Archives de
Catégorie : Dimanches de la Canebière

Dimanches de la Canebière

Oh les Beaux Jours ! fait chanter la littérature aux Dimanches de la Canebière

Oh les Beaux Jours ! fait chanter la littérature aux Dimanches de la Canebière

En fermeture du festival littéraire marseillais Oh Les Beaux Jours !, un karaoké littéraire est organisé au square Stalingrad. Il vient accompagner les Dimanches de la Canebière #13, qui vont mêler théâtre, culture africaine et latino-américaine.

oh les beaux jours MarseilleGustave Flaubert aimait clamer ses écrits à haute voix. Le festival de frictions littéraires marseillais Oh Les Beaux Jours ! propose de venir lire des morceaux d’œuvres dans un karaoké littéraire. Le rendez-vous se déroule en plein air au square Stalingrad, juste à côté de la fontaine des Danaïdes. « C’est une idée que l’on a depuis longtemps, avant que le festival existe », explique Nadia Champesme, directrice et organisatrice de Oh Les Beaux Jours !. « L’exercice du karaoké est assez drôle, assez ludique. On joue avec des classiques de la littérature ou des textes que les gens ne connaissent pas, un peu comme un karaoké où tout le monde connaît la mélodie mais pas forcément les paroles ». L’événement est ouvert à tous, petits et grands, et couvre des œuvres d’artistes invités au festival – jeunesse, romans, essais etc. – mais aussi des textes sur Marseille. Chaque allocution dure entre trente secondes et trois minutes.

Raphaël France-Kullmann, un comédien qui avait déjà organisé une animation similaire pour la région PACA au Salon du livre de Paris sera le Monsieur Loyal. Le musicien Vincent Truel accompagnera chaque passage pour compléter l’effet karaoké. Et pour plus de challenge, un concours sera organisé et récompensera les meilleurs lecteurs avec des chèques cadeaux.

Si vous êtes trop timide pour oser prendre le micro, vous pouvez tout de même vous asseoir sur les pavés et écouter les volontaires. « Raphaël se charge de motiver les troupes ! », conclut Nadia Champesme.

Sophie Pironnet (IEJ)

En savoir + : clic

D2K#13: Les un an des Dimanches de la Canebière célébré en musique

D2K#13: Les un an des Dimanches de la Canebière célébré en musique

d2k-mai2018Pour les un an des Dimanches de la Canebière, diverses activités musicales seront proposées au public. De piano bar, à cabaret en passant par des chœurs, les possibilités sont multiples et variées.

Au programme de cette journée du 27 mai 2018 : Dès 11h et jusqu’à 12h30, la Marine Nationale, composée de 76 musiciens professionnels, effectuera un concert en plein air sur le Square Léon Blum. Au même moment, en bas de la Canebière, Cyril Gump proposera un concert Folk/Blues sur le thème du voyage, de l’évasion, et de la nature. Il proposera des reprises principalement. A 12h, au Palais de la Bourse, l’orchestre symphonique d’Aix-Marseille Université, créée en 2015, le jeune chef d’orchestre marseillais Sébastien Boin rassemble des étudiants de l’ensemble de l’université et quelques membres du personnel. De 13h à 18h, au 10 Boulevard Garibaldi, Amazing Swing Trio animera un Piano Bar au son des standards français, italiens, sud-américains, et jazz revissés. Il sera également possible à tous de faire un bœuf. Sur le coup des 14h, Prodig’Art propose un chœur pas comme les autres, guidé par le compositeur et chef de chœur Jean-Christophe Marti à l’auditorium de la mairie du 1-7.

A 15h, au Square Léon Blum, suivra un orchestre d’harmonie regroupant une cinquantaine d’instrumentistes des écoles de musique et conservatoires du département. De 16h à 18h, à l’église Saint-Ferréol, Vent’Alentour, composé de Marie-Madeleine Martinet, Mario Leccia et Damien Toumi chanteront des textes autour du Mont Ventoux. Poèmes, recueils historiques, récits en langue d’oc, tout cela mis en musique agrémentée de percussions. Pour finir, le spectacle le plus tardif de la journée se déroulera dans la cave voûtée du 3A rue des héros. De 18h à 21h, au tarif de 5 euros, il vous sera possible d’écouter du jazz, de la chanson française, des textes, et de la poésie notamment dans une ambiance digne des plus grands cabarets parisien.

A cette occasion, La Mesón, qui fêtera sa 13ème  édition, organise une spéciale « Africafête. Ahamada Smis, Maclick, Phoceephone mettre l’ambiance au rythme des musiques africaines. Un atelier pour enfants et ados sera également mis en place en partenariat avec Cave Carli Radio. Rendez-vous Square Stalingrad entre 15h et 17h. Entrée gratuite pour tous.

Charles Gandolfo (IEJ)

Tendance Clown 13ème, pour le 13ème Dimanche de la Canebière

Tendance Clown 13ème, pour le 13ème Dimanche de la Canebière

Tendance Clown une 13ème , pour les un an des Dimanches de la Canebière

garden-party©Béa-GillotCréée en 2001, l’association City Zen Café, aussi appelé Daki Ling ce qui signifie Jardin des Muses en sanskrit. « Ce lieu représente le jardin habité par les muses qui inspire les artistes », précise Vanina Lebeau, médiatrice culturelle de City Zen Café/Daki Ling. Elle organise sa 13ème édition du festival Tendance Clown. Les plus belles pépites clownesques seront évidemment présentes mais cette année le format sera quelque peu différent des années précédentes.

Ce festival annuel a débuté le 11 mai par un cabaret-clown à l’hôpital pour enfants de la Timone. Il s’étendra jusqu’au dimanche 27 mai, lors d’une journée de festivités intitulé « Noailles s’invite aux Dimanches de la Canebière ! » dont ce sera la treizième édition.
Cette journée prévue pour les habitants du quartier doit son nom au fait qu’habituellement cette journée de clôture du festival à lieu dans le quartier de Noailles. « Cette année la clôture de notre événement annuel se fera Place du Lycée Thiers qui ne se situe pas à Noailles précisément (actuellement en travaux deux rues plus bas, ndlr). Jusqu’à l’année dernière, on l’organisait nous-même. Mais pour des raisons de sécurité dû au risque d’attentat et le coût de la sécurité, on a choisi de la faire pendant les dimanches de la Canebière », explique Vanina Lebeau. Cette journée sera animée par des associations sociales exclusivement des quartiers Noailles et Belsunce.5-Cie-heidi-a-bien-grandi-HIC-600ppp-Pierre-Noirault-1

Au programme : Sur les coups de midi, salade de pomme de terre, et de riz, ainsi que du thé à la menthe, préparés par l’association Destination Famille, seront mis à disposition pour une centaine de personnes. Vers 14h suivra un spectacle de contes d’Olivier de Robert à l’initiative du théâtre de L’Éolienne. Ensuite, deux spectacles de danse « multigenre » seront proposés par l’association Dunes aux alentours de 14h40 et 16h. Entre les deux divers ateliers seront mis à la disposition de tous : des ateliers de magie, sports, maquillage, informatique, et de maitrise du français seront notamment à découvrir. Ainsi que le spectacle « ICY-PLAGE » par la Compagnie Kartoffeln, qui prendra la forme d’un « théâtre gestuel qui explore les usages de la plage », précise Coline, stagiaire en communication et relation presse pour Daki Ling.3-TYPHUS-BRONX-Le-Delirium-du-Papillon-200ppp-Christian-Tauzin-1

La fête se prolongera jusqu’à tard dans la soirée au théâtre du Daki Ling (ouverture des portes à 19h30), avec un spectacle concert de Marc Prépus appelé « Marc Prépus est le big Caddyman », suivi d’un mix par Viktor French. Histoire de conclure en musique.

Théâtre du Daki Ling,  45 A Rue d’Aubagne, 13001 Marseille, Tel : 04 91 33 45 14

Lien teaser spectacle ICY-Plage: clic

Charles Gandolfo (IEJ)

Canebière #13: le théâtre au rendez-vous

Canebière #13: le théâtre au rendez-vous

Pour cette 13ème édition des « Dimanches de la Canebière », qui se tiendra le 27 mai 2018, le théâtre et le numérique seront de sortie. Du théâtre, amateur ou professionnel, ou un jeu de données participatif et géant, le programme sera varié en ce jour de fête des mères.

donut infolabSi vous voulez faire découvrir à votre mère le monde du numérique et des données dont on entend tant parler dernièrement, vous pouvez l’amener au Donut Infolab. L’espace collaboratif propose son atelier « Data Délicates ». Une expérience participative sur tout l’après-midi. Les participant.e.s vont élaborer ensemble un questionnaire et vont interroger les passants de la Canebière. En fin de journée, ils réuniront les réponses qu’ils ont récoltées.  Et de cette collecte, un jeu de données sera conçu. Une manière ludique de comprendre comment fonctionne les données numériques. En récompense, l’atelier promet une conférence exceptionnelle avec un invité surprise. Rendez-vous au Bureau des Guides GR13 dès 14 heures, et en plus, c’est gratuit.

SCÈNE-OUVERTEAu même moment, la scène ouverte du Théâtre de l’œuvre est prête à accueillir vos plus belles performances. De la poésie pleine de passion, du slam à la Grand Corps Malade, de la chanson ou encore des performances physique, toutes les formes d’arts visuels pourront s’exprimer devant une audience de curieux. Si vous avez un poème pour votre maman, vous pourrez l’interprété sur scène de 17 à 19h, prix libre.

Et si vous êtes plus enclin à l’écoute musicale que textuelle, le Théâtre de l’œuvre vous donne rendez-vous de 15 à 16h, pour un petit concert. Un duo atypique qui s’est formé pour la première fois à Marseille en 2016 revient dans sa ville de création deux ans après. Danilo de Luca, flûtiste italien, et Daniel Marx, guitariste allemand, tous deux reconnus dans leurs milieux, viendront vous jouer de douces notes à l’oreille. Tarif allant de 5 à 15 euros. les parisiens

Si vous cherchez des œuvres fleuve et corrosive, alors deux choix s’offriront à vous. Au Théâtre du Gymnase, le metteur en scène Olivier Py proposera sur scène sa pièce « Les Parisiens ». Une œuvre contemporaine décrite comme une fresque sur un monde théâtrale et contradictoire, qui passe du sublime au ridicule. Et dont Paris, la ville-lumière, serait l’avant-scène. Une pièce de quatre heures, à découvrir dès 15 heures sous réservation sur le site www.lestheatres.net ou par téléphone 08.20.13.20.13.

La fille du tambour majorPour du plus classique, le Théâtre de l’Odéon propose, quasiment à la même heure, « La Fille du Tambour-Major » de Jacques Offenbach. Un opéra tragi-comique en 3 actes et 4 tableaux qui parle d’amour et de société. Une œuvre de 1879 qui raconte la rencontre et le coup de foudre entre un soldat courageux et téméraire et une fille de bonne famille, qui va le suivre loin d’une bourgeoisie décadente. Une nouvelle version par Jack Gervais et Guy Condette à découvrir dès 14h30, avec un tarif de 30 euros par place.

Maintenant, vous avez tout l’embarras du choix pour passer un beau dimanche après-midi en famille sur la canebière.

Guillaume Aledo (IEJ)

Oh les beaux jours, saison 2

Oh les beaux jours, saison 2

Oh_les_beaux_jours-PROGRAMME-2018.pdfLa deuxième édition d’un festival, c’est un peu comme un deuxième livre ou un deuxième film. On se met au défi de faire au moins aussi bien que la première fois, de rester fidèle à ce qui nous anime tout en se renouvelant, en étant encore plus inventif, plus audacieux et plus exigeant. Du 22 au 27 mai, les beaux jours reviennent avec une programmation qui promet débats joyeux et échanges vigoureux, moments uniques et rencontres inédites… En tout, une soixantaine de propositions déclinées en dix bulles thématiques destinées à croiser les publics et à multiplier les approches. Car ce que nous défendons, c’est l’idée que la littérature ne se résume pas à l’exercice solitaire de la lecture (même si nous l’encourageons ardemment tout au long de l’année, avant et après le festival). La littérature s’entend sur scène, elle se mêle à la musique, au cinéma, à l’histoire, aux sciences… Et bien sûr à l’amour, le grand thème qui réunit les acteurs culturels marseillais en 2018! Les écrivains se frottent au réel et la fiction capte l’indicible pour mieux questionner le monde ; les musiciens s’unissent aux historiens et les bédéistes aux romanciers ; les chanteurs font des dessins et les scientifiques n’ont plus peur de monter sur scène ; les femmes font entendre leurs voix décidées et la jeunesse prend la parole ! Au cours de cette deuxième édition, nous penserons beaucoup à deux belles personnalités de l’édition et de la littérature françaises disparues au début de l’année : Paul Otchakovsky-Laurens, qui était présent l’an dernier au festival et le sera encore cette année par la voix de ses auteurs, et Mathieu Riboulet dont nous entendrons sur scène les mots et la puissance de la langue. Nous remercions celles et ceux – financeurs, partenaires, équipes professionnelles – qui rendent ce festival possible et nous vous souhaitons une belle deuxième édition!

Nadia Champesme & Fabienne Pavia, Directrices du festival

Tout le programme en PDF: clic

Canebière#12: au rythme du temps

Canebière#12: au rythme du temps

Entre nuages et averses, la douzième édition des Dimanches de la Canebière n’aura pas échappé aux fameuses giboulées de printemps. Et pourtant, la programmation de la journée avait comme un air d’été avant l’heure.

Impressions VisuellesAprès avoir accueilli le théâtre Nono et ses chanteurs lyriques le mois passé, la Canebière s’est muée en véritable dance floor à l’américaine. Avec DJ Daz aux platines, les danseurs du groupe “Impulsion” ont bougé au rythme des meilleurs mixes hip hop de l’artiste. Sous le regard de plusieurs centaines de personnes, les chorégraphies s’enchaînent avec toujours la même énergie. “Ils sont vraiment impressionnants! Tous leurs gestes sont synchronisés”, remarque Annie Maulin, une passante déjà conquise.

Pour les amoureux du flamenco, il fallait attendre les 17h au square Stalingrad pour écouter le concert de la Meson intitulé “Le son de notre Canebière”. Une partition dynamique qui fait voyager avec ses pointes musicales latines.

Ce n’est pas sur le port d’Amsterdam, mais bien sur le Vieux-Port que l’on danse la valse à mille temps ! En haut de la Canebière, aux Réformés, dans l’église Saint-Vincent de Paul, les oreilles nostalgiques de la poésie de Jacques Brel ont pu savourer un concert hommage de l’auteur-compositeur belge. Interprété par la voix de ténor du chanteur marseillais Jean Christophe Born, lui même accompagné de Sylvain Pluyaut à l’orgue. L’acoustique clérical de l’église Saint-Vincent de Paul à séduit un public qui n’a pas était refroidi par la pluie

Antonin Heck

Du côté de la mairie, dans les nouveaux locaux flambant neufs du 1er et 7eme arrondissement, l’artiste sculpteur Antonin heck propose, pour son exposition “Têtes en l’air”,une performance artistique live. Devant les visiteurs qui déambulent entre ses sculptures, armé de son marteau et de ses bouts de palettes, il donne forme à coup de clous, à des visages, ou formes humaines. “Cassées, coupées, arrachées, les palettes se transforment en un amas de morceaux de bois de toutes tailles, prêtes à être assemblées dans un nouvel ordre pour devenir matière”, explique Antonin Heck de son travail, de ces palettes qu’il trouve dans la rue, la transformation de la “matière noble” meuble admirablement le hall moderne de la nouvelle mairie.

Un ans après le début des dimanches de la canebière Sabine Bernasconi rappelle le “glorieux passé” de cette avenue et milite pour une revitalisation du Centre Ville, la recrudescence d’associations et d’événements culturels témoigne du chemin parcouru des Dimanches de la Canebière.  

Théo Potié (IEJ 2) et Bastien Audibert (IEJ 3)
Mademoiselle Maurice habille la Canebière

Mademoiselle Maurice habille la Canebière

La street artist Mademoiselle Maurice en résidence au Couvent Levat dans le 3e arrondissement de Marseille réalise une fresque éphémère sur la façade de l’ancienne mairie des 1&7 au bout de la Canebière. L’œuvre sera visible jusqu’à la destruction du bâtiment.

C’est une œuvre monumentale que s’apprête à accueillir la Canebière. Mademoiselle Maurice, street artist parisienne connue à l’internationale revient une nouvelle fois à Marseille, où elle garde toujours un pied, entre peintures et participation à des expositions.©Sophie Pironnet

Actuellement en résidence au Couvent Levat de l’atelier Juxtapoz, elle a été désignée pour recouvrir l’immense façade de l’ancienne mairie des 1er et 7ème arrondissements au Square Léon Blum. Ce n’est pas une première en la matière pour Mademoiselle Maurice qui a déjà réalisé plusieurs fresques du genre dont une, « Maurigami », sur la mairie du 13e arrondissement de Paris en juin 2016. Pour les 15 mètres de haut par 5 mètres de large du 123 la Canebière, l’artiste reste dans ses codes : de joyeuses couleurs arc-en-ciel et des origamis – cette fois-ci en métal naturel poli pour pouvoir réfléchir le soleil

Les œuvres de Mademoiselle Maurice se veulent positives, inspirant le bonheur dans un univers ©Sophie Pironnet©Sophie Pironneturbain. L’artiste place également le recyclage au cœur de ses techniques artistiques, en réutilisant du papier par exemple. « Légère en apparence, l’œuvre de Mademoiselle Maurice interroge et soulève bien des questions quant à la nature humaine et les interactions que l’homme et son environnement entretiennent », lit-on sur son site Internet.

Cette initiative est fortement encouragée par la maire de secteur Sabine Bernasconi, qui a suivi le projet de près, et qui place les acteurs culturels des quartiers adjacents au cœur de la redynamisation du centre-ville et de la Canebière.

La fresque prend forme du 24 au 28 avril sous les yeux des curieux. Elle sera inaugurée le 28 au soir avant d’être l’une des stars des 12èmes Dimanches de la Canebière le 29. L’œuvre restera jusqu’à la destruction de l’immeuble, qui n’a pas encore de date prévue, après son désamiantage.

Sophie Pironnet (IEJ)
Retrouver Mademoiselle Maurice sur Instagram, clic
Canebière #12, le marché se met au vert

Canebière #12, le marché se met au vert

Banière Foire aux plantes_canebière_1920x1080pxPour fêter le printemps, Marseille Centre, la Fédération des commerces du centre-ville, a décidé d’inviter des producteurs de plantes et des artisans de la région durant son marché du 12ème dimanche de la Canebière le 29 avril de 11h à 18h.
Entre le cours Saint-Louis et la place du Général de Gaulle, les fleuristes et les producteurs de plantes sont invités à exposer leurs plus belles pièces. Entre les figuiers, les cactus, les bonsaïs ou les plantes médicinales, le public aura un large choix.
©Laure Mélone pour Marseille CentrePour ceux à qui cette balade a creusé le ventre, des artisans de bouche seront également présents. Ils proposeront des plats à base de produits bio locaux. C’est le moment de (re)découvrir des produits du terroir ! Vous pourriez déguster le café de Luciani, le célèbre torréfacteur marseillais, la street food à base de légumes bio de Terre de Mars ou bien la pizza au feu de bois aux fleurs comestibles de Bigoud.
« Avec ses différents stands, nous cherchons à mettre en avant les agriculteurs et les producteurs de la région », confie Vassiliki Andreadou, chargée de projets événementiels pour Marseille Centre, la Fédération commerces du centre-ville. « Par notre participation au dimanche de la canebière, nous travaillons à redynamiser le centre-ville qui était abandonné », conclue-t-elle.
Des ateliers d’éducation à l’environnement sont prévus. Ils auront pour but d’initier petit et grand à la sauvegarde des abeilles, avec la participation de l’association Bzzz et leur Bzzz mobile. Eric Tourneret expose déjà depuis début avril ses photos « Les Routes du Miel » sur les grilles du Palais de la Bourse pour sensibiliser les passants à l’importance des pollinisatrices sans lesquelles plus de fruits. Ces ateliers seront mis en place l’après-midi.

Lorenzo Ciampi (IEJ2)