Archives de
Catégorie : Dimanches de la Canebière

Dimanches de la Canebière

Les Dimanches de la Canebière, un bilan incontestable et incontesté

Les Dimanches de la Canebière, un bilan incontestable et incontesté

En janvier 2017, les Dimanches de la Canebière ont été lancés par la Mairie des 1er et 7e arrondissements de Marseille. Un an et demi plus tard, et après quatorze éditions, certains des organismes participants tels que le Théâtre de l’Œuvre et La Fabulerie dressent un bilan positif de cet événement récurrent. Devenu LE rendez-vous artistique du quartier, il a apporté à ces lieux uniques en leur genre, une plus grande visibilité et une véritable légitimité en tant qu’acteurs culturels de la ville.

« Un an et demi après, malgré toutes les interrogations qu’il y a pu avoir, personne n’a trop envie que ça s’arrête, la machine est partie » témoigne Yves Millo, coordinateur du projet Théâtre de l’Œuvre pour l’Association La Paix.

Scène ouverte mai 2018: Extrait de la création “Nous voulons être au monde comme des arbres de papiers qui tombent à l’automne et renaissent au printemps” Par la Compagnie La Companik, en résidence au Théâtre de l’Œuvre de janvier à juin 2018

Depuis le lancement des Dimanches de la Canebière, en janvier 2017, le Théâtre de l’Œuvre n’a raté aucune édition de l’événement. Lors de ces journées hautes en couleurs, la salle de spectacle organise des scènes ouvertes. « La difficulté pour nous c’était de trouver quelque chose qui revient tous les mois avec de tout petits moyens, qui corresponde à l’ambiance du lieu, qui ne nous demande pas d’efforts réguliers et surtout qui soit représentatif de ce que nous sommes» confie Emma Bester gérante de la communication et de la médiation au sein du Théâtre de l’Œuvre, c’est ainsi que son nés les scènes ouvertes.

Scène ouverte de mai 2018: Nadir et Mounira initient le public au yoga du rire

Le temps de cette journée, le théâtre est ouvert à ceux qui veulent prendre la scène pour partager leur art : que ce soit un extrait de pièce, une danse, un chant, ou même un billet d’humeur. Les participants s’inscrivent et montent sur scène pour présenter leurs propositions. Il n’y a pas de casting préparé en amont, tout le monde peut y participer. « Les gens reviennent car ils aiment ce côté familial, bienveillant » explique Emma, « c’est très varié, c’est ce qui est beau ici, c’est que des gens qui a priori ne se rencontreraient pas, se retrouvent autour d’une scène ».

Scène ouverte de mai 2018: l’atelier de couture présente les merveilles du costumier du Théâtre de l’Œuvre

La mairie, intermédiaire entre les différents acteurs culturels

« Je trouve que ce n’était pas gagné au départ, il y a eu un certain courage politique parce que la préparation s’est faite à l’été 2016, juste après les attentats de Nice, la machine a été lancée à ce moment-là, il fallait être très courageux pour ne pas l’arrêter, il fallait y croire » affirme Emma Bester, qui salue la volonté de la maire du 1er et 7e arrondissement de Marseille, Sabine Bernasconi.

Les Dimanches de la Canebière ont apporté un coup de projecteur aux actions menées par les différents organismes participants « ça nous donne une belle visibilité, sans qu’il y ait eu de moyens ou d’argent public supplémentaire mis pour chaque acteurs » soutient Yves. La municipalité s’est imposée comme médiatrice entre les différentes structures « ça a été une mutualisation de moyens, chaque acteur a mis quelque chose dans la corbeille et de communication pour tout le monde, qui a été faite par la mairie de secteur en l’occurrence » constate le quinquagénaire.

Quel est le bilan un et demi plus tard?

Après quatorze éditions, le bilan est unanime au sein du théâtre « Le dimanche, ça créé une très belle émulation, lorsqu’on se promène, il y a une grande mixité de public. Durant ce dimanche par mois, Marseille a des airs de Berlin, avec une élégance, les gens sont à l’aise, c’est piétonnisé, l’atmosphère change » se réjouit-il, et déclare « je ne vois pas ce qu’il y a de négatif, je ne vois que du positif ».

« On se sent renforcés dans notre position d’occupation de l’espace public, ça nous apporte de la légitimité en tant qu’acteurs culturels, de terrains, de territoire » certifie Emma, les dimanches ont également permis aux différents établissements de s’affirmer en tant qu’acteurs sociaux-culturels de la ville, le théâtre de l’Œuvre en est un exemple, de même que La Fabulerie.

Un succès indiscutable… pour tous?

En effet, chaque année depuis la création des  Dimanches de la Canebière, La Fabulerie participe également à l’événement. « Cela a participé à faire découvrir notre activité à des publics familiaux notamment » révèle Axelle Benaïch, dirigeante de l’organisme. Les participants aux ateliers proposés lors des dimanches, reviennent pour assister aux autres activités mises en place 10 rue Garibaldi. D’un point de vue local, la directrice du lieu confirme, les dimanches apportent « une synergie avec les autres acteurs culturels » et une « mobilisation collective pour un renouveau du quartier de Belsunce ». Economiquement, la gérante ne relève pas de plus-value directe.

Laureen Piddiu (IEJ)

Canebière #14: Musique et Parkour pour rythmer la journée

Canebière #14: Musique et Parkour pour rythmer la journée

Ce dimanche, s’est tenue la 14ème édition des dimanches de la Canebière, le dernier en attendant la rentrée en septembre. Malgré la forte chaleur présente sur Marseille et la course de F1 au Castellet, les Marseillais étaient nombreux à déambuler sur La Canebière. Ils ont pu ainsi profiter d’animations très diverses : des représentations artistiques et musicales se tenaient au milieu des courses effrénées des free-runners et des ventes d’objets en tout genre. Tout le monde a pu trouver son compte.

Le mois dernier l’Afrique était à l’honneur mais les dimanches n’avaient pas eu la réussite escomptée. La faute, entre autres, à la fête des mères. Pour Canebière#14 la mairie (LR) de secteur à l’initiative du projet lancé en 2016 a été épaulée par la Présidente (LR) du Conseil Départemental qui a pris en charge la programmation de cette journée festive orchestrée par Lieux Publics (centre national de création en espace public) basé à Marseille.

Pour cette dernière édition avant une pause bien méritée, le bal a été lancé parChorus ©Charles Gandolfole “Chrorus” de Ray Lee. Juste en face, les free-runners, nom donné aux pratiquants du Parkour, ont tout au long de la journée exécuté des danses et des sauts spectaculaires, ponctués par les applaudissements enthousiastes du public. “C’est vraiment exceptionnel ce qu’ils font, parfois ils me font vraiment peur”, s’enthousiasme Christine, mère au foyer. L’animation a suscité un énorme intérêt, et les Marseillais pouvaient même s’y essayer. Des échafaudages ont été disposés sur le Square Léon Blum, et chacun pouvait grimper dessus pour s’entraîner, sous l’œil et les conseils des Free-Runners. Chacun pouvait s’adapter aux activités en fonction de son niveau. Pour les moins aguerris, il s’agissait déjà d’arriver à faire un salto à même le sol. “J’ai emmené mon fils ce matin, et il ne s’arrête plus!”, lance Valérie, maîtresse d’école.

©Thomas Izart« Amour à la table » faisait partie également des curiosités de cette journée. Chapeautée par l’association Lieux Publics, 26 acteurs « entablés », c’est-à-dire véritablement incrustés dans des tables, ont livré une performance ésotérique. Entre 11 heures et 13 heures, en plein cœur du cours Saint-Louis, ils se faufilaient au milieu des passants, apostrophaient certains d’entre eux et discutaient ensemble gaiement. De nombreux passants étaient dans l’incompréhension, à l’image d’Anna, Marseillaise de 26 ans « Je n’ai pas tout compris, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est original », a-t-elle confié. D’autres y ont vu un moment de convivialité bon-enfant. “Je trouve ça amusant, ça change de ce qu’on voit tous les jours et ça fait plaisir à voir” a déclaré Roger qui a profité des animations toute la journée.

Autre attraction de la journée : à la place du Lycée Thiers, une scène musicale a pris place place à l’ombre des platanes. Plusieurs chorales se sont succédé au cours de la journée, dont deux composées d’enfants. Avec celle de l’Ecole Elémentaire de La Busserine  elles ont offert un spectacle divertissant, chaleureux et émouvant sous le regard de nombreux passants et de leurs parents. “Ils étaient mignons. Honnêtement, la foule ne les a pas impressionnés, c’était vraiment une belle performance”, se félicite Sébastien, étudiant.

La journée s’est achevée avec la musique de l’installation sonore du “Chorus” de Ray Lee qui aura rythmé cette 14ème édition des Dimanches de La Canebière. Tous les ingrédients étaient là pour une journée réussie et enrichissante.

Charles Gandolfo et Thomas Izart (IEJ)

Portofolio de la journée par Sophie Pironnet (IEJ)

Retrouver des images aussi sur Instagram et Twitter

Canebière#14: le marché à l’heure estivale !

Canebière#14: le marché à l’heure estivale !

Canebière#14

C’est le début de l’été sur la Canebière ! Pour fêter l’arrivée des beaux jours, Marseille Centre la Fédération des commerces du centre-ville proposera, à l’occasion du 14e dimanches de la Canebière, un marché 100 % estival le 24 juin de 11 h à 18 h.

Au programme de ce marché estival : les jus de fruits frais vitaminés du Scoby Bar, les saveurs glacées artisanale du Cabanon givré ou bien encore le chocolat de La Baleine à Cabosse. Les Marseillais de tout âge trouveront leur bonheur ! Des food trucks seront présents sur le square Léon Blum pour restaurer ceux à qui cette balade a donné faim. Les visiteurs auront aussi la possibilité de déguster les produits achetés sur place dans l’espace pique-nique.

Photo : Laure Mélone pour Marseille CentreDu cours Saint-Louis à la place du Général de Gaulle, les passants pourront goûter à des produits frais et issus des producteurs locaux de Marseille et sa région. Le marché organisé par Marseille-centre permet d’instaurer un lien social privilégié entre les commerçants et les clients. « Vous ne savourez pas vos légumes de la même façon une fois que vous avez écouté la maraîchère vous en parlez avec amour et passion. », détaille Vassiliki Andreadou, la chargée de projets événementiels pour Marseille centre. « En ce sens, le marché des Dimanches de la Canebière renforce les liens sociaux et commerciaux entre la population urbaine, de plus en plus déconnectée du monde agricole, et les producteurs. », conclue-t-elle.

Après avoir dédié en avril dernier une grande partie de son marché aux plantes, Marseille centre renouvelle l’expérience avec un espace consacré uniquement aux végétaux. Les passants pourront acheter des cactus, des bonsaïs, des figuiers ou des semences. « À la suite de la disparition en 2015 de la Journée des Plantes et Jardins, qui a eu lieu pendant 20 ans sur le cours Julien, Marseille se trouvait orpheline d’un temps fort dédié au végétal. On a souhaité relancer en centre-ville une foire aux plantes. », dit Vassiliki Andreadou.
Photo : Laure Mélone pour Marseille CentrePour cette dernière édition des dimanches de la canebière avant la trêve estivale, Marseille centre a décidé de mettre en avant l’ail afin de rendre hommage à la foire aux aulx créée en 1447, qui avait lieu en plein centre-ville de Marseille. Hasard du calendrier, cette foire se terminait toujours le 24 juin lors de la fête de la Saint-Jean. « A travers cet hommage, la Fédération des commerces du centre-ville poursuit sa volonté de valoriser le cœur historique de Marseille », informe la chargée de projets événementiels pour Marseille centre.

Lorenzo Ciampi (IEJ2)

Canebière#14: promenade dans le programme

Canebière#14: promenade dans le programme

Pour la 14eme édition des Dimanches de la Canebière sur le thème de la rencontre artistique, la Hune de Canebière vous propose un exemple de cheminement diversifié qui vous conduira de bas en haut de La Canebière tout au long de la journée.

Le départ est prévu dès 10h30 à l’office de tourisme, située au 11 La Canebière, avec une balade urbaine à la découverte de l’artère marseillaise la plus connue. Il va donc falloir vous lever de bonne heure. Pour participer à cette visite guidée qui durera 2h, il vous faudra réserver au 08 26 50 05 00 et vous acquitter de la somme de 10 €uros (gratuit pour les -12ans). Sur les coups de 13h, une fois l’excursion terminée, il vous sera possible de vous restaurer au marché des producteurs qui propose une aire de repas entre la place du Général de Gaulle et le Cours Saint-Louis. Fruits et légumes de saison, plats légers et végétariens, jus de fruit frais vitaminés, ainsi que des saveurs glacées artisanales vous y attendront.
Ensuite, prenez la direction de la rue des Récollettes pour la Fanfarefelue. Un concert de l’École de fanfare populaire et solidaire de Marseille. Deux horaires-vous sont proposés 15h30 et 16h. Après cela, continuez à remonter jusqu’à la Rue du Théâtre Français où l’association média 15-38 Méditerranée proposera des ateliers journalistiques (un atelier par heure). Durée des ateliers : 30 minutes.
Si vous cherchez à vous confronter à un autre univers, il vous sera possible de voir du Parkour. Cette discipline qui consiste à grimper sur les murs, descendre, escalader, etc. Sur le Square Léon Blum un practice sera mis en place et tout au long de la journée, les freerunners descendront et remonteront La Canebière pour vous en mettre plein la vue. Pour conclure cette journée riche en évènement sur une note musicale, vous aurez la possibilité d’assister à la clôture de l’installation sonore de Ray Lee qui a lieu tout en haut de La Canebière.

Charles Gandolfo, (IEJ3)

Sur smartphone, tablette ou ordi, suivez le cheminement proposé par Charles Gandolfo illustré par Cynthia Aymeric & Laureen Piddiu (IEJ2):

 

 

A lire aussi “A nous de jouer!”: clic

Amour à la table: clic

Le marché des producteurs: clic

Canebière#14: A nous de jouer!

Canebière#14: A nous de jouer!

image Lieux Publics
ChouxChantilly par Lieux Publics

Maintenant marseillais, à vous de jouer! Si l’événement des Dimanches de la Canebière « A nous de jouer » est de retour en ce mois de juin, Pierre Sauvageot, compositeur et directeur de Lieux Publics et Sabine Bernasconi, maire (LR) des 1er et 7e arrondissements, ont lancé une invitation aux Marseillais à rallier la Canebière le 24 juin. Sous l’impressionnante verrière de la Fabulerie, la conférence de presse a permis de détailler le programme de cette dernière édition des Dimanches de la Canebière.

Martine Vassal et Sabine Bernasconi ©Lorenzo CiampiRetenu au Danemark, Pierre Sauvageot a pris la parole par l’intermédiaire d’une vidéo pour expliquer les grandes lignes de cette 14e édition. Comme l’année dernière, la programmation de « A nous de jouer » soutenue par le Conseil Départemental (CD13) et sa présidente (LR) Martine Vassal tournera autour de la musique. Entre les chants des artistes chauds avec Amour à Table et une scène musicale en continue sur la place du lycée thiers, les Marseillais trouveront leurs comptes !

Le directeur de Lieux Public a insisté sur la présence de freerunners avec le collectif French Freerun Family et PK13. «Cela fait quelques années que nous travaillons avec des freerunners de la French Freerun Family. Ils ne sauteront pas des toits de la Canebière, mais ils vont remonter les rues. Toute la journée, les passants pourront s’entraîner à cette pratique urbaine», s’exclame Pierre Sauvageot.

Cette conférence a aussi permis de dévoiler le visuel officiel de ce dernier Dimanche de la Canebière 2017-2018. Sabine Bernasconi, également vice-présidente du CD13 en charge de la Culture, a parlé plus en détails de l’évènement qu’elle a lancé en 2016.

La maire explique que la version « A Nous de Jouer » du Dimanche de la Canebière a un but précis qui le différencie de ses prédécesseurs : lier la culture, les artistes aux amateurs, aux marseillais les plus curieux et impliqués ces derniers dans les œuvres. « Ce ne sont pas tous des professionnels du monde de l’art, et pourtant le résultat des ateliers est toujours impressionnant », s’enthousiasme l’élue marseillaise. Et c’est l’objectif de cette programmation particulière et atypique proposé par Pierre Sauvageot.

Le marché des producteurs tournés vers des produits d’été, les philosophes publics, les jeux pour enfants, l’exposition dans la mairie de secteur 61 Canebière… Vous retrouverez malgré tout les fondamentaux des Dimanches de la Canebière qui ont forgé la réputation de l’événement en un an et demi.. « J’espère que les Dimanches de la Canebière permettent de voir le centre de Marseille comme le centre culturel de la ville », précise pour conclure l’élue.

Lieux Publics, le CD13 et la mairie du premier secteur vous donnent rendez-vous le dimanche 24 juin prochain sur toute la Canebière pour une programmation artistique et éclectique.

Guillaume Aledo & Lorenzo Ciampi (IEJ)

Teaser du 24 juin A nous de jouer!, par Lieux Publics

Amour à la Table revient pour Canebière#14

Amour à la Table revient pour Canebière#14

©Grégoire Edouard
©Grégoire Edouard

La performance, préfigurée le mercredi 2 mai à l’occasion de Sirènes et midi net du premier mercredi de chaque mois sur le parvis de l’Opéra, sera transfigurée sur la Canebière pour le 24 juin, 14ème édition des dimanches de la Canebière organisés par la mairie du premier secteur chaque dernier dimanche de chaque mois.

Pour cette édition patronnée par le Conseil Départemental sous le titre “A vous de jouer”, l’expérience imaginée par l’association Lieux Publics, qui avait déjà été présentée le 2 mai au cours d’un petit show de 12 minutes, s’étalera sur 2 heures pour le dimanche de la Canebière, ce 24 juin. « Le but était de rallonger la durée tout en rendant l’installation plus vivante que la première fois » indique Jasmine Lebert, directrice de la communication de Lieux Publics. De 11 heures à 13 heures, les Marseillais pourront profiter d’une expérience amusante et sensible.©Grégoire Edouard« Voilà le concept : nos 26 comédiens sont entablés, incrustés dans des tables et ils déambulent en déclamant des poèmes, des déclarations d’amour ou en échangeant des discussions » développe-t-elle. Le nombre de comédiens, c’est-à-dire 26, reste identique, mais la nature de la prestation change quelque peu. « Des périodes de 10 minutes au cours desquelles les artistes déambulent individuellement ou par petits groupes sont entrecoupées d’autres périodes de 5 minutes où les 26 artistes sont réunis tous ensemble ».

Tous les curieux pourront se rendre Cours Saint-Louis entre 11 heures et 13 heures.

Thomas Izart (IEJ)

 

 

Canebière #13 : Top départ pour Africa Fête 

Canebière #13 : Top départ pour Africa Fête 

A l’occasion du Dimanche de la Canebière #13, le festival Africa Fête inaugurait sa 11ème édition qui se tient du 27 mai au 23 juin 2018. Un petit village avait pris place sur le Square Leon Blum durant tout l’après-midi. Les visiteurs pouvaient y découvrir des cuisines originaires du Togo entre autres, des stands consacrés aux cultures des quatre coins du continent africain ou des animations musicales ou visuelles. Un spectacle qu’on pouvait admirer en sirotant un thé traditionnel sous une tente qui devait protéger d’un soleil qui n’était, lui, pas au rendez-vous.

Le Festival Africa Fête va proposer aux Marseillais, pour sa quatorzième édition, une série de concerts, de documentaires et d’évènements autour de la culture africaine. Des prestations inédites d’artistes comme Koko Dembélé, Lucia di Carvalho ou encore les DJ Rebel et Ivor. Le festival se déroulera littéralement aux quatre coins de Marseille : au Théâtre Silvain, à la Friche Belle de Mai, au Poste à Galène et, bien sûr, sur la Canebière.

Retrouvez l’intégralité du programme sur http://www.africafete.com/.

Texte et photos de Guillaume Aledo (IEJ)

A lire aussi:clic

Canebière#13 : entre calme et célébration de la culture africaine

Canebière#13 : entre calme et célébration de la culture africaine

De la danse à l’artisanat en passant par la nourriture, le square Léon Blum en haut de la Canebière a accueilli, en cette treizième édition des Dimanche de la Canebière, un concentré de culture africaine haut en couleurs, malgré une Canebière clairsemée en ce jour de fête des mères.

Après avoir cédé à la pluie le mois dernier, les Dimanches de la Canebière #13 ont cette fois-ci tenu bon face à des nuages menaçants qui ont tout de même dépêché les vendeurs de vinyles et de livres de cacher leur marchandise vers la mi-journée.
Les festivités ont eu du mal à démarrer mais ont tiré leur fil, doucement mais sûrement tout au long de ce 27 mai. Vers 11h, alors que les stands finalisaient encore leurs installations, la Musique des Équipages de la Flotte de la Marine Nationale ont ouvert le bal en musique. La formation de 76 musiciens dirigée par Marc Sury a interprété ses morceaux, ponctués d’applaudissements, pendant près de deux heures, et auxquels Sabine Bernasconi, la maire des 1-7 et porteuse des Dimanches de la Canebière, a assisté.

À côté de cela, la culture africaine a investi le square Léon Blum. Plusieurs étoffes aux couleurs bariolées et aux motifs en tout genre reliaient les arbres de la place. Toute la journée, des stands étalaient le savoir-faire africain en matière de vêtements, de coussins, de chaussures, d’instruments de musique, de bijoux ou encore de produits en osier. « Je fais souvent avec des tissus de récupération », explique une vendeuse du magasin d’artisanat africain Loubess à une cliente séduite par un coussin fait main représentant une femme. Bien sûr les spécialités culinaires allaient de soi et l’on pouvait goûter par exemple une sorte de smoothie à la banane, des beignets africains ou l’Ataya, un thé sénégalais.
Les animations autour de l’Afrique étaient au cœur de cette édition et ce sont sans doute elles qui ont attiré le plus de spectateurs. Des moments de danses chorégraphiées par plusieurs troupes et rythmées par des percussions. La détente était garantie et l’on pouvait même se prélasser sous un salon en tapis-palettes recouvert d’une toile tirée du kiosque à musique à l’allée.

Plus discrets, les acteurs du temps fort Amérique latine se tenaient devant et dans la faculté Canebière. […]

Pour terminer cette journée, le festival Oh les Beaux Jours ! proposait un karaoké littéraire en clôture de sa programmation, devant la fontaine des Danaïdes et a récompensée une petite fille, venue lire un extrait d’un livre.

Les théâtres de Marseille faisaient par ailleurs la promotion de leur saison 18-19 et ouvraient aussi leurs portes au public pour des représentations (Canebière #13 : Le théâtre au rendez-vous).

Sophie Pironnet & Charles Gandolfo (IEJ)

 

Canebière#13: Voyage en terres inconnues

Canebière#13: Voyage en terres inconnues

Pour sa 13ème édition, les « Dimanches de la Canebière » propose trois temps forts qui permettront à chacun de voyager. D’abord sur le continent Africain, puis au Brésil, et enfin avec la musique des équipages de la flotte de la Marine Nationale.

Ces trois temps forts feront parcourir les 4 coins du globe « au sein d’une ambiance populaire et festive, dont l’artère mythique de notre ville deviendra la scène vivante », indiquent les organisateurs de l’événement. Un thème choisi à la suite au succès des « Dimanches de la Canebière » sous le signe du nouvel An chinois, le 25 février dernier, et des temps forts en mars et avril autour des musiques classiques ou urbaines.

Notre voyage commencera alors en plein cœur de l’Afrique, dans le cadre de la 14e édition du festival Africa Fête à Marseille. « Le but étant de faire partager au public toutes les richesses artistiques de la musique africaine », précise le créateur de l’événement, Mamadou Konté. Pour ce faire plusieurs concerts auront lieu, pour petits et grands, sur la place des Danaïdes, ainsi que des danses africaines, et des déambulations de percussions guinéennes.

Mais ce n’est pas tout ! Puisque la musique n’est qu’une partie des nombreuses activités que propose le festival. Une vingtaine de stands viendront s’installer le long de la Canebière afin de faire découvrir, par exemple, l’artisanat, et les créateurs Africains. Ou encore des saveurs d’ailleurs comme « l’Ataya », un thé à la menthe à la sénégalaise privilégiant un moment de discussion, de détente, mais surtout de partage.

Ensuite, direction l’Amérique latine, et plus précisément le Brésil. Pour sa 4ème édition « Les apprentis de l’Espérance », aborderont la thématique « Des femmes et de l’eau ». « Le but étant d’élargir et dynamiser, ensemble, le cercle des coopérations entre l’Europe et le Brésil », expliquent les initiateurs. Pour cela deux conférences seront organisées * : la première portera sur le Portugal et les océans, et sera présentée par Pedro Marinho Da Costa, la seconde évoquera les mythes autour de l’eau. De nombreux artistes, éducateurs, et performeurs animeront aussi ces conférences. Et pour les nombreux amateurs de musique, les élèves du Centre Solea feront également une démonstration de Sévillanes et flamenco.

Enfin, retour au bercail avec le dernier temps fort de cette 13ème édition des « Dimanches de la Canebière »: la musique des équipages de la flotte Marine Nationale,  composée de 76 musiciens professionnels. « C’est l’une des plus prestigieuses formations musicales des armées françaises et contribue au rayonnement culturel de la Marine Nationale au travers de ses nombreux concerts », dévoile les organisateurs des « Dimanches de la Canebière ». Pour voir cette grande fratrie, dirigée depuis 2006 par Marc Sury, il faudra alors se rendre au square Léon Blum à 11h15.

Jauffrey Ambrosino (IEJ3)
*Université 110-114 La Canebière et Espace Public
11h-18h
a lire aussi: clic