème dimanche de la Canebière, il va inaugurer le nouveau bureau des guides, 152 la Canebière. Le public pourra entrer dans la première partie du local composé d’un sas vitré au travers duquel seront présentés différents aspects du GRv2013, a indiqué Loïc Magnant du bureau des guides. Il s’agit de regarder différemment la Canebière et de redécouvrir la ville avec une vue d’artiste. Nicolas Memain y racontera la Canebière à partir de 14 dimanche dans une conférence avec des images actuelles et anciennes des rues liées à la Canebière.

En face du bureau des guides, sur la fontaine des Mobiles comme support expérimental, l’association “Cabanon Vertical” proposera dimanche et pour un mois au public une autre vision interactive de la ville.

en savoir + sur le GR2013

Virginie Bonnefoy & Cynthia Aymeric (IEJ)

Canebière, les temps forts du 24 septembre

Canebière, les temps forts du 24 septembre

BUREAU DES GUIDES

Nicolas Memain vous invite à une conférence
performée à l’occasion du lancement de
la vitrine du Bureau des guides du GR2013
au 152 Canebière. Une mise en scène dans
la rue d’un érudit devant son ordinateur
pendant 4 heures, pour partager son retour
d’expériences sur la Canebière, la rue de
Rome, la rue Saint-Ferréol et la Plaine.
Nicolas projettera des photos, cartes &
plans actuels et anciens dans un diaporama
improvisé et opportuniste, jusqu’à interpeller
les autres érudits de passage, les invitant à
discuter et contribuer à ce premier atelier
d’échange de connaissances ouvert aux
passionnés du centre-ville de Marseille.

LA REVUE SONORE

Immersion sensorielle par le son 3D depuis le
17éme étage de la troisième tour La Bourdette
et depuis le site archéologique de la Bourse.
Écoutez, vous allez voir ! Une proposition de La
Revue Sonore. Avec Phonomatik Lab. Et sous
l’hospitalité de l’Association les Labourdettes
et du musée d’Histoire de Marseille.
Séances de diffusion en appartement et en
extérieur, au coeur du site archéologique de
la Bourse.

CABANON VERTICAL

Le temps d’un mois, une installation
transforme la Fontaine des Mobiles en un
véritable mobilier. Les formes sculpturales
de la fontaine sèche retrouvent des usages,
confortables et généreux. Dans le cadre des
journées du patrimoine 2017, l’installation se
fera support d’éveil au paysage environnant.
Une table d’orientation et de grandes images
d’archives attireront l’attention des usagers
sur la valeur patrimoniale du paysage, et les
inviteront à jeter un regard curieux sur l’objet
sculptural, pris dans son contexte.

FUNNY MUSICAL PRODUCTIONS

Spectacle basé sur un quiproquo mêlant
l’humour et les magnifiques chansons de
Vincent Scotto et René Sarvil à travers les
Opérettes Marseillaises des années 30. Ce
cabaret est une rencontre hybride entre un
one-man-show et une comédie musicale.
Les cinq artistes ; un humoriste, 3 chanteurs/
acteurs et une accordéoniste, vous offrent
une heure et demie de rire et d’émotion
dans un langage et une gestuelle toute
contemporaine. Ils interprètent plus de 15
chansons ! Angélina et Jackie l’accordéoniste,
réinventent les bals musettes, les bals
Racatti des années 20 à Marseille mais
dans Le Public sont présents, Tom Clarck
producteur new yorkais de la Belle de
Mai, François chanteur de charme de thés
dansant sur la riviera et Maxime sa voisine…
Entresort de 15 à 20 mn posant les bases du
spectacle chanson, humour, danse… finissant
sur un clifhanger pour connaitre la suite de
l’histoire au Silo le 17 décembre !

MP 2017, en perte de vitesse

MP 2017, en perte de vitesse

21/09/2017

Capitale européenne du sport en 2017, Marseille a manqué de fougue660dc lors de nombreuses manifestations sportives et a été négligée par les Marseillais.
Après Marseille, capitale de la culture en 2013, la deuxième ville de France a été nommé Capitale Européenne du Sport en 2017. On a noté un manque d’enthousiasme autour des événements sportifs s’est fait ressentir tout au long de l’année. Malgré quelques manifestations sportives remarquables comme le “Red Bull Crashed Ice” en ouverture, les demi-finales de Top 20232148_1473066152732864_1285303036170275857_o-318412714 en avril dernier, ou encore une épreuve du Tour de France en juillet).
La ville a pourtant pu bénéficier d’aides financières de l’Europe pour développer de nouvelles infrastructures et organiser près de 400 événements. Mais les Marseillais, de naturel sportif, n’y ont pas prêté attention.
L’adjoint au sport, Richard Miron a pourtant souligné dans La Provence la réussite de MP 2017.
tour-de-france-etape-provence« Le bilan est très positif. Grâce à ce label, nous avons accueilli des événements planétaires et MP 2017 a également permis à des Marseillais de se mettre au sport… », a-t-il déclaré récemment dans le quotidien.
Depuis, ils se disent déçus par les investissements réalisés par la ville. Dans la Marseillaise, un article soulignait l’absence d’infrastructures pour la pratique du sport chez les jeunes. Les familles y réclament des aides de la ville pour un accès plus juste au sport chez les jeunes.
La ville a encore trois mois pour convaincre les Marseillais.

Ilona Di’Méco (IEJ)

La Toutouro à l’honneur

La Toutouro à l’honneur

toutouro1Les supporter sud africains souffleurs de Vuvuzelas vont avoir des concurrents sur les gradins du Vélodrome invités à redécouvrir la Toutouro, cette trompette d’argile typiquement provençale. Habituellement vendues sur les marchés provençaux, cette trompette liée aux rites d’appel du vent qui était vendues avant la Saint Jean sur les allées Meilhan en haut de la Canebière, la Toutouro revient dimanche 24 septembre sur l’esplanade Léon Blum devant la mairie de secteur pour “donner un grand souffle sur la Canebière”.toutouro 3

Cette création du “Voyage des 10″ est présentée par le Museon Arlaten hors les murs avec Guylaine Renaud et Henri Maquet qui font des créations contemporaines sur une base patrimoniale” a précisé Gaëlle Levèque venue spécialement d’Arles pour introduire ce projet dans la programmation de la 7ème édition des dimanches de la Canebière à 15 heures. Les spectateurs et auditeurs pourront découvrir cet instrument très laid et très bruyant utilisé avec art.

Nouveau document 2017-09-21_1Nouveau document 2017-09-21_2

 

 

7ème dimanche: Patrimoine

7ème dimanche: Patrimoine

20/09/2017

Les “dimanches de la Canebière” reprennent le dimanche 24 septembre “avec un temps fort©zal pour ce 7ème dimanche lié au patrimoine”, a annoncé mercredi en sa mairie de secteur Sabine Bernasconi, maire (LR) des 1er & 7ème arrondissements de Marseille. “Notre objectif consiste depuis l’origine à voir la Canebière renouer avec son identité historique et patrimoniale”, a-t-elle précisé.

La programmation de ce quatrième dimanche avant la fin de l’année (il n’y aura pas de programmation le dernier dimanche 2017 qui tombe le 31 décembre) a été dévoilé ce mercredi avec une large programmation patrimoniale dans ce mois Européen du Patrimoine. Il y aura des mises en valeur du patrimoine avec des images d’archives et des animations comme le “Cabanon Vertical” sur la fontaine des mobiles à côté du kiosque, et du patrimoine de tradition et aussi une animation autour de la “Toutouro” présenté par le Museon Arlaten d’Arles sur la place Léon Blum.

©zalLes marseillais et visiteurs pourront participer sur la Canebière pétonnisée et sécurisée de 11h à 18h à leurs “rendez-vous habituels” notamment du collectif des philosophes de rue, des conférences de l’académie, du marché provençal au lendemain du grand marché sur le cours d’Estienne d’Orves auquel se joindront des commerçants de la rue de Noailes, des jeux pour enfants et des balades urbaines à partir du 152 Canebière autour de Nicolas Mémain, a précisé Mme Bernasconi. Et de poursuivre: “il faut rendre la culture plus visible avec l’objectif de retrouver cette image du centre-ville cœur culturel”. Le centre-ville de Marseille a une âme et une identité sur laquelle nous avons travaillé” avec la mairie centrale et le département des Bouches du Rhône (CD13).  Nous espérons que les dimanches contribuent à apporter sa pierre à l’essor économique de la Ville a-t-elle ajouté après avoir remercié le maire Jean-Claude Gaudin et la présidente du CD13 Martine Vassal de leur soutien au projet.

Elle a annoncé que les institutions travaillaient à une “pérennisation de la piétonnisation de la Canebière” avec “pistes cyclables et végétalisation des rues” pour donner plus d’attrait au centre-ville dont elle a souligné l’effort de propreté. Elle a enfin souhaité la poursuite des initiatives déployées autour de la rue du Théâtre Français et ses fresques pour en faire un vrai quartier des arts autour du théâtre du Gymnase et “une prochaine révision du quartier de l’Opéra”.

La maire du secteur Canebière a aussi annoncé la poursuite des dimanches de la Canebière en 2018, mais probablement en début de mois pour profiter des musées ouverts à ces dates dans un souci de “préfiguration de la Canebière et du centre-ville de demain” se félicitant qu’un “mouvement ait été engagé” et de la participation des habitants. Le premier dimanche de 2018 pourrait avoir lieu le 4 février, dix jours avant le lancement de Marseille Provence 2018 qui doit avoir lieu le 14 février jour de la Saint Valentin sur le thème “Quel Amour”.

Tout le programme:

D2K #7 plan-1

 

Le boulevard d’Athènes : une transformation

Le boulevard d’Athènes : une transformation

©Virginie BonnefoyLa Cité Phocéenne se renouvelle sans cesse. Toujours à la recherche de moyens afin de désengorger et éviter les bouchons automobiles, le boulevard d’Athènes en a fait les frais et a été transformé en bretelle d’autoroute.DSC_0317
En partant de la gare de Marseille Saint Charles, direction la Canebière, le Boulevard qui prend naissance au pied du grand escalier n’est plus ce qu’il était autrefois. Situé dans le premier arrondissement de Marseille, il est aujourd’hui quasiment interdit aux piétons autour du tunnel menant à l’autoroute A7. Voie d’accès à la Canebière et à la ville pour les voyageurs venant de la gare Saint-Charles le Boulevard n’est plus emprunté que par les voitures et deux roues.
Sa fréquentation a changé. Fini les promenades nez au vent. On l’emprunte par nécessité. Seul les habitués prennent y encore un verre dans les petits bars qui ont résisté où l’on joue toujours aux dominos.

Un boulevard fantôme

DSC_0328Ce n’est plus le boulevard d’Athènes de l’époque avec les dames en crinoline se promenant sous leur ombrelle vers le boulevard Dugommier menant à la Canebière ses restaurants et salles de spectacle. Autrefois recherché pour sa fraîcheur il est aujourd’hui un lieu mal entretenu. Les bâtiments et hôtels particuliers sont laissés pour la plupart à l’abandon et les visiteurs de passage hésitent à s’y aventurer. Quelques amoureux DSC_0355de vieilles pierres et de lieux historiques s’arrêtent cependant devant le CRDP (Centre Régional de Documentation Pédagogique) qui occupe l’ancien prestigieux hôtel de Russie et d’Angleterre refait à neuf avant la première guerre mondiale avec ses 200 chambres avec cabinet de toilette. Avant l’édification du grand escalier (1927). Loué par les plus écrivains, devenu l’hôtel Splendide, il a accueilli les plus grands noms de la littérature et des arts venus se réfugier à Marseille dont les fantômes hantent Marseille. Le journaliste américain Varian Fry soutenu par la Maison Blanche y avait ouvert un bureau pour aider des artistes et des juifs à quitter le territoire français avant que l’armée Allemande en fasse son QG où fut signé l’ordre de raser le Panier.

Portfolio © Virginie Bonnefoy

Virginie Bonnefoy & Cynthia Aymeric (IEJ)

“Ancrages” aux « Dimanches de la Canebière »

“Ancrages” aux « Dimanches de la Canebière »

16/09/2017 –

La Canebière recevra l’association « Ancrage » dans un but éducatif lors de la 7ème édition des “Dimanches de la Canebière” le 24 septembre. Emblème de Marseille, la Canebière fête ses 90 ans cette IMG_1288année. Elle a le privilège d’accueillir les animations des  “dimanches de la Canebière” chaque fin de mois de janvier à novembre 2017.
Le marché aux poissons, des activités culturelles et artistiques, des balades…  ont réuni des dizaines de milliers de personnes chaque mois. Pour cette 7ème édition, les plus curieux pourront découvrir une association des quartiers Nord de Marseille « Ancrages ».  IMG_1293

Elle travaille sur la valorisation du patrimoine depuis de nombreuses années sur le territoire. Les noyaux villageois du 16e arrondissement qui sont marqués par le patrimoine industriel, mais aussi par l’habitat, par une question du patrimoine ferroviaire.
Une aubaine pour en apprendre davantage sur cette ville mythique de France. « Elle a vocation finalement à faire connaître l’histoire des migrations au sein de l’histoire sociale et locale parce que l’histoire des ouvriers ne se confond pas totalement avec l’histoire des migrations et c’est intéressant de savoir dans quelles conditions de vie les personnes sont arrivées et ont fait souche à Marseille. C’est pour cela qu’on s’appelle Ancrages», explique Samia Chabani, fondatrice de l’association lors d’une visite groupée de l’Estaque.
©Ilona Di’MécoPour sa première participation aux dimanches de la Canebière, l’association va s’appuyer sur une oeuvre produite par des enfants de CM1 et 6ème et par l’école Rabelais. « Les enfants qui ont marché avec nous, ont travaillé la question du patrimoine industriel. Mais aussi l’histoire du mouvement de grèves, des ouvriers, l’histoire de la main d’oeuvre étrangère qui est venue finalement faire fonctionner ce patrimoine industriel », expose-t-elle. « Cette oeuvre qui se présente comme des caisses de mémoire et représente à la fois des tuileries, des paysages, des situations d’habitat qu’a connu ce quartier au début du 19e siècle. »
A découvrir le 24 septembre sur la Canebière.

Ilona Di’Meco

Parcours de l’art contemporain Galeries Chevalier Roze

Parcours de l’art contemporain Galeries Chevalier Roze

14/09/2017 –

A l’occasion des journées Européennes du Patrimoine Samedi 16 septembre un parcours de l’art contemporain a été organisé autour des sept galeries nouvellement ouverte rue Chevalier Roze et les lieux d’exposition du collectif 3013 au 52 rue de la République.

Chevalier Roze – Art Contemporain
2-19 rue du Chevalier Roze, (2e)

Visites samedi 16 septembre de 10h à 19h
Visites des expositions, en présence des commissaires d’exposition, des galeristes et des artistes des 7 espaces de la rue du Chevalier Roze : Atlantis, galerie Crèvecoeur,
SESSIONS, Tchikebe, Studio Adelaide – Atelier Wilfrid Almendra, Port Roze-galerie Catherine Bastide et South Studio.

Tout le programme des journées des 16 et 17 septembre à Marseille