Archives de
Catégorie : Patrimoine

Patrimoine

Le cinéma « Les Variétés » fait peau neuve !

Le cinéma « Les Variétés » fait peau neuve !

J-J SurianBâtiment emblématique du centre ville marseillais, le cinéma Les Variétés est actuellement en travaux.  Il devrait ré-ouvrir le 5 juin. A deux pas de la Canebière, dans la rue Vincent Scotto qui chanta sa « Canebière jusqu’au bout de la terre », ce chantier reste discret à côté du Building de Fernand Pouillon et de la caserne des pompiers. Ces travaux montrent  la volonté d’embellir et de rénover la Canebière chères à Sabine Bernasconi la maire (LR) du premier et septième arrondissement.

Changer pour mieux exister

La nouvelle façade se veut resplendissante . L’objectif est pour les architectes de montrer au public à travers la façade, que le cinéma reste ce qu’ils ont toujours connu : un cinéma basé sur l’art et la création Française.

Mais il n’y pas que la façade qui change. Les salles de cinéma sont réorganisées et à l’accueil il y est aménagé en espace de Coworking. Vous pourrez donc louer une salle pour une réunion avec votre entreprise, puis au même endroit aller au cinéma. Un bar est également créé dans le but de montrer une démarcation avec les lieux de projection.  Les salles, elles passent de 5 à 7, cependant le nombres de places sera diminué. Le but étant de faire des sièges plus confortables et espacés, de 693 à 630 fauteuils en tout. La décoration change aussi totalement, avec une ambiance chaleureuse et personnalisée.

De plus ce lieu tend à être un sanctuaire de la technologie : des tests de réalité virtuelle sont prévus, des ateliers d’études techniques du cinéma, des retransmissions de conférences et de concerts… L’objectif est de faire un cinéma nouveau visuellement mais avec une identité culturelle qui reste la même : rappeler au public que ce cinéma est issu d’un théâtre, lui-même héritier du premier café-concert de Marseille créé en 1856 ! Le bâtiment, devenu « Les folies marseillaises » puis le théâtre des Variétés a été réaménagé en cinéma en 1958.

Cette année, les cinémas sont à l’honneur à Marseille.

 Cette rénovation est soumise à la nombreuse offre des cinémas à Marseille. C’est sans doute pour ne pas se laisser abattre par la concurrence que le cinéma d’auteur change d’apparence. La récente ouverture du cinéma EuropaCorp, en plein centre de la joliette en est la raison principale : Il s’agit d’un cinéma interactif, avec des sièges mobiles, pour que chaque sensation devienne plus réelle. Mais les tarifs sont nettement plus élevés. Ce cinéma là, comme celui des Variétés visent chacun un public différent. Le cinéma César Palace appartenant au même propriétaire que Les variétés peut dire merci à son patron. Fermé en 2016 pour redressement judiciaire son chiffre d’affaire est aujourd’hui au beau fixe. Cette redynamisation montre l’intérêt que peut avoir le peuple Marseillais pour le 7ème art.

« Rénover un tel bâtiment en plein centre ville, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît » déclare Jean Mizrahi, le nouveau propriétaire du cinéma. Les principaux problèmes rencontrés relèvent de l’amiante présente dans les murs et les nouvelles normes de sécurités. Cela a quasiment doublé le prix du budget initialement prévu à 1,3 million d’euros à 2,3 millions d’euros. Malgré un retard de près de 6 mois sur le projet (une ouverture était initialement prévue en janvier 2019) le cinéma d’auteur, si cher au patrimoine Marseillais, doit ouvrir ses portes le 5 juin 2019.

Un nouveau concurrent devrait faire son apparition début 2021 dans le haut de la Canebière avec un an et demi de retard. Le cinéma Artplexe devrait être inauguré début 2021 en raison de problèmes techniques dus au désamiantage et à la consolidation du parking souterrain, selon Jean-Jacques Léonard, Directeur Général d’Artplexe. Cinéma art et essai, brasserie et café, conçu par Jean-Michel Wilmotte, ce complexe culturel est en cours de travaux en lieu et place de l’ancienne mairie de secteur. Cette dernière a déménagé au centre de la Canebière avec un grand hall d’exposition en face de l’hôtel quatre étoiles des Feuillants qui devrait redonner du lustre à cette voie mythique.

Guillaume Richaud (IEJ2)

A lire aussi: l’Europacorp

 La transformation de la Joliette en 16 photos

 La transformation de la Joliette en 16 photos

D’un quartier laissé à l’abandon en marge du Port Autonome de Marseille (PAM) au nouveau centre économique de Marseille autour du Grand Port Maritime Marseille Fos (GPMM) selon sa nouvelle appellation, il n’y a qu’un pas que la Joliette a franchi en 20 ans. Depuis le lancement du projet Euroméditerranée en 1994 sous l’impulsion de Robert Vigouroux maire (PS) de l’époque, cette ancienne zone portuaire de Marseille a fait peau neuve. Autour du premier port français s’est installé le plus gros chantier de requalification urbain d’Europe. Un investissement de plus de 7 milliards d’Euros pour en faire un quartier d’affaires et d’habitation encore en cours de réalisation.

« Euromed » bénéficie de l’aide de l’Europe, de l’Etat, de la Région, du Département de la Métropole de la Ville de Marseille et de fonds privés. Les réalisations les plus visibles sont la construction du centre commercial Les Terrasses du Port comme un grand paquebot avançant sur la mer, la rénovation des Docks en bureaux et en boutiques et la réhabilitation de la rue de la République qui lie ce nouveau quartier au Vieux-Port et à la Canebière. La silhouette de la ville a aussi changé avec l’apparition quai d’Arenc de la tour CMA-CGM de Zaha Hadid, de la tour La Marseillaise de Jean Nouvel.

Cette partie de la ville recomposée se veut un aussi centre muséal avec le MuCEM, musée National conçu par Rudi Ricciotti, la Villa Méditerranée en porte à faux réalisée par Stefano Boeri et le musée Regards de Provence sur le site de l’ancienne station sanitaire restructurée. Le spectacle n’est pas en reste avec la conversion des silos en salle de concerts, la création du cinéma EuropaCorp le plus moderne d’Europe et du nouveau Théâtre de Joliette-Minotterie.

Ce nouveau quartier doit être complétée par l’écocité  « smartseille » sur près de 3 hectares lancé en 2015 qui doit préfigurer la ville du futur et se poursuivre par une nouvelle corniche promenade, au nord, vers l’Estaque.

La nouvelle dynamique impulsée à des quartiers jusque-là déshérence au nord de Marseille a bouleversé l’équilibre de la ville en 20 ans. Elle oblige par ailleurs le centre-ville historique à se repenser autour de la Canebière pour éviter la désertification de ses commerces et de son habitat désuet avec un plan d’action lancé en 2018 par le maire (LR) Jean-Claude Gaudin, dénommé « Ambition Centre-Ville » toujours en cours.

Voici une galerie de 16 photos qui retracent les changements qu’a subi la Joliette.

Texte et photos Lorenzo Ciampi (IEJ3)

La place de la Joliette est le premier lieu visible quand on sort du métro. Il sert de point de départ pour une balade dans le quartier de La Joliette. A partir d’ici, les passants peuvent se rendre à la cathédrale La Major, les Terrasses du Port, Les Docks ou monter la rue de la République.

 

Canebière histoire: le Palais de la Bourse

Canebière histoire: le Palais de la Bourse

 

palais-de-la-bourse-marseille-03Le palais de la bourse, ancré au début de la Canebière à proximité du Vieux-Port, est une bâtisse fondamentale du décor Marseillais. Ce bâtiment a été construit au XIXème pour abriter la doyenne mondiale des chambres consulaire créé en 1599. Dans le même temps le Vieux-Port devenu trop étroit dans la deuxième moitié du XIX était doublé de nouveaux bassins à La Joliette, au nord.

Retour en images sur sa construction et ce qui fait de ce lieu un atout indispensable à l’architecture du centre-ville.

Visionner la vidéo réalisée par Guillaume Richaud, étudiant en journalisme (IEJ2)

Canebière-Castellane par le cours Lieutaud nouveau (2021)

Canebière-Castellane par le cours Lieutaud nouveau (2021)

 

Les travaux de requalification du cours Lieutaud reliant le boulevard Baille près de Castellane à la Canebière, passant du 6ème arrondissement au 1er sont lancés depuis début 2019 pour deux ans. Il s’agit d’une « reconquête de l’espace public » que les véhicules à quatre et à deux roues avaient envahi dans la deuxième moitié du 20ème siècle.

Le but est de redonner au Cours « des espaces piétons plus confortables tout en assurant un écoulement satisfaisant de la circulation » selon le projet remis à la presse sur place par la Métropole Aix-Provence qui a lancé cette étude dès 2016.

Après des premiers chantiers de préparation en janvier et février 2019 concernant les réseaux enterrés les travaux proprement dits entre le Bd Baille et la rue Dieudé ont débuté en avril avec livraison prévue au printemps 2020. Suivra la deuxième phase jusqu’à la Canebière pour « transformer le cours en une avenue plantée d’arbres » comme il l’était jusque dans les années 1950 avec livraison prévue début 2021.

Cette requalification dans le cadre d’une réhabilitation générale « pour un Centre-Ville apaisé » avec priorité aux piétons a été rendue possible par l’ouverture de la L2 permettant de joindre les autoroutes A50 et A7. Le cours Lieutaud a ainsi été délesté de près d’un cinquième de son trafic avec une évacuation Boulevard d’Athènes de l’autre côté de la Canebière par le tunnel passant sous la gare Saint Charles pour rejoindre l’A7.

Emmanuel Dujardin qui dirige l’agence d’architecture et d’urbanisme Tangram en charge de la maîtrise d’œuvre précise qu’il est « du devoir de l’urbaniste de redonner aux gens le plaisir d’une promenade en ville ». Il n’était cependant pas en capacité de préciser si les vitrines criardes des magasins de deux roues seraient également concernées par cette réhabilitation.

Le projet prévoit de réduire le nombre de voies de circulation de 80% d’espace dédié à la voiture à 40%, d’élargir les trottoirs pour des cheminements piétons confortables, de planter un alignement d’arbres de chaque côté, de répartir le stationnement en supprimant la moitié des emplacements dédiés, d’aménager, des emplacements pour les deux roues et une piste cyclable. Enfin il s’agira de mettre en valeur le patrimoine bâti qui bénéficie jusqu’à la fin de l’année d’une aide du département et de la ville pour le ravalement, a rappelé Laure de Buzon du cabinet Tangram Architectes.

Selon le projet de la Métropole Maître d’ouvrage, les voies devraient être élargies aux carrefours pour fluidifier la circulation et les espaces laissés devant les magasins de cycles pour présenter leurs deux roues pourront être éventuellement transformés à l’avenir en terrasses de cafés.

Images de présentation du projet en cours par le groupement Tangram remises à la presse par la Métropole à l’issue de la visite du chantier.

Pour mémoire, revoir la synthèse des projets de l’AGAM de 2009 (Agence d’Urbanisme de l’Agglomération Marseillaise) diffusée sur ce site en septembre 2016: clic

Sourires dans la poussière cours Jean Ballard

Sourires dans la poussière cours Jean Ballard

©zalLa requalification du centre-ville de Marseille lancé par la Métropole Aix-Marseille-Provence a officiellement commencé. Le cours Jean Ballard, situé à deux pas du Vieux-Port fait partie des premiers chantiers de requalification d’envergure après la rénovation de la rue Paradis fin 2018. Le projet qui vise entre autre à piétonniser le secteur, fait le bonheur des promeneurs et des commerces en dépit de la poussière des chantiers.

« C’est génial ! Franchement c’est une belle initiative de réduire progressivement le ©Fabio Piazzapassage des voitures. » se réjouis Anna Poutet, étudiante et amoureuse du cours Jean Ballard et de ses nombreux bars. Ce projet de rénovation qui a débuté en début de mois de mars accentue ses travaux sur l’aménagement du centre-ville. Changement des vieux pavés du cours d’Estienne d’Orves piéton depuis les années 90, aménagement des accès du cours Jean-Ballard, création de pistes cyclables et nouveaux tarifs des parkings sous-terrain, afin de limiter au maximum le flux important de voitures.
Les transports en commun sont aussi repensés pour y faciliter l’accès des bus. Nouvelle desserte qui se veut plus performante devant le Centre Bourse, de l’autre côté de la Canebière pour la gare de bus Bir Hakeim / Fabres et installation d’un terminal bus cours Jean Ballard. Les lignes 97, 89, 70, 49, 32 et 31, préserveront leurs terminus devant le Centre Bourse. Les bus 80, 61, 57, 41, basculeront quant à eux sur le cours Jean Ballard. La ligne 41 qui traversait La Canebière, poursuivra depuis la rue Paradis, sur le cours Puget, puis empruntera la rue du Fort Notre-Dame ainsi que le quai de Rive-Neuve avant de rejoindre son terminus sur le cours Jean Ballard. Depuis son terminus de Bir Hakeim, le bus 49 cheminera par les rues Avierinos, de la République, ©Fabio PiazzaGrand Rue et Bonneterie pour rejoindre le quai du Port avant de retrouver son itinéraire habituel. Dans le sens retour, le bus empruntera l’avenue Saint-Jean, les rues Caisserie, Bonneterie et Coutellerie pour rejoindre la rue Avierinos et son terminus de Bir Hakeim. La ligne 81 n’empruntera plus La Canebière ni la rue Breteuil, elle passera désormais par le cours Lieutaud, le boulevard Louis Salvador et le cours Pierre Puget. Pour finir, la ligne 83 verra son terminus déplacé au niveau du Mucem.

Un projet qui veux redynamiser le secteur

« C’est une bonne chose pour tous les bars, il y aura plus de passage ça va attirer plus©Fabio Piazza de client. Et moins de pollution. » souligne Habib barman du Marengo. Bien qu’axé sur la piétonisation du secteur, le programme prévois tout de même de créer 440 places pour les résidents en voiture et 280 places pour les deux roues dans les parkings souterrains du centre-ville. Le dessin prévoit quelques 22 hectares de surfaces piétonnes, qui se concentreront notamment sur le bas de la Canebière ainsi que dans les rues de l’Opéra. Le cours Ballard deviendra une « zone de rencontre » entre voitures et promeneurs et la vitesse sera probablement abaissée à 20 ou 30 km/h. La requalification, qui penche aussi a végétaliser de nombreux sites, projette également la plantation de plusieurs centaines d’arbres (entre 300 et 500). Un projet dynamique qui veux rendre plus attractif le centre et qui veux offrir à Marseille « un centre-ville de ce nom.», comme l’a rappelé Martine Vassal, présidente de la métropole et du département des Bouches-du-Rhône.

Fabio Piazza (IEJ2)

En savoir plus sur la requalification du centre ville de Marseille: clic

Une histoire de Marseille en 90 lieux

Une histoire de Marseille en 90 lieux

histoire de marseille_1Jules Verne nous a fait faire le tour du monde en 80 jours et passer cinq semaines en ballon: il s’est trompé de quelques minutes sur le voyage de la terre à la lune;  il nous a fait voyager avec Michel Strogoff jusque dans le transsibérien qu’il n’avait pas pris. Judith Aziza nous propose une autre aventure sans quitter Marseille: découvrir ou redécouvrir cette ville qui déchaîne les passions. Elle propose une “Histoire de Marseille en 90 lieux du 16ème au 20ème siècle”.

Historienne elle a retrouvé des documents d’archive qu’elle replace dans leur contexte avec force illustrations. Une page de texte une page de photos anciennes et actuelles.  Judith Aziza divise son ouvrage en trois parties avec une présentation historique de chaque période: du 16ème au 18ème et l’extension de la ville, la mutation du port au 19ème avec une présentation de la Canebière puis des infrastructures et monuments du 20ème.  Elle fait partager sa passion depuis plusieurs années déjà sur Facebook sur un groupe public créé en 2016 “une histoire de Marseille” avec annonce de ses conférences.

 

histoire de marseille_2Un ouvrage intéressant, facile à lire et à consulter pour suivre une histoire qui se dessine au fil des 223 pages de ce livre.

Editions Gaussen, 23€.

 

 

Requalification du Centre-Ville

Requalification du Centre-Ville

Le centre-ville de Marseille autour de la Canebière devrait retrouver d’ici 2020 son lustre et sa vitalité d’antan et être requalifié en zone de vie avec cafés, brasseries, espaces coworking, rues piétonnes et laboratoires d’idées. Aucune date n’avait été avancée au début de ce projet par Sabine Bernasconi, la maire (LR) du secteur également vice présidente du Conseil Départemental. Son premier pari, dès 2016, était d’intéresser les associations culturelles au développement de l’attractivité de la Canebière et d’y associer les habitants avec les manifestations mensuelles des dimanches de la Canebière qu’elle a lancées en janvier 2017. Ensuite elle a réussi à entraîner dans son sillage les autres élus de la ville et du département, ceux qui y croyaient et ceux qui n’y croyaient pas. Aidée par la présidente (LR) du conseil départemental des Bouches-du-Rhône et présidente de la Métropole Aix-Marseille Martine Vassal, elle est en passe de réussir son pari. Après la réhabilitation de la rue Saint-Ferréol, du Vieux-Port, de la rue Paradis  et de la place du marché des Capucins, et en attendant la nouvelle place Jean-Jaurès dite La Plaine (dont les travaux commencés par la ville entre trois secteurs municipaux font encore débat), le drame de la rue d’Aubagne où 8 habitants ont perdu la vie le 5 novembre 2018 sous les décombres de leurs immeubles vétustes avait suspendu les annonces d’embellissement du centre-ville. Trois mois après ce drame encore dans tous les esprits, des poursuites judiciaires sont lancées à la recherche des responsablités. Le temps a repris son cours.

Lancement officiel le 7 mars des grands travaux de requalification du centre-ville avec piétonnisation partielle de la Canebière orchestré par Martine Vassal et Sabine Bernasconi.

Revue de presse:

Destimed.fr:  >

Métropole Aix-Marseille Provence : Martine Vassal lance les travaux de requalification du centre-ville de Marseille
vendredi 8 mars 2019
Après avoir financé la requalification des centres-villes d’Aix-en-Provence, Salon-de-Provence, La Ciotat, Gignac-la-Nerthe, Cassis, Ceyreste, la Métropole Aix-Marseille-Provence intervient dans le centre-ville de Marseille. Martine Vassal, présidente de la Métropole et du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, a lancé les travaux de requalification ce jeudi 7 mars, entourée de Sabine Bernasconi, maire du secteur et Laure-Agnès Caradec, conseillère de la Métropole, vice-présidente du Territoire Marseille Provence, par une visite de chantier notamment dans le 1er arrondissement : Cours d’Estienne d’Orves, Cours Jean Ballard, rue Francis Davso, rue Bir Hakeim…
Lire la suite de l’article de Michel Caire sur destimed.fr, clic

 

Lire aussi la présentation de cet événement par le site MadeinMarseille, clic

Top départ de la requalification et la piétonnisation du centre-ville de Marseille

A lire encore la présentation officielle par le site de la Métropole Aix-Marseille, clic

 

D2K#17 annulé

D2K#17 annulé

Les animations initialement prévues sur la Canebière le dimanche 25 novembre, qui devait être la dernière édition de l’année des dimanche de la Canebière n’auront pas lieu par respect pour les victimes de la tragédie de la rue d’Aubagne dont les immeuble se sont effondrés le 5 novembre faisant 8 morts, selon un technicien de la mairie de secteur en charge de son organisation.  Aucune communication officielle n’a encore été faite de cette annulation. La troisième saison des dimanche de la Canebière, D2K#17, devrait reprendre le dernier dimanche de février 2019.

« Je n’ai pas encore fait de communication officielle mais évidemment que c’est annulé », a confié à La Marseillaise Sabine Bernasconi, maire (LR) du premier secteur (1er et 7ème arrts) à l’initiative de ce projet lancé en janvier 2017 pour redymaniser le centre-ville. « J’ai simplement averti les acteurs culturels et parties prenantes de l’organisation », a précisé l’élue citée par La Marseillaise.

Selon un décompte publié vendredi 16 novembre par la mairie centrale de Marseille 83 immeubles présentant des dangers imminents dans le centre-ville ont été évacués dont 46 depuis le 5 novembre et 37 autres depuis le 7 novembre. Cela représente au total 834 personnes devant être relogées dans l’urgence dont 438 du périmètre de la rue d’Aubagne et 396 hors rue d’Aubagne.

La maison des associations qui recevait les dons des particuliers au 93 La Canebière pour venir en aide aux sinistrés a par ailleurs du être fermée jeudi 15 novembre en raison d’un arrêté de péril touchant un immeuble mitoyen donnant sur l’immeuble du 20 de la rue Dugomier dont l’escalier servait d’issue de secours selon FR3 Marseille.

 

 

 

Canebiere#15: balades dans le patrimoine

Canebiere#15: balades dans le patrimoine

A l’occasion de la quinzième édition des dimanches de la Canebière, différentes balades urbaines sont organisées dans Marseille. Différentes thématiques, différents parcours, en famille, il y en a pour tous les publics. A l’image du travail du Bureau des Guides, plusieurs balades sont aussi proposées par des artistes afin de faire découvrir Marseille sous toutes ses formes.
Le bureau des Guides est un collectif d’artistes formé en 2013 à l’occasion de Marseille Capitale Européenne de la Culture. Leur local est situé au 152, La Canebière. Ils ont également créé le parcours GR2013 de 365km qui s’étend du cœur de Marseille aux alentours. Tout au long de l’année, les artistes proposent des expositions à l’intérieur de leur local situé en face du kiosque à musique de l’artère marseillaise mais aussi des promenades guidées pour permettre « d’observer, apprendre, percevoir, raconter et mieux habiter » selon le site tourisme-marseille.com. Ce collectif associé à la cité phocéenne et est désormais un membre très actif des Dimanches de la Canebière.
Pour cette quinzième édition des festivités sur La Canebière, la mairie du 1&7 a choisi de mettre à l’honneur le patrimoine. Les balades urbaines sont donc en totale adéquation avec cette thématique. La mairie assure que « patrimoine architectural et patrimoine immatériel se conjugueront » offrant aux Marseillais différentes expositions réparties dans le secteur, autant directement à la mairie du 1&7 qu’à l’extérieur, comme au Palais de la Bourse par exemple.
Toute La Canebière sera piétonnisée, une bonne occasion pour déambuler et (re)découvrir Marseille.

Au départ du numéro 152 de la Canebière, le G.L.A.P organise un parcours « du gymnase à Longchamp ». Guidée par Olivier Mouren urbaniste et historien, elle suit la trame bleue, une source d’eau des Alpes qui a permit l’urbanisation du quartier Chapitre et Longchamp à l’époque de Louis XIV. A l’aide de personnages costumés, le parcours évoque la vie des Marseillais « avant l’eau ».
11h-12h30, prix libre
Inscription : 06.30.21.08.07

Le Bureau des guides organise la balade qui incite à « suivre Walter Benjamin », le départ se fait aussi au numéro 152 de l’artère marseillaise. Cette balade est mise en place par Christine Breton et l’association des habitants des Labourdette, l’endroit de la fin du parcours. Suivez les habitants en passant par les anciens Café Riche, l’Hôtel du Commerce et des négociants.
10h-12h, gratuit
Inscription:http://hoteldunord.coop/balades/suivre-walter-benjamin/

Toujours avec le Bureau des Guides, le parcours « Que de la bouche » permettra, grâce à des performances d’équilibristes, de découvrir la réaction des gens du « Nord » au moment où ils découvrent les Marseillais.
14h-16h30, gratuit
Inscription : https://www.helloasso.com/associations/bureau-des-guides-du-gr2013/evenements/que-de-la-bouche

Migrantour choisi de faire visiter les quartiers populaires du centre-ville sur les traces de migrants. Raconté par des guides mais aussi par les commerçants et et les habitants.
Nicole Nérieux, ancienne professeure d’histoire, et l’association AVF invite à la « découverte des personnes célèbres ou méconnus de la Canebière »
Au départ du 152, la Canebière de 14h20 à 17h
4e /pers. Réservation : dimanches.canebiere@avf-marseille.com

L’office du tourisme invite à l’exploration de la Canebière avec un guide conférencier qui racontera le quartier à l’époque du XIXe siècle jusqu’aux différentes transformations d’aujourd’hui.
Départ de l’office du tourisme, 11 la Canebière
10h30-12-30
10e (gratuit pour les – de 12 ans)
Inscription : 08.26.50.05.00 ou www.résamarseille.com

Tabasco Vidéo propose « Big Bang Bourse », une balade interactive qui fait voyager dans le temps.
Grâce à une application sur smartphone, découvrez d’une nouvelle manière le quartier de la Bourse.
Départ devant l’Office du tourisme, 11 La Canebière
11h-17h
Smartphone avec 4G et casque audio demandé.

Ancrages vous racontera l’histoire d’immigrés qui ont participé à l’enrichissement du patrimoine français. Le parcours permet de découvrir les différents cabaret orientaux. La visite se termine dans les jardins de l’hôtel Le Ryad, lieu de l’exposition « Présences arabo-orientales ».
Départ : Porte d’Aix, place Jules-Guesde
11h-13h
10e/pers, 5e en tarif réduit
Inscription : mediation@ancrages.org

L’oastau de pais propose une balade bilingue : français et provencal en passant par la Canebière, Belsunce et Chapitre. Le but est de proposer aux Marseillais de renouer avec la langue provençale.
Départ 41, La Canebière
De à 11h-18h, départ à 11h30, 14h30 et 16h
Entre 3e et 6e/pers
Inscription : ostaumarselhes@gmail.com

Lorine Sarkissian (IEJ2)