Archives de
Auteur : Antoine Lazerges

Dernière expo galerie etmoietmoi

Dernière expo galerie etmoietmoi



©Loane PhilippeLes peintures de Chrislaine Dupuy sur les murs de la galerie « etmoietmoi ». Ce sera la dernière exposition de la galerie du Concept Store etmoietmoi.

« Rêver, s’évader, s’envoler, grandir » font partie du vocabulaire artistique de Chrislaine Dupuy, peintre réputée pour ces œuvres contemporaines et ses personnages longilignes. L’artiste exposera du 2 au 16 Décembre 2018 au 8 Boulevard Notre-Dame. Vernissage le lundi 3 décembre à partir de 18h.

Chrislaine nous invite dans son univers doux et captivant. Et pour cause : cette exposition se©Loane Philippe veut « colorée et nouvelle », déclare-elle. Travaillant la peinture à l’huile, modulée au couteau, l’artiste peint des décors taupes, blancs et gris aux notes colorées de rouge, d’ocre et parfois de bleu. « J’ajoute souvent une touche de rouge pour donner vie à mon tableau », précise Chrislaine. Dans la sérénité et le calme, les personnages de ses tableaux semblent comme ponctuation dans le paysage de la vie. « J’aime représenter des scènes de vie en lien avec ce que je ressens, même si c’est souvent très instinctif », explique l’artiste. « Mes filles s’amusent à imaginer les scénarios et les lieux de mes tableaux », poursuit-elle amusée.

Aventurière du monde et de la vie

©Loane PhilippeEn 30 ans de carrière elle expose à travers la France, notamment sur les régions PACA, Normandie, Aquitaine et particulièrement Saint-Malo, Paris et Deauville. « Pratiquer cet art est un plaisir, mais c’est surtout un besoin pour me sentir bien. » affirme Chrislaine. Cassidaine depuis quelques années et originaire de Normandie, ce sont les plages de la Manche qui ont construit l‘imagination de Chrislaine durant toute sa jeunesse. Cette inspiration lui vient aussi de ses voyages, notamment l’Afrique « pour ses couleurs chaudes et ses terres de Sienne » décrit l’artiste. La visite de New-York fait également chavirer Chrislaine, vers un paysage plus urbain cette fois-ci. De toutes ces aventures, la plus grande satisfaction de l’artiste « c’est d’avoir un style que l’on reconnait. »

Loane Philippe (IEJ2)

Château d’If: l’Amour… de la Liberté

Château d’If: l’Amour… de la Liberté

un amour de graffitis

Trois artistes de Street art y exposaient leurs œuvres dans le cadre du projet culturel “MP2018, Quel Amour !”.

Des navettes maritimes entre le Vieux-Port et les Îles du Frioul permettaient l’accès au château. Depuis le 22 Mai, la prison d’Edmond Dantes avait repris des airs de jeunesse, portant sur ces murs des graffitis en tout genres …

Si vous avez raté cette exposition, séance de rattrapage conçue par Loane Philippe (IEJ2)  clic

 

 

Le feu sur la Canebière

Le feu sur la Canebière

En commémoration de l’incendie des Nouvelles Galeries qui avait fait 73 morts sur la Canebière le 28 octobre 1938 les Marins Pompiers ont procédé à un exercice en mémoire des victimes dans le cadre de la 16ème édition des Dimanches de la Canebière. Créé en 1939 pour remplacer les sapeurs municipaux qui avait été jugés défaillants le bataillon des Marins Pompiers a mis le feu sur la Canebière.
Ce fut une journée intense pour les marins qui veillent sur la sécurité de la ville et du port. Deux stands : un camion rouge pour les renseignements ainsi qu’un lieu « amicale des anciens marins-pompiers » où de nombreux pompiers étaient présents. Ces derniers ont invité les marseillais à découvrir une exposition sur l’incendie des nouvelles galeries en 1938.

A 13h30, l’exposition est devenue « réelle » par une reconstitution historique de l’incendie de 1938. Malgré la pluie, les marseillais ont pu comprendre la difficulté du métier. Pour continuer l’après-midi dans une bonne ambiance, des activités ludiques pour les enfants ont été mise en place. Les marins-pompiers ont volontairement répondu et aidé les plus jeunes. Une journée très enrichissante pour les citoyens.

Loane Philippe (IEJ2)

 

Retour en images.

Des producteurs agricoles sur la Canebière

Des producteurs agricoles sur la Canebière

Pour sa 16ème édition les Dimanches de la Canebière les organisateurs ont à nouveau fait la part belle aux artisans et producteurs de toutes régions sous l’appellation « saveurs d’automne » entre le cours Saint Louis et la place du Général De Gaulle.

Au total 20 stands alliant spécialités provençales, fruits et légumes de saison, plantes aromatiques, fromages, et vin. Même un stand de crêpes était au rendez-vous. C’était la deuxième fois qu’Olivier Mazet participait à l’évènement et il compte bien revenir lors d’une prochaine édition des Dimanches de la Canebière.

Focus sur Olivier Mazet  Résident de Carro près de Martigues (Bouches-du-Rhône), il présente ses épices estampillées  « Nature et Progrès » cultivées dans le sud-est de Madagascar. Son entreprise « Epices Village » propose des épices, du miel, du rhum, des confitures et des sirops aux épices, du thé ou encore des mélanges d’aromates. « Notre exploitation emploie durablement 25 familles malgaches. » affirme Olivier. « Les hommes sont aux champs et les femmes s’occupent de la vannerie qui nous sert d’emballage. Elles réalisent tout à la main. » explique le producteur. Les épices sont ensuite stérilisées à la conserverie de Carro.

Texte et photos Loane Philippe (IEJ2)

Ecologie: la mairie s’amuse!

Ecologie: la mairie s’amuse!

Sensibiliser les enfants à l’écologie est le nouveau projet de la mairie du premier secteur de Marseille (1er et 7ème arrondissements). Pour prolonger le mois de l’écologie et le cendrier écologique, il s’agit, cette-fois-ci, d’une exposition de jouets en bois recyclé. L’évènement se déroule dans la salle d’exposition de la mairie du 1/7, 61 Canebière.
écologie positive« Des animateurs sont présents pour aider les enfants à comprendre les jeux. » explique Mme. Céru, chargée de mission à la mairie. Le but de cette activité : présenter des distractions ludiques et éducatives tournées vers le développement durable. D’ailleurs, « les jouets viennent de la direction d’éducation de la jeunesse. Ils sont utilisés pour les enfants, dans les écoles et les centres aérés. » précise la chargée de communication.
Plusieurs acteurs ont également adhéré au projet, notamment le service de la ville et le service de la jeunesse. Mme Céru a affirmé : « nous avons sauté sur l’occasion, cela nous a permis de poursuivre le projet écologique que nous menions déjà avec le mois de l’écologie. »
L’exposition a ouvert ses portes samedi et devrait se prolonger jusqu’à la mi-Novembre. Elle sera également ouverte lors de la 16ème édition des « Dimanches de la Canebière », ce 28 octobre.

Texte et galerie de photos Loane Philippe (IEJ2)

 

 

D2K#16 : nouveautés d’automne

D2K#16 : nouveautés d’automne

d2k-octobre2018-1

Marseille fera le plein d’activités le 28 octobre avec la 16ème édition des dimanches de la Canebière (D2K#16) en centre-ville à partir de 11h et beaucoup d’autres manifestations -avant et après- du côté du stade Vélodrome. Cette 16ème édition attendue avec de nouvelles attractions conduites notamment par Générik Vapeur et les Marins Pompiers s’annonce riche en nouvelles activités, colloques, conférences, jeux, balades et déambulations.

Avec une heure de plus de sommeil due au passage en heure d’hiver, sur les trottoirs et dans la rue sécurisée et piétonnisée, les passants, les curieux et les intrigués, les promeneurs venus en famille, trouveront un marché paysan des artisans de bouche de Marseille Centre et des aires de pique-nique, des disquaires et bouquinistes, des danseurs, des ballets, de la musique classique, du tango, de la philo, des expos, des balades culturelles dans le Marseille d’antan, ainsi que des jeux pour petits et grands pour finir avec du jazz et du rap.

Les premiers arrivés des 20.000 coureurs du 40ème Marseille-Cassis marché Canebière 16ème éditionpartis dès 9 heures du Boulevard Michelet auront le temps de revenir sur Marseille en début d’après-midi en bas de la Canebière pour se restaurer aux étals des maraîchers et artisans comme l’an dernier. Autres festivités : Oktoberfest, 3ème fête de la bière au parc Chanot (du 25 octobre au 3 novembre), à partir de 18h30 au rond-point du Prado, suivi du match Marseille-PSG non loin à l’Orange Vélodrome à 21h.

Sans être concurrentielle, la 16ème édition des dimanches propose une cinquantaine d’activités éclectiques de 11h à 18h sous une météo clémente bien que capricieuse. 14° à 16°, partiellement nuageux avec de nombreuses éclaircies, selon les prévisions météo à 10 jours.

générik vapeurA ne pas manquer de 14h à 15h sur la Canebière du croisement Belsunce/saint-Louis/Canebière le gigantesque appareil photo de Générik Vapeur avec ses cadreurs pour des photos de groupe ou des portraits en passant devant l’ancien atelier de Nadar au 77 Canebière qui avait échappé de justesse à l’incendie des Nouvelles Galeries en 1938 mais dont le toit s’est effondré en juin 2014 détruisant l’atelier dans des circonstances non encore élucidées au grand désespoir des amateurs  de photographie.

Le temps devrait être beau et automnal pour un programme fantastique avec Générik vapeur en ouverture et pour le plaisir des grands et des petits : un peu de soleil pour de la profondeur de champ et ce qu’il faut de nuages pour donner du relief au ciel. Arrivée prévue de l’équipage vers 15 heures square Léon Blum en haut de la Canebière. C’est non loin de là qu’eut lieu la première représentation cinématographique des frères Lumière en 1896. Un début d’aventure célébré dans sa camionnette vidéo par l’association Cinéma/théâtre “Marseille Tours Détours” de 11h à 17h.

marins pompiers80 ans après l‘incendie des nouvelles galeries qui avait fait 73 morts le 28 octobre 1938 sur la Canebière, le corps des sapeurs-pompiers de Marseille avaient été dissous et remplacé par des militaires pour assurer la sécurité civile de la ville. Le bataillon des marins pompiers de Marseille a été créé en 1939 à la suite de ce drame. Il fera dimanche une reconstitution des premières minutes de cet incendie à 13h30 devant le centre incendie et de secours placé rue Vincent Scotto à proximité de l’immeuble incendié. Il jouxte le « building Canebière » construit dans les années 50 par l’architecte Fernand Pouillon sur les ruines des Nouvelles Galeries.

De 14h30 à 16h les amateurs de musique pop pourront applaudir le groupe Sisters&Brother 100% marseillais rue Saint-Ferréol prolongée. Deux sœurs et leur frère qui se donnent à fond sur scène. Ne pas oublier aussi la Compagnie des rêves urbains avec leur programme “la ville en jeux” pour développer ses connaissances en architecture et urbanisme square Léon Blum de 11h à 17h. Nous aurons à cette occasion une pensée pour Marcel Roncayolo, grand géographe et sociologue qui vient de disparaître. Il se félicitait de ce que la Canebière ne soit plus une frontière entre le nord et le sud de sa ville.

Pour inspirer les amateurs, la mairie de secteur propose un exemple de parcours “découverte” de cette édition d’octobre:
12h00- Jeux sur l’écologie positive- Mairie de Secteur
12h15- Exposition D’Hugues Charrier- Mairie de Secteur
12h30- Grand Brunch et animations pour enfants sur le thème Halloween du Théâtre du Gymnase- rue du théâtre Français
13h30- Évocation de l’incendie des Nouvelles Galeries du 28 Octobre 1938- Ateliers ludiques- Centre incendie de secours de la Canebière- en présence de l’Adjoint au Maire Julien RUAS
14h00- Générik Vapeur-Déambulation au rythme de la musique avec un énorme appareil photo qui immortalisera les moments clés-Départ Cours Belsunce arrivée Haut Canebière.

Et comme chaque dernier dimanche de la Canebière, la journée se terminera devant les Danaïdes et rue Consolat avec de nouvelles propositions musicales

Sur vos smartphones tablettes et ordinateurs, le programme en quelques clics. Une première carte avec 16 nouvelles animations proposées signalées de A à P sur les oriflammes postées sur la Canebière et sur les dépliants de la mairie du 1/7 et une seconde carte interactive signalant les propositions récurrentes d’un dimanche de la Canebière à l’autre marquées de 1 à 28 sur le dépliant et les oriflammes.

Clic!                          Clic Clic!

Une première carte avec 16 nouvelles animations signalées de A à P sur les oriflammes postées sur la Canebière et sur les dépliants distribués par la mairie du 1/7.
Une seconde carte avec 28 animations récurrentes signalées de 1 à 28 sur les oriflammes postées sur la Canebière et sur les dépliants distribués par la mairie du 1/7.
Retour au calme sur la Plaine.

Retour au calme sur la Plaine.

Les forains du marché de la Plaine opposés à leur déplacement en d’autres lieux pendant deux ans pour travaux ont reçu des réponses concrètes lundi à leur demande de la part du premier magistrat de la ville. Ils avaient menacé de bloquer à nouveau Marseille en commençant par le Vieux-Port s’ils n’étaient pas entendus.

J-C Gaudin reçoit les forains
capture de twitt

La Mairie de secteur des 4/5 arrondissement avait en effet refusé que les forains installent leur marché Boulevard Chave durant les travaux de rénovation de la place Jean-Jaurès dite La Plaine. Ils avaient organisé des manifestations bloquant partiellement la ville jeudi et vendredi dernier et obtenu un rendez-vous avec le Maire de Marseille Jean-Claude Gaudin afin de clarifier la situation. Les travaux de la place Jean-Jaurès d’une durée estimée à deux ans sont pour le moment suspendus en attendant que les choses rentrent dans l’ordre. Les forains demandaient de l’attention auprès de la mairie et de la société SOLEAM (Société Locale d’Equipement et d’Aménagement de l’Aire Métropolitaine) en charge des travaux de rénovation. « On veut se faire entendre» disaient-ils.

JC Gaudin TwittIls avaient prévenu la mairie que si ce dernier rendez-vous avec M. Gaudin n’était pas positif, ils continueraient de bloquer toute la circulation marseillaise. Des propos qui avaient pour objectif de faire pression sur la décision du maire et surtout de faire entendre leur désaccord. Le rendez-vous s’est déroulé lundi 1 octobre à 14h, réunissant des portes paroles des forains ainsi que le Maire. La réunion a été positive pour les forains. Le maire a décidé de partager le marché en deux, afin de permettre à une quarantaine de forains de profiter d’une partie de la place Jean-Jaurès durant la période de rénovation. Une partie des forains pourra donc continuer de travailler sur la place du marché (choisie en fonction de leur ancienneté) en attendant, l’autre partie sera accueillie sur d’autres marchés comme il était initialement prévu, et un système de roulement se mettra en place. Une aide financière sera apportée aux forains de la plaine. Le maire envisage notamment de réduire de 50% les tarifs de location de l’espace public. Les travaux de la société Soleam sont encore suspendus pendant une semaine.

Rappel du bras de fer entre les forains de la plaine et la Mairie

Après leur « opération escargot » le vendredi 7 septembre, les forains avaient réussi à décrocher un rendez-vous à la préfecture, réunissant l’adjoint maire en charge des emplacements, Marie-Louise Liotta et Gérard Chenoz, adjoint aux grands projets, ainsi que le président de la société Soleam. Après quatre heures de débat, selon la Provence, la mairie avaient autorisé le déplacement des forains du marché de la plaine.  « Les forains devraient s’installer sur le boulevard Chave (perpendiculaire à la ©Agatha Granddidierplace) dès la fin du mois » une décision qui faisait le bonheur des forains, mais le malheur des riverains du boulevard Chave. Cette décision avait provoqué une nouvelle polémique, les habitants du boulevard n’étant pas d’accord avec l’arrivée des forains « personne ne s’est préoccupé ou n’a pensé à demander l’avis des habitants de Chave » déclare Marie, une passante « Je ne comprends pas, le boulevard comporte une ligne de tramway et deux voies de circulation, où est ce que les forains vont garer leurs camions ? » se questionne Fatima, résidente du quartier.  « Vont-ils condamner l’entrée des magasins du boulevard Chave ? ».

En effet, les forains craignaient des discordes avec les autres forains des marchés où ils devaient être délacés, mais concernant les magasins implantés à Chave, ils n’ont pas demandé leur opinion « quel cauchemar, je vais les avoir devant chez moi » se désole Anaïs, une résidente. Les riverains appréhendent l’arrivée des forains, ils ont peur que le boulevard devienne sale, et concernant le stationnement ils sont furieux « je n’ai pas de parking dans mon immeuble, le marché c’est 3 jours par semaine, je ne sais pas comment je vais faire » ajoute Anaïs. Les forains devaient s’installer sur le boulevard à la fin du mois de septembre, restait à voir si des discordes entre les riverains et les forains apparaîtraient.

Le projet du marché de la plaine ne cessera jamais de faire polémique, à chaque solution, de nouveaux problèmes apparaissent. Selon le site « Made In Marseille » l’association Coté Eugène Chave « dénonce un choix incohérent et irresponsable » ainsi que « une pétition circulera en début de semaine, pour fédérer le maximum de commerces, le CIQ Chave/Eugène Pierre organisera également une pétition auprès des habitants de Chave ».

Et puis, coup de théâtre, la décision prise par la préfecture la semaine auparavant, a été annulée. Une nouvelle qui avait rendu les forains furieux. Ils avaient alors bloqué littéralement le rond-point du Prado en début d’après le jeudi 27 septembre. Plus de 240 forains avaient fait barrière afin de manifester leur désaccord avec les décisions de la Mairie. Les marseillais s’étaient retrouvés bloqués dans la circulation. C’était la pagaille dans le 8ème arrondissement. Les forces de l’ordre avaient été appelée en renfort pour sécuriser la zone. Rebelote le vendredi 28 septembre, en début de matinée. « Tout le monde peut nous voir et nous entendre, c’est un point stratégique » annonce un forain sur FranceBleu.  « On ne bougera pas » déclaraient les forains. Ils accusaient la mairie de se jouer d’eux et de ne pas prendre en considération leur demande. Ils se sentaient mis à la rue. Ils ne voulaient en aucun cas être dispersés sur les différents marchés de Marseille, comme l’avait indiqué Michel Marin dans un précédent article « Les forains de la plaine en crise » publié sur la Hune.

Agatha Granddidier & Lorine Sarkissian (IEJ2)

 

A lire aussi: Les forains de La Plaine en crise

 

 

Le Dimanche de la Canebière bat son plein

Le Dimanche de la Canebière bat son plein

Une cinquantaine d’événements sont venus faire vivre le 15ème Dimanche de la Canebière ce dernier dimanche de septembre. Jamais autant d’activités n’avaient été proposées, pour le plus grand bonheur des touristes et Provençaux.

Après sa pause estivale due aux fortes chaleurs, le dimanche de la Canebière du 30 septembre est revenu en force. Au total une cinquantaine d’événements divers et variés, dont la moitié sont nouveaux, ont été programmés. Jamais un Dimanche de la Canebière n’avait été aussi complet. Et ça n’a pas échappé aux Provençaux, et touristes, qui ont répondu présents. Plusieurs milliers d’entre eux sont venus fouler la Canebière, redevenu piétonne pour l’occasion. « C’est la première fois que je viens avec mon mari. D’habitude les événements proposés ne nous attirent pas », explique Carole, en route pour effectuer la balade culturelle Ostau de Pais. Mais les adultes n’ont pas été les seuls à s’amuser lors de ce 15ème dimanche de la Canebière, les enfants, eux aussi, ont eu le droit à leur lot d’activités.

De nombreux ateliers éducatifs

Faire venir ses enfants lors d’un événement culturel de ce genre n’est généralement pas chose aisée. Mais la Mairie du 1er et 7ème arrondissement de Marseille a su répondre aux attentes des familles. Plusieurs ateliers éducatifs ont été mis en place le long de la canebière. « Moi qui avais peur que mon fils s’ennuie, finalement il s’amuse plus que moi ! », s’exclame Jean-Michel, père de 37 ans. « On a créé cet atelier pour que les parents puissent apprendre à s’amuser avec leurs enfants, tout en les éduquant », indique Sarah Santamaria, coordinatrice de l’association terre ludique. Un peu plus haut sur la Canebière, les petits débrouillards, eux, apprennent aux enfants les noms des différentes espèces de poissons et autres crustacés présents dans le bassin méditerranéen. Au total se sont plus de 1.000 enfants qui ont pu s’instruire en s’amusant lors de ce Dimanche de la Canebière ensoleillé, soit un véritable succès.

Musique classique, jazz, rap, rock et folklore

Et ce dimanche, comme les précédents, les animations commencées au kiosque en musique avec du classique du jazz et du rap se sont poursuivies très rock rue Consolat dont la maire du 1/7 a estimé qu’elle pourrait devenir la Canebière prolongée jusqu’au Palais Longchamp avec ses studios de musique ces associations et ses galeries. La danse, moderne qui avait ouvert le bal à la Chambre de Commerce s’était poursuivie toute la journée avec des représentations folkloriques et autres tambourins, sans oublier les conférences et expositions proposées dans nombre de lieux ni le marché des producteurs pour faire revivre le terroir.

Jauffrey Ambrosino (IEJ3)

Le programme en quelques clics:

les animations spécifiques du 30 septembre ; les propositions culturelles récurrentes

«Travelling» à travers l’Europe jusqu’à la Canebière

«Travelling» à travers l’Europe jusqu’à la Canebière

©zal

L’artiste Nick Steur, originaire des Pays Bas, parcours le monde et s’est arrêté fin septembre sous l’Ombrière du Vieux-Port en bas de la Canebière avec ses pierres pour sa performance “sculpture en mouvement”. De 13h à 19h depuis le 26 septembre jusqu’à dimanche avec poésie et force. Il a rejoint l’évènement “Travelling” pour sa 5eme édition. Un rendez-vous européen créé par Lieux Publics à Marseille pour un parcours artistique et créatif afin de faire voyager les passionnés d’art à travers l’Europe.

©zal

Pour exprimer ses performances artistiques Nick Steur amène le public à réveiller leur curiosité, leur admiration et un sentiment d’équilibre, face à ses œuvres. Défini comme un « dompteur de pierre » cet artiste défie la loi de la gravité et confectionne des créations de l’impossible « c’est admirable ce qu’il fait, j’avais visionné sur internet des vidéos de ses œuvres, mais le fait de les regarder en vrai, c’est encore plus impressionnant » dit Eric un visiteur de l’événement Travelling.

Lieux publics pour la cinquième année consécutive de « Travelling » cible Marseille afin que les artistes puissent exprimer pleinement leurs créations. La cité phocéenne est réputée comme étant une ville cosmopolite, au quatre coin des rues on croise des personnes de toutes origines, elle utilise cette diversité comme un atout et l’exprime dans tous les domaines qu’ils soient culinaires, sportifs, dans son histoire mais aussi dans l’Art ! “Travelling” propose un voyage à travers l’Europe, depuis le 26 septembre jusqu’à la fin du mois “afin d’enrichir et d’animer la ville dans le domaine artistique”. Au programme de ces quatre jours, le public a eu un accès gratuit aux 6 installations et performances artistiques au cœur de Marseille, de la Canebière et du Vieux-Port. Parmi la vingtaine d’artistes, les plus connus sont Kaleider, Richard Wiesner, Nick Steur, Marco Barotti, ainsi que Alexandra Tobelaim qui sont suivis et soutenus par la plateforme IN SITU (plateforme européenne pour la création artistique en espace public) créée et piloté depuis 2003 par Lieux public.

traveling_1L’objectif des artistes à travers leurs installations est « d’interpeller les citoyens sur ce qui peut être défini ensemble comme le bien commun, ou de mettre en débat la complexité de l’identité européenne, entre unité et diversité » précise Benjamin Lengagne, directeur de la communication et des publics. Chaque installation a pour objectif de marquer les esprits des citoyens, le rapport entre l’homme et la nature, la technologie, et tout ce qui les entoure, mettre en évidence les côtés négatifs de l’évolution et réveiller la mémoire collective puis individuelle de chacun, selon le projet. Un parcours artistique mais aussi intellectuel destiné à susciter la curiosité des visiteurs. Au programme de l’évènement, un spectacle théâtral et illusionniste crée par le collectif Micro focus (groupe marseillais formé en 2008 mélangeant comédiens, danseurs, magiciens..)  se déroulera ce 29 septembre à 17heure à la Citée des arts de la rue.

L’installation intitulée « Monument » créée par le Collectif Protocole (fondée en 2011) sur toute la durée de l’évènement « Travelling » a eu lieu chaque soir à partir de 20h et se chargera de clôturer l’organisation artistique dans les rues du quartier des Aygalades. Son objectif est de créer un moment unique aux yeux des visiteurs mais aussi d’apporter une nouvelle vision sur le quartier.

Agatha Granddidier (IEJ2)