Archives de
Catégorie : Scribouillages

Scribouillages

Château d’If: l’Amour… de la Liberté

Château d’If: l’Amour… de la Liberté

un amour de graffitis

Trois artistes de Street art y exposaient leurs œuvres dans le cadre du projet culturel “MP2018, Quel Amour !”.

Des navettes maritimes entre le Vieux-Port et les Îles du Frioul permettaient l’accès au château. Depuis le 22 Mai, la prison d’Edmond Dantes avait repris des airs de jeunesse, portant sur ces murs des graffitis en tout genres …

Si vous avez raté cette exposition, séance de rattrapage conçue par Loane Philippe (IEJ2)  clic

 

 

Le feu sur la Canebière

Le feu sur la Canebière

En commémoration de l’incendie des Nouvelles Galeries qui avait fait 73 morts sur la Canebière le 28 octobre 1938 les Marins Pompiers ont procédé à un exercice en mémoire des victimes dans le cadre de la 16ème édition des Dimanches de la Canebière. Créé en 1939 pour remplacer les sapeurs municipaux qui avait été jugés défaillants le bataillon des Marins Pompiers a mis le feu sur la Canebière.
Ce fut une journée intense pour les marins qui veillent sur la sécurité de la ville et du port. Deux stands : un camion rouge pour les renseignements ainsi qu’un lieu « amicale des anciens marins-pompiers » où de nombreux pompiers étaient présents. Ces derniers ont invité les marseillais à découvrir une exposition sur l’incendie des nouvelles galeries en 1938.

A 13h30, l’exposition est devenue « réelle » par une reconstitution historique de l’incendie de 1938. Malgré la pluie, les marseillais ont pu comprendre la difficulté du métier. Pour continuer l’après-midi dans une bonne ambiance, des activités ludiques pour les enfants ont été mise en place. Les marins-pompiers ont volontairement répondu et aidé les plus jeunes. Une journée très enrichissante pour les citoyens.

Loane Philippe (IEJ2)

 

Retour en images.

Des producteurs agricoles sur la Canebière

Des producteurs agricoles sur la Canebière

Pour sa 16ème édition les Dimanches de la Canebière les organisateurs ont à nouveau fait la part belle aux artisans et producteurs de toutes régions sous l’appellation « saveurs d’automne » entre le cours Saint Louis et la place du Général De Gaulle.

Au total 20 stands alliant spécialités provençales, fruits et légumes de saison, plantes aromatiques, fromages, et vin. Même un stand de crêpes était au rendez-vous. C’était la deuxième fois qu’Olivier Mazet participait à l’évènement et il compte bien revenir lors d’une prochaine édition des Dimanches de la Canebière.

Focus sur Olivier Mazet  Résident de Carro près de Martigues (Bouches-du-Rhône), il présente ses épices estampillées  « Nature et Progrès » cultivées dans le sud-est de Madagascar. Son entreprise « Epices Village » propose des épices, du miel, du rhum, des confitures et des sirops aux épices, du thé ou encore des mélanges d’aromates. « Notre exploitation emploie durablement 25 familles malgaches. » affirme Olivier. « Les hommes sont aux champs et les femmes s’occupent de la vannerie qui nous sert d’emballage. Elles réalisent tout à la main. » explique le producteur. Les épices sont ensuite stérilisées à la conserverie de Carro.

Texte et photos Loane Philippe (IEJ2)

Ecologie: la mairie s’amuse!

Ecologie: la mairie s’amuse!

Sensibiliser les enfants à l’écologie est le nouveau projet de la mairie du premier secteur de Marseille (1er et 7ème arrondissements). Pour prolonger le mois de l’écologie et le cendrier écologique, il s’agit, cette-fois-ci, d’une exposition de jouets en bois recyclé. L’évènement se déroule dans la salle d’exposition de la mairie du 1/7, 61 Canebière.
écologie positive« Des animateurs sont présents pour aider les enfants à comprendre les jeux. » explique Mme. Céru, chargée de mission à la mairie. Le but de cette activité : présenter des distractions ludiques et éducatives tournées vers le développement durable. D’ailleurs, « les jouets viennent de la direction d’éducation de la jeunesse. Ils sont utilisés pour les enfants, dans les écoles et les centres aérés. » précise la chargée de communication.
Plusieurs acteurs ont également adhéré au projet, notamment le service de la ville et le service de la jeunesse. Mme Céru a affirmé : « nous avons sauté sur l’occasion, cela nous a permis de poursuivre le projet écologique que nous menions déjà avec le mois de l’écologie. »
L’exposition a ouvert ses portes samedi et devrait se prolonger jusqu’à la mi-Novembre. Elle sera également ouverte lors de la 16ème édition des « Dimanches de la Canebière », ce 28 octobre.

Texte et galerie de photos Loane Philippe (IEJ2)

 

 

D2K#16 : nouveautés d’automne

D2K#16 : nouveautés d’automne

d2k-octobre2018-1

Marseille fera le plein d’activités le 28 octobre avec la 16ème édition des dimanches de la Canebière (D2K#16) en centre-ville à partir de 11h et beaucoup d’autres manifestations -avant et après- du côté du stade Vélodrome. Cette 16ème édition attendue avec de nouvelles attractions conduites notamment par Générik Vapeur et les Marins Pompiers s’annonce riche en nouvelles activités, colloques, conférences, jeux, balades et déambulations.

Avec une heure de plus de sommeil due au passage en heure d’hiver, sur les trottoirs et dans la rue sécurisée et piétonnisée, les passants, les curieux et les intrigués, les promeneurs venus en famille, trouveront un marché paysan des artisans de bouche de Marseille Centre et des aires de pique-nique, des disquaires et bouquinistes, des danseurs, des ballets, de la musique classique, du tango, de la philo, des expos, des balades culturelles dans le Marseille d’antan, ainsi que des jeux pour petits et grands pour finir avec du jazz et du rap.

Les premiers arrivés des 20.000 coureurs du 40ème Marseille-Cassis marché Canebière 16ème éditionpartis dès 9 heures du Boulevard Michelet auront le temps de revenir sur Marseille en début d’après-midi en bas de la Canebière pour se restaurer aux étals des maraîchers et artisans comme l’an dernier. Autres festivités : Oktoberfest, 3ème fête de la bière au parc Chanot (du 25 octobre au 3 novembre), à partir de 18h30 au rond-point du Prado, suivi du match Marseille-PSG non loin à l’Orange Vélodrome à 21h.

Sans être concurrentielle, la 16ème édition des dimanches propose une cinquantaine d’activités éclectiques de 11h à 18h sous une météo clémente bien que capricieuse. 14° à 16°, partiellement nuageux avec de nombreuses éclaircies, selon les prévisions météo à 10 jours.

générik vapeurA ne pas manquer de 14h à 15h sur la Canebière du croisement Belsunce/saint-Louis/Canebière le gigantesque appareil photo de Générik Vapeur avec ses cadreurs pour des photos de groupe ou des portraits en passant devant l’ancien atelier de Nadar au 77 Canebière qui avait échappé de justesse à l’incendie des Nouvelles Galeries en 1938 mais dont le toit s’est effondré en juin 2014 détruisant l’atelier dans des circonstances non encore élucidées au grand désespoir des amateurs  de photographie.

Le temps devrait être beau et automnal pour un programme fantastique avec Générik vapeur en ouverture et pour le plaisir des grands et des petits : un peu de soleil pour de la profondeur de champ et ce qu’il faut de nuages pour donner du relief au ciel. Arrivée prévue de l’équipage vers 15 heures square Léon Blum en haut de la Canebière. C’est non loin de là qu’eut lieu la première représentation cinématographique des frères Lumière en 1896. Un début d’aventure célébré dans sa camionnette vidéo par l’association Cinéma/théâtre “Marseille Tours Détours” de 11h à 17h.

marins pompiers80 ans après l‘incendie des nouvelles galeries qui avait fait 73 morts le 28 octobre 1938 sur la Canebière, le corps des sapeurs-pompiers de Marseille avaient été dissous et remplacé par des militaires pour assurer la sécurité civile de la ville. Le bataillon des marins pompiers de Marseille a été créé en 1939 à la suite de ce drame. Il fera dimanche une reconstitution des premières minutes de cet incendie à 13h30 devant le centre incendie et de secours placé rue Vincent Scotto à proximité de l’immeuble incendié. Il jouxte le « building Canebière » construit dans les années 50 par l’architecte Fernand Pouillon sur les ruines des Nouvelles Galeries.

De 14h30 à 16h les amateurs de musique pop pourront applaudir le groupe Sisters&Brother 100% marseillais rue Saint-Ferréol prolongée. Deux sœurs et leur frère qui se donnent à fond sur scène. Ne pas oublier aussi la Compagnie des rêves urbains avec leur programme “la ville en jeux” pour développer ses connaissances en architecture et urbanisme square Léon Blum de 11h à 17h. Nous aurons à cette occasion une pensée pour Marcel Roncayolo, grand géographe et sociologue qui vient de disparaître. Il se félicitait de ce que la Canebière ne soit plus une frontière entre le nord et le sud de sa ville.

Pour inspirer les amateurs, la mairie de secteur propose un exemple de parcours “découverte” de cette édition d’octobre:
12h00- Jeux sur l’écologie positive- Mairie de Secteur
12h15- Exposition D’Hugues Charrier- Mairie de Secteur
12h30- Grand Brunch et animations pour enfants sur le thème Halloween du Théâtre du Gymnase- rue du théâtre Français
13h30- Évocation de l’incendie des Nouvelles Galeries du 28 Octobre 1938- Ateliers ludiques- Centre incendie de secours de la Canebière- en présence de l’Adjoint au Maire Julien RUAS
14h00- Générik Vapeur-Déambulation au rythme de la musique avec un énorme appareil photo qui immortalisera les moments clés-Départ Cours Belsunce arrivée Haut Canebière.

Et comme chaque dernier dimanche de la Canebière, la journée se terminera devant les Danaïdes et rue Consolat avec de nouvelles propositions musicales

Sur vos smartphones tablettes et ordinateurs, le programme en quelques clics. Une première carte avec 16 nouvelles animations proposées signalées de A à P sur les oriflammes postées sur la Canebière et sur les dépliants de la mairie du 1/7 et une seconde carte interactive signalant les propositions récurrentes d’un dimanche de la Canebière à l’autre marquées de 1 à 28 sur le dépliant et les oriflammes.

Clic!                          Clic Clic!

Une première carte avec 16 nouvelles animations signalées de A à P sur les oriflammes postées sur la Canebière et sur les dépliants distribués par la mairie du 1/7.
Une seconde carte avec 28 animations récurrentes signalées de 1 à 28 sur les oriflammes postées sur la Canebière et sur les dépliants distribués par la mairie du 1/7.
Retour au calme sur la Plaine.

Retour au calme sur la Plaine.

Les forains du marché de la Plaine opposés à leur déplacement en d’autres lieux pendant deux ans pour travaux ont reçu des réponses concrètes lundi à leur demande de la part du premier magistrat de la ville. Ils avaient menacé de bloquer à nouveau Marseille en commençant par le Vieux-Port s’ils n’étaient pas entendus.

J-C Gaudin reçoit les forains
capture de twitt

La Mairie de secteur des 4/5 arrondissement avait en effet refusé que les forains installent leur marché Boulevard Chave durant les travaux de rénovation de la place Jean-Jaurès dite La Plaine. Ils avaient organisé des manifestations bloquant partiellement la ville jeudi et vendredi dernier et obtenu un rendez-vous avec le Maire de Marseille Jean-Claude Gaudin afin de clarifier la situation. Les travaux de la place Jean-Jaurès d’une durée estimée à deux ans sont pour le moment suspendus en attendant que les choses rentrent dans l’ordre. Les forains demandaient de l’attention auprès de la mairie et de la société SOLEAM (Société Locale d’Equipement et d’Aménagement de l’Aire Métropolitaine) en charge des travaux de rénovation. « On veut se faire entendre» disaient-ils.

JC Gaudin TwittIls avaient prévenu la mairie que si ce dernier rendez-vous avec M. Gaudin n’était pas positif, ils continueraient de bloquer toute la circulation marseillaise. Des propos qui avaient pour objectif de faire pression sur la décision du maire et surtout de faire entendre leur désaccord. Le rendez-vous s’est déroulé lundi 1 octobre à 14h, réunissant des portes paroles des forains ainsi que le Maire. La réunion a été positive pour les forains. Le maire a décidé de partager le marché en deux, afin de permettre à une quarantaine de forains de profiter d’une partie de la place Jean-Jaurès durant la période de rénovation. Une partie des forains pourra donc continuer de travailler sur la place du marché (choisie en fonction de leur ancienneté) en attendant, l’autre partie sera accueillie sur d’autres marchés comme il était initialement prévu, et un système de roulement se mettra en place. Une aide financière sera apportée aux forains de la plaine. Le maire envisage notamment de réduire de 50% les tarifs de location de l’espace public. Les travaux de la société Soleam sont encore suspendus pendant une semaine.

Rappel du bras de fer entre les forains de la plaine et la Mairie

Après leur « opération escargot » le vendredi 7 septembre, les forains avaient réussi à décrocher un rendez-vous à la préfecture, réunissant l’adjoint maire en charge des emplacements, Marie-Louise Liotta et Gérard Chenoz, adjoint aux grands projets, ainsi que le président de la société Soleam. Après quatre heures de débat, selon la Provence, la mairie avaient autorisé le déplacement des forains du marché de la plaine.  « Les forains devraient s’installer sur le boulevard Chave (perpendiculaire à la ©Agatha Granddidierplace) dès la fin du mois » une décision qui faisait le bonheur des forains, mais le malheur des riverains du boulevard Chave. Cette décision avait provoqué une nouvelle polémique, les habitants du boulevard n’étant pas d’accord avec l’arrivée des forains « personne ne s’est préoccupé ou n’a pensé à demander l’avis des habitants de Chave » déclare Marie, une passante « Je ne comprends pas, le boulevard comporte une ligne de tramway et deux voies de circulation, où est ce que les forains vont garer leurs camions ? » se questionne Fatima, résidente du quartier.  « Vont-ils condamner l’entrée des magasins du boulevard Chave ? ».

En effet, les forains craignaient des discordes avec les autres forains des marchés où ils devaient être délacés, mais concernant les magasins implantés à Chave, ils n’ont pas demandé leur opinion « quel cauchemar, je vais les avoir devant chez moi » se désole Anaïs, une résidente. Les riverains appréhendent l’arrivée des forains, ils ont peur que le boulevard devienne sale, et concernant le stationnement ils sont furieux « je n’ai pas de parking dans mon immeuble, le marché c’est 3 jours par semaine, je ne sais pas comment je vais faire » ajoute Anaïs. Les forains devaient s’installer sur le boulevard à la fin du mois de septembre, restait à voir si des discordes entre les riverains et les forains apparaîtraient.

Le projet du marché de la plaine ne cessera jamais de faire polémique, à chaque solution, de nouveaux problèmes apparaissent. Selon le site « Made In Marseille » l’association Coté Eugène Chave « dénonce un choix incohérent et irresponsable » ainsi que « une pétition circulera en début de semaine, pour fédérer le maximum de commerces, le CIQ Chave/Eugène Pierre organisera également une pétition auprès des habitants de Chave ».

Et puis, coup de théâtre, la décision prise par la préfecture la semaine auparavant, a été annulée. Une nouvelle qui avait rendu les forains furieux. Ils avaient alors bloqué littéralement le rond-point du Prado en début d’après le jeudi 27 septembre. Plus de 240 forains avaient fait barrière afin de manifester leur désaccord avec les décisions de la Mairie. Les marseillais s’étaient retrouvés bloqués dans la circulation. C’était la pagaille dans le 8ème arrondissement. Les forces de l’ordre avaient été appelée en renfort pour sécuriser la zone. Rebelote le vendredi 28 septembre, en début de matinée. « Tout le monde peut nous voir et nous entendre, c’est un point stratégique » annonce un forain sur FranceBleu.  « On ne bougera pas » déclaraient les forains. Ils accusaient la mairie de se jouer d’eux et de ne pas prendre en considération leur demande. Ils se sentaient mis à la rue. Ils ne voulaient en aucun cas être dispersés sur les différents marchés de Marseille, comme l’avait indiqué Michel Marin dans un précédent article « Les forains de la plaine en crise » publié sur la Hune.

Agatha Granddidier & Lorine Sarkissian (IEJ2)

 

A lire aussi: Les forains de La Plaine en crise

 

 

Canebière#15: le patrimoine à l’honneur

Canebière#15: le patrimoine à l’honneur

logo les dimanches

Pour cette 15ème édition le 30 septembre, les “Dimanches de la Canebière” ont mis en tête d’affiche le Patrimoine qui en constituera le temps fort, annonce la mairie du premier secteur (1er & 7ème arrondissements) dans un communiqué du 21 septembre.

“Cette édition de septembre des Dimanches de la Canebière colle une nouvelle fois parfaitement avec l’identité profonde de notre ville dont la tradition millénaire assure la résilience et nourrit l’appétit pour la modernité”, déclare ce communiqué.

“Les “Dimanches de la Canebière” sont devenus le rendez-vous incontournable des
marseillais à chaque fin de mois. L’Art et la Culture y sont célébrés dans une ambiance populaire et festive, dont l’artère mythique de notre ville, piétonnisée pour l’occasion, devient la scène vivante”,  conclut la mairie.

Quelques précisions données par la mairie du 1/7:

“Le dimanche 30 septembre, patrimoine architectural et patrimoine immatériel se
conjugueront, offrant l’écrin prestigieux du Palais de la Bourse à une magnifique exposition de costumes des XVI ème et XVII ème siècle. Notre Mairie ne sera pas en reste, puisqu’elle accueille la magnifique exposition “Entreprises du Patrimoine Vivant”, un label qui distingue les entreprise régionales disposant d’un savoir faire d’exception, fortement enracinées sur notre territoire mais dont le nom rayonne dans le monde entier. Le patrimoine artistique et culturel de notre territoire sera aussi présent avec des danses et musiques, du folklore provençal, mais aussi de la musique classique, du Jazz, du Rock et du Rap grâce à nos partenaires Marseille Concert, Phocéa Rock, la Compagnie Julien Lestel, Lou Grihet ou encore le Roudelet Felibren.”

“En plus de vos habituels points de rencontre – Kiosque à musique du Square Léon Blum,
Mairie du 1&7, Office du Tourisme, Théâtres … – lieux de restauration – La Mercerie, Le
Petit Saint Louis, Chez Toinou … – et animations favorites – balades urbaines,
déambulations dans le “quartier des arts”, jeux pour enfants, philosophes publics,
marché des producteurs … – c’est donc le patrimoine, sous toutes ses formes qui est mis à
l’honneur et que nous allons fêter en cette fin de mois.”

“Alliant comme à son habitude tradition et modernité, Marseille nous offrira, à travers ce “Dimanche de la Canebière” de rentrée, le spectacle magnifique d’une ville ouverte, inclusive et imaginative, prompte à rassembler dans un moment de convivialité et de partage le public le plus large et le plus divers.”

A lire aussi: les temps forts D2K#15

Les forains de la Plaine en crise.

Les forains de la Plaine en crise.

Les forains du marché dit de la Plaine se révoltent contre leur déménagement forcé sur d’autre marchés en raison du réaménagement de la place Jean Jaurés où ils sont installés trois matinées par semaine. Avant eux, ceux du marché des Capucins dit marché de Noailles déplacés du mois de janvier au mois de juin 2018 en haut de la Canebiere dans le cadre de la réhabilitation du centre-ville. Les forains des allées de Meilhan en haut de la Canebiere avaient aussi déménagé en 2017.
©Agatha GranddidierLes forains de la Plaine cherchent à obtenir un accord de la Mairie afin de poursuivre leur activités commerçantes à proximité de la place, sans être déplacé ou séparés de leur habitudes. Les forains craignent de perdre leur clientèle fidèle, et les discordes qui pourraient apparaitre avec les autres commerçants des autres marchés en cas de déménagement.

Marseille s’efforce de rénover la ville et de développer son attractivité. Dans son projet de rénovation, les travaux sur la place du marché de La Plaine ont provoqués de nombreux désaccord entre les forains et la Mairie. La ville a pour ambition de réaménager la place Jean-Jaures, ce qui entraine obligatoirement une délocalisation du marché de la plaine… les forains se révoltent « mon stand sur ce marché c’est mon gagne- pain, cela fait 23 ans que je©Agatha Granddidier suis ici, j’ai une clientèle fidèle, et avec ce projet je ne sais pas où je vais aller » déplore Sandrine une foraine « nous voulons qu’une partie de la plaine soit conservé durant les travaux, ou alors que l’on s’installe sur le boulevard Chave, mais on ne reçoit aucune réponse des élus » rajoute-elle. « La ville oublie que la plupart des forains vivent grace à ce métier, et à leur place sur le marché, mais ils veulent mettre entre parenthèses la vie des forains et même des familles entières » se consterne Sandrine.
« Tout ce que nous proposons c’est de continuer à travailler sur notre périmètre, nous comprenons que la ville doit être rénové, nous demandons juste de trouver une solution afin de respecter le travail de chacun » argumente Michel Marin président du syndicat des marchés de France. Le déplacement des forains sur d’autres marchés déjà implantés est risqué « les commerçants vont voir débarquer une concurrence, on craint les discordes qui vont apparaitre entre les forains ». En ce qui concerne les autres marchés, aucun forain de la Plaine ne sait s’ils sont favorables à leur arrivée « je ne comprends pas pourquoi personne n’a demandé l’avis des forains des autre marchés sur ce déménagement » se désole Michel Marin. De nombreuses solutions ont été proposées aux élus de la part des forains et portes paroles, mais rien n’y fait « on veut faire un système de rotation, durant les travaux, des forains iront sur le boulevard Chave, on a envoyé des courriels mais à l’heure actuelle personne ne nous a répondu ».
Les portes paroles des forains n’ont reçu aucuns élus, mais les marchands et les habitant du quartier de la plaine soutiennent cette démarche « nous avons 1.300 signatures du collectif de la plaine, qui comprend les riverains et les forains » se réjouis Michel Marin. Les habitants du quartier de la plaine se désolent de voir disparaitre durant une longue durée l’ambiance conviviale du marché « Les habitants du quartier nous épauleront sur le projet et sur toute les manifestations » argumente le syndicat.
©Agatha GranddidierSuite à la manifestation « opération escargot » qui s’est déroulé vendredi 7 septembre, rassemblant plus de 250 véhicules, la préfecture a décidé de fixé officiellement un rendez-vous avec les forains jeudi prochain à 18h. Les forains veulent défendre leurs droits « personne ne prend la responsabilité de ce qu’il doit se faire, on veut des réponses concrètes » , « on ne s’oppose pas aux travaux » déclare le président du syndicat des marchés de Provence. Leur position est délicate, car les travaux sont prévus pour ce samedi 15 septembre, ce qui laisse peu de temps aux forains pour avoir des réponses à leur demande. La société Soleam (Société locale d’équipement et d’aménagement de l’aire Métropolitaine) participe au projet de rénovation, les forains veulent que l’entreprise assiste à la réunion.
Rappellons qu’au début de l’année 2018, le marché de Noailles a subi les mêmes restrictions de déménagement « temporaire » des forains, et les travaux avaient suscités de nombreuses discordes. Des banderoles et slogan « Une Canebière pour tous les Marseillais », accusant la ville de vouloir attirer uniquement une clientèle « de luxe », et de mettre de côté tout les autres.

Agatha Granddidier
Lorine Sarkissian

A lire aussi: le marché de la Plaine 2.0