Archives de
Catégorie : Évènements

Évènements de la Canebière

“438,notre littoral” du CD13 par Camille Moirenc sur le J4

“438,notre littoral” du CD13 par Camille Moirenc sur le J4

L’exposition photos «438 notre littoral » présentée par le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône (CD13) est installée sur le J4 en bas de la Canebière depuis le 7 juillet. 832 photos des plus beaux sites du littoral méditerranéen des 438 km de côte du département ont été prises par Camille Moirenc.

©Aloys EugèneC’est depuis tout jeune que Camille Moirenc parcourt le sud et le monde afin de prendre des clichés des meilleurs paysages. Véritable globe-trotteur, il a toujours été subjugué par la beauté provençale. Camargue, Côte bleue, Marseille, Cassis, La Ciotat et étang de Berre sont les 5 lieux où le photographe passionné du sud a pris les 832 clichés de l’exposition du J4 à la sortie du Vieux-Port. Une esplanade transformée en espace d’exposition en plein air à deux pas du du Musée Regards de Provence de la Villa Méditerranée et du MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Une autre manière d’être confronté à l’art aux non loin des expositions OR et Ai Weiwei Fan-Tan et Manger à l’œil du MuCEM très visitées par un public nombreux venu découvrir un peu plus sur l’histoire et l’art.

Cette exposition est étalée sur une distance cumulée de 438 mètres en référence aux 438 km du littoral des Bouches-du-Rhône. Son amour pour la photo et la volonté de faire découvrir  la richesse de ses paysages méditerranéen a poussé le département prendre en charge ce projet qui a vu le jour le 7 juillet. «C’est époustouflant » lâche une mère de famille en voyant la photographie prise du Château d’If. C’est d’un hélicoptère que Camille Moirenc a pris les plus belles vues du littoral.
A côté de chacune des principales photographies exposées est adjointe un cartel avec un complément d’informations afin que le lecteur puisse en savoir plus sur l’histoire du patrimoine méditerranéen.
Cet évènement a un but contemplatif et instructif. Martine Vassal Présidente du CD13 a dit voir en cette œuvre un moyen de faire en sorte que les gens voient à quel point la nature méditerranéenne est belle. « Je souhaite qu’un maximum de personnes puisse voir sa richesse  » et que cette exposition permette « de préserver toute la biodiversité et l’environnement de ce territoire qui est absolument magnifique »

Un livre de 384 pages sera publié à la suite de l’exposition qui prendra fin le 30 septembre.
Aloys Eugène (IEJ)

Les Dimanches de la Canebière, un bilan incontestable et incontesté

Les Dimanches de la Canebière, un bilan incontestable et incontesté

En janvier 2017, les Dimanches de la Canebière ont été lancés par la Mairie des 1er et 7e arrondissements de Marseille. Un an et demi plus tard, et après quatorze éditions, certains des organismes participants tels que le Théâtre de l’Œuvre et La Fabulerie dressent un bilan positif de cet événement récurrent. Devenu LE rendez-vous artistique du quartier, il a apporté à ces lieux uniques en leur genre, une plus grande visibilité et une véritable légitimité en tant qu’acteurs culturels de la ville.

« Un an et demi après, malgré toutes les interrogations qu’il y a pu avoir, personne n’a trop envie que ça s’arrête, la machine est partie » témoigne Yves Millo, coordinateur du projet Théâtre de l’Œuvre pour l’Association La Paix.

Scène ouverte mai 2018: Extrait de la création “Nous voulons être au monde comme des arbres de papiers qui tombent à l’automne et renaissent au printemps” Par la Compagnie La Companik, en résidence au Théâtre de l’Œuvre de janvier à juin 2018

Depuis le lancement des Dimanches de la Canebière, en janvier 2017, le Théâtre de l’Œuvre n’a raté aucune édition de l’événement. Lors de ces journées hautes en couleurs, la salle de spectacle organise des scènes ouvertes. « La difficulté pour nous c’était de trouver quelque chose qui revient tous les mois avec de tout petits moyens, qui corresponde à l’ambiance du lieu, qui ne nous demande pas d’efforts réguliers et surtout qui soit représentatif de ce que nous sommes» confie Emma Bester gérante de la communication et de la médiation au sein du Théâtre de l’Œuvre, c’est ainsi que son nés les scènes ouvertes.

Scène ouverte de mai 2018: Nadir et Mounira initient le public au yoga du rire

Le temps de cette journée, le théâtre est ouvert à ceux qui veulent prendre la scène pour partager leur art : que ce soit un extrait de pièce, une danse, un chant, ou même un billet d’humeur. Les participants s’inscrivent et montent sur scène pour présenter leurs propositions. Il n’y a pas de casting préparé en amont, tout le monde peut y participer. « Les gens reviennent car ils aiment ce côté familial, bienveillant » explique Emma, « c’est très varié, c’est ce qui est beau ici, c’est que des gens qui a priori ne se rencontreraient pas, se retrouvent autour d’une scène ».

Scène ouverte de mai 2018: l’atelier de couture présente les merveilles du costumier du Théâtre de l’Œuvre

La mairie, intermédiaire entre les différents acteurs culturels

« Je trouve que ce n’était pas gagné au départ, il y a eu un certain courage politique parce que la préparation s’est faite à l’été 2016, juste après les attentats de Nice, la machine a été lancée à ce moment-là, il fallait être très courageux pour ne pas l’arrêter, il fallait y croire » affirme Emma Bester, qui salue la volonté de la maire du 1er et 7e arrondissement de Marseille, Sabine Bernasconi.

Les Dimanches de la Canebière ont apporté un coup de projecteur aux actions menées par les différents organismes participants « ça nous donne une belle visibilité, sans qu’il y ait eu de moyens ou d’argent public supplémentaire mis pour chaque acteurs » soutient Yves. La municipalité s’est imposée comme médiatrice entre les différentes structures « ça a été une mutualisation de moyens, chaque acteur a mis quelque chose dans la corbeille et de communication pour tout le monde, qui a été faite par la mairie de secteur en l’occurrence » constate le quinquagénaire.

Quel est le bilan un et demi plus tard?

Après quatorze éditions, le bilan est unanime au sein du théâtre « Le dimanche, ça créé une très belle émulation, lorsqu’on se promène, il y a une grande mixité de public. Durant ce dimanche par mois, Marseille a des airs de Berlin, avec une élégance, les gens sont à l’aise, c’est piétonnisé, l’atmosphère change » se réjouit-il, et déclare « je ne vois pas ce qu’il y a de négatif, je ne vois que du positif ».

« On se sent renforcés dans notre position d’occupation de l’espace public, ça nous apporte de la légitimité en tant qu’acteurs culturels, de terrains, de territoire » certifie Emma, les dimanches ont également permis aux différents établissements de s’affirmer en tant qu’acteurs sociaux-culturels de la ville, le théâtre de l’Œuvre en est un exemple, de même que La Fabulerie.

Un succès indiscutable… pour tous?

En effet, chaque année depuis la création des  Dimanches de la Canebière, La Fabulerie participe également à l’événement. « Cela a participé à faire découvrir notre activité à des publics familiaux notamment » révèle Axelle Benaïch, dirigeante de l’organisme. Les participants aux ateliers proposés lors des dimanches, reviennent pour assister aux autres activités mises en place 10 rue Garibaldi. D’un point de vue local, la directrice du lieu confirme, les dimanches apportent « une synergie avec les autres acteurs culturels » et une « mobilisation collective pour un renouveau du quartier de Belsunce ». Economiquement, la gérante ne relève pas de plus-value directe.

Laureen Piddiu (IEJ)

Marseille derrière les bleus : Une nouvelle étoile sur Marseille

Marseille derrière les bleus : Une nouvelle étoile sur Marseille

Incroyable, inattendue, exceptionnelle, euphorisante, mémorable… Les adjectifs ne manquent pas pour qualifier l’instant de la victoire de ce dimanche 15 juillet, aux alentours de 19 heures. Dans la cité phocéenne, la folie et la liesse se sont emparées de tous les marseillais, fans de foot ou non. Une soirée pour célébrer cette deuxième étoile sur le maillot de notre équipe de football national.

« On l’attendait, et on l’a eu. Comme disait Thierry Roland, on peut mourir tranquille, le plus tard possible, mais on a vu la France gagner une Coupe du Monde, putain ! » exprime Marco, supporter en pleine extase et qui crie de plus vive voix qu’un chanteur d’opéra. Il représente l’ambiance générale à la sortie du Parc Chanot, qui a servi de fanzone de dernière minute pour cette finale historique. L’enceinte a accueilli plusieurs milliers de marseillais prêt a bravé la chaleur infernale de ce dimanche après-midi, dès 15 heures pétantes.

Deux écrans, 90 minutes intense et une victoire assez écrasante et spectaculaire 4 buts à 2 plus tard, la marée de drapeaux bleu blanc rouge et les « On est les Champions » ou autres chants de légende s’est mise en marche vers le Rond-Point du Prado, tel un seul homme. « Je suis mort de chaud, je suis plein de sueur, c’est dégueulasse mais je n’en ai rien à faire, on a gagné ! » constate Sarah, supportrice des bleus et de l’OM. Le spectacle était a retrouvé sur le Rond-Point du Prado jusqu’à Castellane.

La grande avenue était bleue de monde, sans que la foule bloque complètement la route comme on a pu le voir aux Champs-Elysées. Les klaxons à outrance, des scooters aux couleurs de la France, des supporters qui montent sur les voitures pour brandir le drapeau ou le maillot, l’ambiance était indéniablement très agitée et sans heurts particuliers. « Je ne verrai peut-être ça qu’une fois dans ma vie, mais l’émotion, elle est là, dans mon cœur et près de la deuxième étoile » explique Steve, en pointant du doigt la ou se trouvera la nouvelle étoile du maillot français.

Tout Marseille était investie par le football, avec des foules allant et venant entre les différents coins festifs de la ville et le cœur même de cette fête : le Vieux-Port. Les plongeons, les fumigènes, les cris, tout y était. Le cocktail de la fête, de l’amour, de l’union des marseillais qui durera jusqu’au bout de la nuit.

Ce cocktail fabuleux a pris un gout plus amer quand le Vieux-Port est entré dans la nuit noire, entre deux et trois heures du matin. Malgré le calme de l’après-euphorie, les supporters les plus noctambules ont pu assister a des bagarres entre marseillais légèrement trop alcoolisés, des vols de scooters avec utilisation de gaz lacrymogène ou jets de bières en verre, pas en plastique… Des heurts, il y en a eux mais tard, a l’abri de la foule qui est allé dormir les yeux pleins d’étoiles.

Et le lundi, la vie a repris son cours, avec des souvenirs plein la tête et plein les jambes. La France est championne du monde, et c’est le plus important. Maintenant, nous pouvons tous retourner à une activité normale, et profiter de ce bel et chaud été qui ne fait que commencer de la plus belle des manières…

Texte, photos et vidéo Guillaume Aledo (IEJ)

Foot: la France dans le dernier carré sur le Vieux-Port 

Foot: la France dans le dernier carré sur le Vieux-Port 

 

Après un match exceptionnel contre l’Argentine de Lionel Messi, le peuple français et marseillais attendaient ce quart de finale avec l’envie de voir les Bleus triompher une nouvelle fois. Un rêve devenu réalité ce vendredi 6 juillet à 17 heures, avec une belle victoire 2 buts à 0 de la France contre l’Uruguay. Autant dans toute la France qu’a Marseille, on a célébré.

 

Les bars du Vieux-Port étaient assaillis par des hordes de supporters de tous âges avec des maillots bleus et blancs aux noms de Griezmann, Matuidi, Mbappé ou Lloris dans le cœur touristique de Marseille. Durant près de deux heures, une déferlante d’émotions allant du stress d’une parade magnifique de Lloris à la délivrance lors du deuxième but marqué par “notre Antoine Griezmann national”. « On a de la réussite, mais on est solide, je sens bien qu’on peut la gagner cette Coupe du Monde » s’enthousiasme Marc, supporter emballé par le spectacle footballistique.

Après la victoire, une question s’est posée avec un supporter sur un absent de ce mondial sur Marseille : l’écran géant. La France est en demi-finale, des villes comme Bordeaux, Toulouse ou Paris se sont mis à installer des écrans pour unir tout le monde autour du match. Mais aux dernières nouvelles, la cité phocéenne ne semble pas encline a installer un écran sur le Vieux-Port, ou même au coeur du Vélodrome. « J’avais regardé la finale de l’Europa League au Vélodrome, c’était super, on vivait vraiment le match, et ce serait beau qu’on fasse pareil. On est à deux matches d’une deuxième étoile, ça le mérite » réclame Alain, supporter de l’OM et des Bleus.

Le prochain match de la France, c’est mardi prochain à 20 heures face à nos voisins belges, qui viennent d’éliminer par surprise le grand Brésil. Un match en soirée, qui pourrait attirer encore plus de public sur le Vieux-Port et dans toutes les rues de Marseille.

Texte et photos Guillaume Aledo (IEJ) 

 

Marseille derrière les Bleus : On passe aux choses sérieuses

Marseille derrière les Bleus : On passe aux choses sérieuses

Incroyable, sensationnel, épique ou même stressant jusqu’à la dernière minute. Ce huitième de finale de la Coupe du Monde entre la France et l’Argentine a sans doute marqué la mémoire de beaucoup de jeunes et moins jeunes supporters des Bleus. Remporté 4 buts à 3, ce match a fait chavirer le peuple français, et le peuple marseillais aussi.

« On s’est régalé, c’était un grand match. Beaucoup de buts, beaucoup d’actions, une vraie folie sur le terrain, je me suis enfin senti devant un match de la Coupe du Monde » s’exalte Vincent, étudiant et supporter de la France. Cette impression, elle est générale. Après trois matches de poule qui ont plus que déçu le public par leur fadeur, la compétition semble vraiment lancée depuis ce samedi 30 juin.

Ce sursaut d’orgueil et de plaisir fait remarquer une vraie différence avec le dramatique France-Danemark de mardi dernier. 90 minutes d’enfer vécues du Vieux-Port au Cours Julien pour des Marseillais qui espéraient voir du football, et qui se sont retrouvés à finir craintifs. « Je sais pas quoi dire, c’était un match dégueulasse, même l’OM de l’époque Labrune ressemblait plus à quelque chose que ça » déplore Gregoire, supporter déçu qui a dû changer d’opinion depuis ce huitième de finale.

Dans l’ambiance, on est honnêtement encore loin de l’évènement foot de référence de 2018 sur Marseille : la finale d’Europa League OM/Atletico Madrid. A la différence de la phase de poules, plus de bars et de restaurants se sont mis à diffuser le match sur leurs terrasses et près de leurs comptoirs.

Le cœur touristique de Marseille était bondé en cet après-midi très chaud et ensoleillé, un vrai moment d’été parfait pour siroter sa bière devant une magnifique rencontre. « On est venu entre couples, et même si je ne suis pas foot du tout, j’aime bien l’Equipe de France, et c’est toujours plaisant de voir du monde et de l’engouement collectif comme aujourd’hui » se réjouit Sarah, amatrice de football et de grandes compétitions.

Le prochain match, c’est ce vendredi. Dès le coup de sifflet final, certains supporters ne pensaient qu’à une chose : le Portugal. La vision d’une revanche de la finale perdue de l’Euro 2016 étaient dans certaines têtes. « On a éliminé Messi, maintenant il faut qu’on se débarrasse de Ronaldo, on fait le doublé gagnant comme ça » espère Christophe, fan inconditionnel de la France et de l’OM.

Malheureusement (ou heureusement, ça dépend du point de vue), l’Uruguay a éliminé le Portugal juste après le match de la France. Ce sera donc un France-Uruguay, quart de finale d’une Coupe du Monde qui commence enfin a créer de l’engouement.

Texte et photos Guillaume Aledo (IEJ)

 

Canebière #14: Musique et Parkour pour rythmer la journée

Canebière #14: Musique et Parkour pour rythmer la journée

Ce dimanche, s’est tenue la 14ème édition des dimanches de la Canebière, le dernier en attendant la rentrée en septembre. Malgré la forte chaleur présente sur Marseille et la course de F1 au Castellet, les Marseillais étaient nombreux à déambuler sur La Canebière. Ils ont pu ainsi profiter d’animations très diverses : des représentations artistiques et musicales se tenaient au milieu des courses effrénées des free-runners et des ventes d’objets en tout genre. Tout le monde a pu trouver son compte.

Le mois dernier l’Afrique était à l’honneur mais les dimanches n’avaient pas eu la réussite escomptée. La faute, entre autres, à la fête des mères. Pour Canebière#14 la mairie (LR) de secteur à l’initiative du projet lancé en 2016 a été épaulée par la Présidente (LR) du Conseil Départemental qui a pris en charge la programmation de cette journée festive orchestrée par Lieux Publics (centre national de création en espace public) basé à Marseille.

Pour cette dernière édition avant une pause bien méritée, le bal a été lancé parChorus ©Charles Gandolfole “Chrorus” de Ray Lee. Juste en face, les free-runners, nom donné aux pratiquants du Parkour, ont tout au long de la journée exécuté des danses et des sauts spectaculaires, ponctués par les applaudissements enthousiastes du public. “C’est vraiment exceptionnel ce qu’ils font, parfois ils me font vraiment peur”, s’enthousiasme Christine, mère au foyer. L’animation a suscité un énorme intérêt, et les Marseillais pouvaient même s’y essayer. Des échafaudages ont été disposés sur le Square Léon Blum, et chacun pouvait grimper dessus pour s’entraîner, sous l’œil et les conseils des Free-Runners. Chacun pouvait s’adapter aux activités en fonction de son niveau. Pour les moins aguerris, il s’agissait déjà d’arriver à faire un salto à même le sol. “J’ai emmené mon fils ce matin, et il ne s’arrête plus!”, lance Valérie, maîtresse d’école.

©Thomas Izart« Amour à la table » faisait partie également des curiosités de cette journée. Chapeautée par l’association Lieux Publics, 26 acteurs « entablés », c’est-à-dire véritablement incrustés dans des tables, ont livré une performance ésotérique. Entre 11 heures et 13 heures, en plein cœur du cours Saint-Louis, ils se faufilaient au milieu des passants, apostrophaient certains d’entre eux et discutaient ensemble gaiement. De nombreux passants étaient dans l’incompréhension, à l’image d’Anna, Marseillaise de 26 ans « Je n’ai pas tout compris, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est original », a-t-elle confié. D’autres y ont vu un moment de convivialité bon-enfant. “Je trouve ça amusant, ça change de ce qu’on voit tous les jours et ça fait plaisir à voir” a déclaré Roger qui a profité des animations toute la journée.

Autre attraction de la journée : à la place du Lycée Thiers, une scène musicale a pris place place à l’ombre des platanes. Plusieurs chorales se sont succédé au cours de la journée, dont deux composées d’enfants. Avec celle de l’Ecole Elémentaire de La Busserine  elles ont offert un spectacle divertissant, chaleureux et émouvant sous le regard de nombreux passants et de leurs parents. “Ils étaient mignons. Honnêtement, la foule ne les a pas impressionnés, c’était vraiment une belle performance”, se félicite Sébastien, étudiant.

La journée s’est achevée avec la musique de l’installation sonore du “Chorus” de Ray Lee qui aura rythmé cette 14ème édition des Dimanches de La Canebière. Tous les ingrédients étaient là pour une journée réussie et enrichissante.

Charles Gandolfo et Thomas Izart (IEJ)

Portofolio de la journée par Sophie Pironnet (IEJ)

Retrouver des images aussi sur Instagram et Twitter

Cours Ju: les Bleus, du foot et de la zique

Cours Ju: les Bleus, du foot et de la zique

C’est fait ! L’Equipe de France s’est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde en battant les Péruviens 1 but à 0. Loin des déconvenues vécues par nos amis argentins et allemands, les Marseillais, fervents supporters des Bleus, ont pu savourer un beau et complet 21 juin. La semaine dernière, nous étions sur le Vieux-Port. Cette semaine, c’est le Cours Julien qui est à l’honneur.

Dans les nombreux bars que compte l’un des cours les plus actifs de la cité phocéenne, les couleurs bleu, blanc et rouge brillaient. Malgré la forte chaleur de ce premier jour de l’été 2018, les Marseillais se sont déplacés en nombre pour soutenir les joueurs de l’Equipe de France. « J’ai demandé à sortir plus tôt de mon travail exprès pour venir voir le match, je ne veux rater aucune rencontre des français » déclare Eddy, supporter prêt a sacrifier des heures de travail pour voir le match dans les meilleures conditions.

Des fans de football excités et emballés plus par une qualification que par un match réussi mais très fade niveau spectacle. Le spectacle, c’était sur tout le cours, dès le coup de sifflet final. La particularité de ce jeudi 21 mai, c’était le combo match de la France/fête de la musique. Les bars ne se sont pas vidés, mais plutôt remplis durant toute la soirée. « Je me fous un peu du foot, mais là, on a gagné, et c’est la fête de la musique, donc on veut célébrer jusqu’au bout de la nuit » raconte Marie, une étudiant exaltée par l’évènement.

Le prochain rendez-vous de l’Equipe de France, et le dernier de cette phase de poules, ce sera mardi prochain à 16 heures, face à nos amis danois et le redoutable Eriksen.

Texte et photos Guillaume Aledo (IEJ)

Marseille derrière les bleus : A l’heure du foot et de la musique

Canebière#14: le marché à l’heure estivale !

Canebière#14: le marché à l’heure estivale !

Canebière#14

C’est le début de l’été sur la Canebière ! Pour fêter l’arrivée des beaux jours, Marseille Centre la Fédération des commerces du centre-ville proposera, à l’occasion du 14e dimanches de la Canebière, un marché 100 % estival le 24 juin de 11 h à 18 h.

Au programme de ce marché estival : les jus de fruits frais vitaminés du Scoby Bar, les saveurs glacées artisanale du Cabanon givré ou bien encore le chocolat de La Baleine à Cabosse. Les Marseillais de tout âge trouveront leur bonheur ! Des food trucks seront présents sur le square Léon Blum pour restaurer ceux à qui cette balade a donné faim. Les visiteurs auront aussi la possibilité de déguster les produits achetés sur place dans l’espace pique-nique.

Photo : Laure Mélone pour Marseille CentreDu cours Saint-Louis à la place du Général de Gaulle, les passants pourront goûter à des produits frais et issus des producteurs locaux de Marseille et sa région. Le marché organisé par Marseille-centre permet d’instaurer un lien social privilégié entre les commerçants et les clients. « Vous ne savourez pas vos légumes de la même façon une fois que vous avez écouté la maraîchère vous en parlez avec amour et passion. », détaille Vassiliki Andreadou, la chargée de projets événementiels pour Marseille centre. « En ce sens, le marché des Dimanches de la Canebière renforce les liens sociaux et commerciaux entre la population urbaine, de plus en plus déconnectée du monde agricole, et les producteurs. », conclue-t-elle.

Après avoir dédié en avril dernier une grande partie de son marché aux plantes, Marseille centre renouvelle l’expérience avec un espace consacré uniquement aux végétaux. Les passants pourront acheter des cactus, des bonsaïs, des figuiers ou des semences. « À la suite de la disparition en 2015 de la Journée des Plantes et Jardins, qui a eu lieu pendant 20 ans sur le cours Julien, Marseille se trouvait orpheline d’un temps fort dédié au végétal. On a souhaité relancer en centre-ville une foire aux plantes. », dit Vassiliki Andreadou.
Photo : Laure Mélone pour Marseille CentrePour cette dernière édition des dimanches de la canebière avant la trêve estivale, Marseille centre a décidé de mettre en avant l’ail afin de rendre hommage à la foire aux aulx créée en 1447, qui avait lieu en plein centre-ville de Marseille. Hasard du calendrier, cette foire se terminait toujours le 24 juin lors de la fête de la Saint-Jean. « A travers cet hommage, la Fédération des commerces du centre-ville poursuit sa volonté de valoriser le cœur historique de Marseille », informe la chargée de projets événementiels pour Marseille centre.

Lorenzo Ciampi (IEJ2)

Canebière#14: promenade dans le programme

Canebière#14: promenade dans le programme

Pour la 14eme édition des Dimanches de la Canebière sur le thème de la rencontre artistique, la Hune de Canebière vous propose un exemple de cheminement diversifié qui vous conduira de bas en haut de La Canebière tout au long de la journée.

Le départ est prévu dès 10h30 à l’office de tourisme, située au 11 La Canebière, avec une balade urbaine à la découverte de l’artère marseillaise la plus connue. Il va donc falloir vous lever de bonne heure. Pour participer à cette visite guidée qui durera 2h, il vous faudra réserver au 08 26 50 05 00 et vous acquitter de la somme de 10 €uros (gratuit pour les -12ans). Sur les coups de 13h, une fois l’excursion terminée, il vous sera possible de vous restaurer au marché des producteurs qui propose une aire de repas entre la place du Général de Gaulle et le Cours Saint-Louis. Fruits et légumes de saison, plats légers et végétariens, jus de fruit frais vitaminés, ainsi que des saveurs glacées artisanales vous y attendront.
Ensuite, prenez la direction de la rue des Récollettes pour la Fanfarefelue. Un concert de l’École de fanfare populaire et solidaire de Marseille. Deux horaires-vous sont proposés 15h30 et 16h. Après cela, continuez à remonter jusqu’à la Rue du Théâtre Français où l’association média 15-38 Méditerranée proposera des ateliers journalistiques (un atelier par heure). Durée des ateliers : 30 minutes.
Si vous cherchez à vous confronter à un autre univers, il vous sera possible de voir du Parkour. Cette discipline qui consiste à grimper sur les murs, descendre, escalader, etc. Sur le Square Léon Blum un practice sera mis en place et tout au long de la journée, les freerunners descendront et remonteront La Canebière pour vous en mettre plein la vue. Pour conclure cette journée riche en évènement sur une note musicale, vous aurez la possibilité d’assister à la clôture de l’installation sonore de Ray Lee qui a lieu tout en haut de La Canebière.

Charles Gandolfo, (IEJ3)

Sur smartphone, tablette ou ordi, suivez le cheminement proposé par Charles Gandolfo illustré par Cynthia Aymeric & Laureen Piddiu (IEJ2):

 

 

A lire aussi “A nous de jouer!”: clic

Amour à la table: clic

Le marché des producteurs: clic