Blabla

Blabla

“Les promesses n’engagent que ceux qui y croient.”

Henri Queuille, (corrézien, 1884-1970, ancien ministre et Président du Conseil Radical-socialiste 1948-1958, et ancien ministre de 1920 à 1939)


La Canebière a été ouverte en 1666 lors de l’agrandissement de la ville jusqu’au port ordonné par Louis XIV. Elle a été prolongée jusqu’aux Réformés englobant la rue de Noailles et les Allées Meilhan en 1927. Son nom vient du provençal «Canebe», chanvre, qui perpétue le souvenir des cordiers installés là depuis le Moyen-Age. Il s’agit ici de reprendre nombre de prises de position à propos de la Canebière prononcées par des personnalités marseillaises toujours très commentées.


 Canebière: vœux de Jean-Claude Gaudin

Lors de ses vœux à la presse le lundi 16 janvier au J1 de Marseille, le sénateur-maire et Président de la Métropole Aix-Marseille Provence Jean-Claude Gaudin, s’est félicité du “nouveau souffle” donné au cœur historique de la Ville. Il a annoncé une préemption de commerces pour “insuffler de la vitalité”. Il s’est aussi félicité du lancement de l’opération des “dimanches de la Canebière” à l’initiative de la maire de secteur Sabine Bernasconi.

“Le vaste plan que nous allons engager cette année dans l’hyper-centre, services de la Ville et de la Métropole conjugués, contribueront d’ailleurs à donner un nouveau souffle à ce qui est le cœur historique de la ville et de son commerce. Propreté, aménagement urbain, sécurité, animation, tous ces enjeux seront abordés de front. Grâce notamment à l’aide du Conseil départemental, et je remercie une fois encore – ce n’est jamais trop ! – sa présidente Martine VASSAL, nous allons en outre engager un vaste plan de ravalement des façades, indispensable au renouveau de ce secteur.

“La Ville va aussi préempter des commerces afin de reconquérir certaines artères et dʼinsuffler de la vitalité. Quant à la mairie de secteur, elle sʼinstallera sur la Canebière, dans la Maison de la Région que nous sommes en train dʼacquérir, et libèrera ses locaux actuels pour lʼinstallation dʼun complexe cinématographique.

“De même, à l’initiative de Sabine BERNASCONI, maire des 1er et 7ème arrondissements, dont vous connaissez le dynamisme et la passion pour le centre-ville, les “Dimanches de la Canebière” concourront, chaque dernier dimanche du mois, dès janvier, à l’attractivité et au rayonnement culturel et touristique de cette artère emblématique.”

(…)

al/


Adoption du projet Canebière, 5 décembre 2016

Le Conseil Municipal de Marseille a adopté lundi le projet des « dimanches de la Canebière » présenté par Sabine Bernasconi maire (LR) du 1er secteur pour des animations tous les derniers dimanches de l’année 2017. « Cet événement n’est pas seulement une animation culturelle mais une volonté de préfigurer la Canebière de demain pour ramener de l’activité », a-t-elle déclaré en préambule.
« Le changement est  amorcé » pour « construire l’avenir » a-t-elle ajouté. Elle a notamment remercié pour son « action décisive »  la présidente du Conseil Départemental Martine Vassal dont elle est vice-présidente en charge de la culture. Elle a enfin comparé son projet et l’action de ses services aux réalisations de grandes métropoles comme Barcelone, Montréal et San Francisco pour “faire de la Canebière le Broadway marseillais”. Une comparaison qui a déclenché des rires dans l’hémicycle.
Benoit Payan, pour le Parti Socialiste, a émis quelques doutes quant à la possibilité de réussir ce pari. Il s’est plaint de n’avoir pas été concerté sur ce projet ni les élus de l’opposition municipale pour faire ce « Broadway marseillais » regrettant cette « nouvelle manière de faire de la politique ».  Beau joueur, il s’est affirmé « magnanime » et a déclaré le soutien du groupe PS au projet, la remerciant de l’avoir « fait rêver ».
Le maire Jean-Claude Gaudin a clos cette délibération en félicitant Mme Bernasconi se s’être impliquée dans cette tâche « avec courage et détermination » ajoutant « approuver tout à fait ce que Mme Bernasconi a fait ».
Le programme des « dimanches de la Canebière » devrait être dévoilé à la presse début janvier 2017.

« LES DIMANCHES DE LA CANEBIÈRE »

Au nombre des 240 délibérations soumises au Conseil Municipal de Marseille le 5 décembre 2016 sera proposé et débattu le projet des “dimanches de la Canebière” a annoncé la Ville dans sa présentation à la presse de cette dernière séance de l’année.

cf rubrique “Evénements” / “Dimanches de la Canebière”


Réhabiliter la culture

Pour Dominique Bluzet, directeur des Théâtres du Gymnase et des Bernardines à Marseille, du Jeu de Paume et du Grand Théâtre de Provence à Aix en Provence cité par Michel Egéa dans Destimed.fr  le 2 juin 2016, il faut réhabiliter la rue du Théâtre Français mais aussi réhabiliter l’idée d’aller au Gymnase, aux Bernardines. Il faut, dit-il, réhabiliter plus largement la culture en haut de la Canebière qui, du fait du glissement de la culture vers l’espace portuaire et le Mucem, est pris, selon lui, d’un sentiment d’abandon. Alors, il affirme : « Diriger un théâtre, c’est aussi penser notre environnement » ; et, il agit puisque c’est un pôle culturel et ludique qui est mis en place dans les semaines et les mois à venir autour du Gymnase ; un pôle baptisé « le premier »… Premier arrondissement de la ville oblige !

l’intégralité de l’article de Michel Egea: cliquez ici.


Broadway marseillais – Sabine Bernasconi : “Rendez-vous aux ricaneurs le 29 janvier sur la Canebière”

mercredi 27 juillet 2016/ Destimed

Sabine Bernasconi, maire (LR) du 1er secteur de Marseille (1er et 7e arrondissements) donne rendez-vous le 29 janvier 2017 pour l’inauguration des « dimanches de la Canebière » à ceux qui ne croient pas en son projet de renouveau de cette artère mythique de la Ville qu’elle a annoncé vouloir transformer en « Broadway marseillais ». Elle se déclare confiante pour la réalisation de son projet avec le soutien de la mairie centrale et du département des Bouches-du-Rhône dont elle est vice-présidente en charge de la culture. A ceux qui ont ricané sur les réseaux sociaux mettant en doute sa parole après plus de 20 ans de promesses non tenues sur la réhabilitation de la Canebière, elle veut montrer que « le centre-ville porte en lui les atouts de l’attractivité perdue ». Un projet qu’elle a lancé l’an dernier auquel elle a agrégé les différentes associations culturelles du quartier pour « valoriser ce qui existe déjà » et « changer le regard des Marseillais sur le centre-ville ». Les actions et animations culturelles projetées les derniers dimanches, de janvier à novembre, sur la Canebière ne font pas de 2017 « une année d’événementiels ». C’est « une nouvelle étape » qui se poursuivra sous une autre forme en 2018, affirme-t-elle assurée. Elle promeut « une proposition pérenne » pour faire de cette voie légendaire « le ciment du triangle culturel de Marseille, du Palais Longchamp au MuCEM  ». Elle veut faire de la Canebière « la vitrine culturelle » de la Métropole Aix-Marseille-Provence, affirmant qu’il s’agit pour elle d’un « projet global ». Entretien publié par destimed.fr


Pétition du 29 juin 2016

Communiqué diffusé par le Parti Socialiste le 29 juin 2016

“Une fois de plus, le Conseil municipal a esquivé le débat concernant La Canebière.
Je regrette que la Mairie préfère investir 7 millions d’euros pour le transfert et le rachat des locaux de la Maison de la Région, au lieu d’engager un véritable projet de réhabilitation.
“Laissée à l’abandon depuis bien trop d’années, celle qui symbolise pourtant la fierté des Marseillais, donne aujourd’hui une image pitoyable de notre centre-ville.
“Et pourtant, nous demeurons toujours attachés à cette Canebière, sur laquelle nous aimerions voir fleurir des commerces, lieux de vie et de culture, plutôt que des sièges administratifs.
“Je demande donc au Maire de Marseille d’ouvrir une plateforme participative pour que chaque Marseillais puisse donner son avis sur ce qu’il aimerait voir sur La Canebière.
“Pour soutenir cette démarche, je lance également aujourd’hui une pétition sur change.org.”

Marie-Arlette Carlotti, ancien ministre, députée (PS) de la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône et conseillère municipale de Marseille depuis 2014.


Lancement du projet en juillet 2015

La Canebière, Broadway marseillais?

“Pourquoi pas ! La Canebière c’était un peu l’artère symbolique là où l’on venait au spectacle, là où l’on sortait le soir, là où les artistes passaient de manière obligée avant de monter à la Capitale notamment dans les revues pour les chanteurs et les danseurs. Et, on sait tous ce qui s’est passé à l’Alcazar, les grands hôtels sur la Canebière, les belles brasseries et je crois que l’on a un peu la nostalgie de tout cela. On ne le retrouvera pas à l’identique bien évidemment. Les temps ont changé. Je crois que c’est l’esprit qu’il faut chercher à retrouver.”

Qu’appelez-vous l’esprit de la Canebière ?

“Il y a avant tout cette interrogation : qu’est-ce que l’on vient y faire aujourd’hui et qu’est-ce qu’on doit venir faire sur la Canebière demain. Je travaille beaucoup sur cette question y compris avec les acteurs de proximité, de la culture, du social, du commerce et bien évidemment les autorités publiques. On va retrouver une identité à cette Canebière. C’est un axe certes commerçant mais aussi patrimonial et culturel de Marseille. Tout le centre-ville doit retrouver sa place comme épicentre culturel non seulement de Marseille mais bien au-delà du département et je dirai même du sud de la France.”

Sabine Bernasconi, maire (LR) du 1er Secteur de Marseille; interview publiée le 27/07/2015 par destimed.fr.