Archives de
Catégorie : Scribouillages

Scribouillages

D2K#18 le 31 mars

D2K#18 le 31 mars

affiche D2K#18La 18ème édition de la troisième saison des dimanches de la Canebière (D2K#18) aura lieu le 31 mars de 10h à 17h sur la Canebière piétonnisée et alentours immédiats. Sur le thème principal de la musique, 56 événements ont été labellisés plus le marché des producteurs et de nombreux lieux de restauration. Pour le programme complet à lire sur ordi, tablette et smartphone, cliquez sur l’image à gauche.

Alors que commence l’année de la Gastronomie en Provence, MPG2019, avec le printemps, du mercredi 21 mars jusqu’au 31 décembre 2019, cette nouvelle édition est une préfiguration de ce que pourrait redevenir la Canebière. Cette artère centrale de Marseille qui a perdu de son lustre d’antan devrait être en grande partie piétonne avant la fin de l’année. Elle devrait accueillir quatre nouvelles brasseries en 2020 pour redonner vie à ce quartier deconsidéré depuis des années et devenu une frontière entre le nord et le sud de la ville.

Nombre de commerces ont fermé faute de chalands. Les enseignes du centre-ville changent de dénomination dans un turnover incessant avec nombre de rideaux définitivement baissés. Une désaffection due, selon les commerçants, à l’installation de grandes surfaces commerciale au Centre Bourse en cœur de ville, aux terrasses du port au nord et aux Docks ou au rond-point du Prado au sud.

La mairie centrale à majorité LR, aiguillonnée par la maire du premier secteur Sabine Bernasconi (LR) des 1er et 7ème arrondissements, et largement aidée et soutenue par le Conseil Départemental (CD13) dont elle est vice présidente, s’est laissée convaincre de reprendre le plan de ville à partir de l’artère mythique de Marseille connue du monde entier. La présidente (LR) du CD13, Martine Vassal, également présidente de la Métropole Aix-Marseille Provence, a décidé de requalifier le centre ville pour stopper la désertification et lui redonner de la vie. Avec des actions culturelles le rachat de pieds d’immeubles et de boutiques abandonnées cette politique vise à un renouveau de commerces de proximité que les élus souhaitent différents des offres des grandes enseignes.

Le but premier des Dimanches de la Canebière est de “créer du lien” autour de la culture selon son initiatrice Sabine Bernasconi, maire du 1er secteur. Le but second, selon Solange Biaggi (LR) adjointe au maire en charge du commerce et du centre-ville à la mairie centrale, est de “recréer du flux” pour ré-achalander les commerces.

zoom sur D2K#18

 

Une histoire de Marseille en 90 lieux

Une histoire de Marseille en 90 lieux

histoire de marseille_1Jules Verne nous a fait faire le tour du monde en 80 jours et passer cinq semaines en ballon: il s’est trompé de quelques minutes sur le voyage de la terre à la lune;  il nous a fait voyager avec Michel Strogoff jusque dans le transsibérien qu’il n’avait pas pris. Judith Aziza nous propose une autre aventure sans quitter Marseille: découvrir ou redécouvrir cette ville qui déchaîne les passions. Elle propose une “Histoire de Marseille en 90 lieux du 16ème au 20ème siècle”.

Historienne elle a retrouvé des documents d’archive qu’elle replace dans leur contexte avec force illustrations. Une page de texte une page de photos anciennes et actuelles.  Judith Aziza divise son ouvrage en trois parties avec une présentation historique de chaque période: du 16ème au 18ème et l’extension de la ville, la mutation du port au 19ème avec une présentation de la Canebière puis des infrastructures et monuments du 20ème.  Elle fait partager sa passion depuis plusieurs années déjà sur Facebook sur un groupe public créé en 2016 “une histoire de Marseille” avec annonce de ses conférences.

 

histoire de marseille_2Un ouvrage intéressant, facile à lire et à consulter pour suivre une histoire qui se dessine au fil des 223 pages de ce livre.

Editions Gaussen, 23€.

 

 

Requalification du Centre-Ville

Requalification du Centre-Ville

Le centre-ville de Marseille autour de la Canebière devrait retrouver d’ici 2020 son lustre et sa vitalité d’antan et être requalifié en zone de vie avec cafés, brasseries, espaces coworking, rues piétonnes et laboratoires d’idées. Aucune date n’avait été avancée au début de ce projet par Sabine Bernasconi, la maire (LR) du secteur également vice présidente du Conseil Départemental. Son premier pari, dès 2016, était d’intéresser les associations culturelles au développement de l’attractivité de la Canebière et d’y associer les habitants avec les manifestations mensuelles des dimanches de la Canebière qu’elle a lancées en janvier 2017. Ensuite elle a réussi à entraîner dans son sillage les autres élus de la ville et du département, ceux qui y croyaient et ceux qui n’y croyaient pas. Aidée par la présidente (LR) du conseil départemental des Bouches-du-Rhône et présidente de la Métropole Aix-Marseille Martine Vassal, elle est en passe de réussir son pari. Après la réhabilitation de la rue Saint-Ferréol, du Vieux-Port, de la rue Paradis  et de la place du marché des Capucins, et en attendant la nouvelle place Jean-Jaurès dite La Plaine (dont les travaux commencés par la ville entre trois secteurs municipaux font encore débat), le drame de la rue d’Aubagne où 8 habitants ont perdu la vie le 5 novembre 2018 sous les décombres de leurs immeubles vétustes avait suspendu les annonces d’embellissement du centre-ville. Trois mois après ce drame encore dans tous les esprits, des poursuites judiciaires sont lancées à la recherche des responsablités. Le temps a repris son cours.

Lancement officiel le 7 mars des grands travaux de requalification du centre-ville avec piétonnisation partielle de la Canebière orchestré par Martine Vassal et Sabine Bernasconi.

Revue de presse:

Destimed.fr:  >

Métropole Aix-Marseille Provence : Martine Vassal lance les travaux de requalification du centre-ville de Marseille
vendredi 8 mars 2019
Après avoir financé la requalification des centres-villes d’Aix-en-Provence, Salon-de-Provence, La Ciotat, Gignac-la-Nerthe, Cassis, Ceyreste, la Métropole Aix-Marseille-Provence intervient dans le centre-ville de Marseille. Martine Vassal, présidente de la Métropole et du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, a lancé les travaux de requalification ce jeudi 7 mars, entourée de Sabine Bernasconi, maire du secteur et Laure-Agnès Caradec, conseillère de la Métropole, vice-présidente du Territoire Marseille Provence, par une visite de chantier notamment dans le 1er arrondissement : Cours d’Estienne d’Orves, Cours Jean Ballard, rue Francis Davso, rue Bir Hakeim…
Lire la suite de l’article de Michel Caire sur destimed.fr, clic

 

Lire aussi la présentation de cet événement par le site MadeinMarseille, clic

Top départ de la requalification et la piétonnisation du centre-ville de Marseille

A lire encore la présentation officielle par le site de la Métropole Aix-Marseille, clic

 

D2K#17 Portfolio

D2K#17 Portfolio

La 17 ème édition des Dimanches de la Canebière (D2K#17) résumé en un portfolio réalisé par Fabio Piazza, étudiant en deuxième année de l’Institut Européen de Journalisme (IEJ) partenaire de la Hune de Canebière : clic

A lire également le bilan en images de cette journée par Vincent Tolmau, étudiant en troisième année de l’IEJ: clic

et les Instagrams et Twitts postés dans la journée du dimanche 24 février 2019 et toujours consultables sur ce site par Agatha Grandiddier (IEJ2)

 

 

Artistes en herbe rue de la République

Artistes en herbe rue de la République

©zalAprès trois ans de collaboration avec l’association les clés de la cité, les enfants de huit écoles primaires publiques de Marseille (La Pauline, Convalescent, Les Abeilles, Vallon de Tuves, La Savine, Palanque, La Bricarde et La Castellane) ont vu enfin leurs œuvres exposées au grand public. Agés de huit à onze ans, les écoliers ont revisité leurs quotidiens à travers une approche artistique. Ainsi ils ont réussi à reproduire -plutôt fidèlement- leurs quartiers, leurs maisons ou encore leurs établissements.
Rentrant dans le cadre du projet « De la ville vue par les enfants à la ville pour les enfants », il s’agit au départ de faire partager aux enfants leurs façons de voir Marseille. “Matins Urbains” a pour but de «réunir toutes les productions des enfants et de voir ce que ça donnait» dit Antoine Bennahmias avant d’ajouter « et ça a bien donné » sur un ton plus que satisfait.
Logées par l’association 3013 dans leurs galeries du 52 & 58 rue de la République, les productions ont étés admirées par près de 450 écoliers et 400 amateurs avec vernissage et finissage. Un succès certain pour un événement qui a également réussi a susciter la curiosité des passants. « Il y a des jours où il ‘y avait 40-50 personnes, soit des gens qui passaient un peu au hasard ou d’autres qui étaient au courant de l’exposition » précise le fondateur des “Clés de la Cité”.

Textes et photos Fabio Piazza (IEJ2)

Fondée en 2014 par Antoine Bennahmias et Claire Pozé l’association « Les Clés de la Cité » est située dans le 1er arrondissement de Marseille. Elle vise à créer des projets urbanistes, d’innover et de partager des créations d’artistes avec le public. Impliquée dans ses fonctions, l’association mène à bien le projet « Matins Urbain » avec plusieurs enfants de différentes écoles marseillaises, afin de les intéresser à l’environnement de la ville. L’association se projette, et veut mettre en place de nouveaux projets pédagogiques concernant l’urbanisme : qui devient un enjeu de plus en plus attractif pour les investisseurs.    FP
Marseille 3013, Capitale de la Culture (suite)
Un groupe d’artiste imagine la cité phocéenne dans mille ans, et continue d’impressionner son public avec ses événements culturels et ses créations utopiques et décalées dans deux lieux mis à disposition par les propriétaires aux numéros 52 et 58 rue de la République.
Après 2013, Marseille n’a rien perdu de ses ambitions de culture et continue sur sa lancée. Ce titre de capitale européenne a permis à la ville l’apparition de zone de créations artistiques participatives jusqu’à lors inexistantes. Depuis l’été de la même année, un collectif d’artistes, de créatifs et de chercheurs parviennent à prolonger le premier OFF de l’histoire des capitales européennes de la Culture. L’idée de départ du groupe était d’imaginer Marseille de façon utopique.
En 2017, vingt artistes ont sorti de leur imagination ce que serait vingt sites marseillais dans mille ans et ont exposé en plein air leur œuvre « Next City » sur des bâches peintes disposées sur des vitrines de boutiques vides rue de la République. L’objectif, faire rêver et faire voyager les spectateurs à travers le temps… jusqu’en 3013.
Depuis le 5 février et jusqu’au 15 février, Marseille 3013 est l’hôte de l’exposition « Matins Urbains» en collaboration avec des enfants de huit écoles publiques de la ville (école de la Castellane, des Abeilles, la Pauline, les Convalescents, Vallon des Tuves, Palanque, et de la Bricarde). Ce projet qui rentre dans le cadre « De la ville vue par les enfants à la ville pour les enfants », est proposé par l’association Les Clé de la Cité qui met en avant les œuvre de ces jeunes artistes en herbe de huit à onze ans (voir plus haut)
FP
D2K#17 Temps Forts & programme

D2K#17 Temps Forts & programme

 

affiche D2K#17 La 17ème édition des Dimanches de la Canebière sera piétonne et extrèmement sécurisée pour la troisième saison de cet événement dans le 1er secteur de Marseille marqué début novembre par le drame de la rue d’Aubagne qui a fait 8 morts ensevelis sous les décombres de leurs immeubles vétustes.

Cette nouvelle édition sera l’occasion de partager avec les enfants et les personnes déplacées des immeubles évacués, a dit la maire (LR) de secteur Sabine Bernasconi à l’initiative de ces manifestations le dernier dimanche de chaque mois depuis janvier 2017.

Vous trouverez le programme de ce dimanche réalisé par Vincent Tolmau (étudiant en journalisme IEJ3) en cliquant sur l’affiche du 24 février ou ici.

conf presse SB D2K#17Sur tablette et smartphone, depuis la légende vous pourrez trouver les différentes activités proposées et le cheminement pour vous y rendre.

Vous trouverez également ci-après les points forts de cette journée de 10h à 17h avec une prolongation à partir de 18h sur la place des Danaïdes avec de la musique programmée par La Meson.

 

Les lettres et chiffres en référence sont ceux indiqués sur les dépliants distribués par la mairie du 1/7 pour cette 17 édition.

Temps forts Dimanches-Canebiere-Depliant-Fev-2019-1

 

 

 

Rue de la République : tout n’est pas perdu!

Rue de la République : tout n’est pas perdu!

©Benmouloud Skander
Place Sadi Carnot angle République/Colbert

Depuis bientôt dix ans la rue de la République peine à redevenir attractive. Des grandes enseignes Celio et Mango ont mis la clé sous la porte courant 2017 après Esprit en 2015 et récemment H&M fin 2018. Ce problème est devenu de plus en plus inquiétant. Il s’est accentué après l’ouverture des Terrasses du Port au bout de la rue au nord en 2014 ainsi que la rénovation du Vieux Port et du Centre Bourse à l’autre bout de la rue. Cette désertification progressive a entraîné la fermeture de plusieurs magasins, et des grandes enseignes de marques « C’est dommage, cela fait 20 ans que j’habite dans le quartier, je trouve ça regrettable que les commerces ferment » se désole Nadine, une habitante du secteur « les gens ne font plus que passer par cette rue » rajoute elle.

©Agatha Granddidier
vers La Joliette

En 2015 déjà, les médias s’intéressaient de près à cette situation qui devenait plutôt alarmante pour les propriétaires immobiliers. Quatre an plus tard, rien n’a changé, cette rue qui devait être le « Champs Elysée Marseillais » est loin du compte. Cette artère reliant le Vieux Port au nouveau quartier d’affaires de la Joliette est devenue une simple rue de passage plutôt qu’une rue commerçante.
Sandra Chalinet, ancienne gérante des Terrasses du Port pourra-t-elle sauver la rue de la République de ce triste sort ? Tel est le pari de Constructa Asset Management qui a fait appel à son aide et l’a mise aux commandes du projet qui vise à redorer l’image de cette rue. Directrice des Terrasses de 2010 à 2018, elle est jugée comme la seule qui peux sortir le secteur de cette période compliquée.

©agatha Granddidier
Vers le Vieux-Port

Ce problème touche de nombreuse associations, tout comme l’association La République des commerçants qui a pour objectif de dynamiser cette rue. Implanter les mêmes enseignes de marques que l’on retrouve dans les centres commerciaux ou ailleurs n’est pas le meilleur moyen de donner un second souffle à cette rue. Le concept est d’attirer le maximum de co-working comme Babel Community (qui devrait par ailleurs ouvrir un grand espace rue Saint Ferréol  à la place des Galeries Lafayettes) ainsi que des ateliers de nettoyage de baskets, des boutiques vintage des commerce de proximité etc… Ce projet est un moyen plutôt original de faire de cette rue un lieu atypique, hipster, et décalé.

Agatha Granddidier & Fabio Piazza (IEJ2)

Vieux-Port : un port de plaisance ?

Vieux-Port : un port de plaisance ?

 

Avec la nouvelle gare maritime, c’est tout un secteur qui se dessine comme un port de plaisance. Depuis 2013 et le projet de requalification du Vieux-Port, la ville essaie d’attirer les touristes en multipliant les aménagements. Pour les marseillais, leur Vieux-Port est toujours un lieu de rassemblement et ces ajustements n’ont fait qu’améliorer leur quotidien. 

©zal

Entre lieu de vie incontournable des marseillais et port de plaisance, le Vieux-Port retrouve une place importante au sein de la cité phocéenne. Auparavant et jusqu’au 19e siècle, il était le cœur économique de Marseille. Le port était une véritable plaque tournante avec une activité maritime très intense. Peu à peu le Vieux-Port a perdu de son prestige avec le déplacement des activités maritimes.

©zal

©zal

Les excursions maritimes présentent de nombreux atouts pour la ville. Le cadre est idyllique : quand le bateau démarre, le soleil tape, le mistral souffle, on entend les mouettes et le clapotis de l’eau, les paysages sont à couper le souffle, sur la gauche, Notre-Dame de la Garde et sur la droite le Mucem accolé au Fort Saint-Jean … Une véritable carte postale !

Toujours un lieu de vie pour les marseillais

Malgré les nombreux aménagements, le Vieux-Port a gardé son charme. Les marseillais prennent toujours plaisir à venir flâner le week-end et tous les matins, sur le quai des Belges, où se tient le traditionnel marché aux poissons. Le projet de réaménagement du Vieux-Port, récompensé par plusieurs prix internationaux, comme celui du meilleur espace public européen 2014, avec des trottoirs plus larges destinés aux piétons, a conquis de nombreux marseillais. Désormais, ils attendent avec impatience la future piste cyclable sur la Corniche Kennedy prévue pour 2022.

Vincent Tolmau (IEJ3)