Archives de
Étiquette : 11 ème dimanche de la Canebière

Sourires dans la poussière cours Jean Ballard

Sourires dans la poussière cours Jean Ballard

©zalLa requalification du centre-ville de Marseille lancé par la Métropole Aix-Marseille-Provence a officiellement commencé. Le cours Jean Ballard, situé à deux pas du Vieux-Port fait partie des premiers chantiers de requalification d’envergure après la rénovation de la rue Paradis fin 2018. Le projet qui vise entre autre à piétonniser le secteur, fait le bonheur des promeneurs et des commerces en dépit de la poussière des chantiers.

« C’est génial ! Franchement c’est une belle initiative de réduire progressivement le ©Fabio Piazzapassage des voitures. » se réjouis Anna Poutet, étudiante et amoureuse du cours Jean Ballard et de ses nombreux bars. Ce projet de rénovation qui a débuté en début de mois de mars accentue ses travaux sur l’aménagement du centre-ville. Changement des vieux pavés du cours d’Estienne d’Orves piéton depuis les années 90, aménagement des accès du cours Jean-Ballard, création de pistes cyclables et nouveaux tarifs des parkings sous-terrain, afin de limiter au maximum le flux important de voitures.
Les transports en commun sont aussi repensés pour y faciliter l’accès des bus. Nouvelle desserte qui se veut plus performante devant le Centre Bourse, de l’autre côté de la Canebière pour la gare de bus Bir Hakeim / Fabres et installation d’un terminal bus cours Jean Ballard. Les lignes 97, 89, 70, 49, 32 et 31, préserveront leurs terminus devant le Centre Bourse. Les bus 80, 61, 57, 41, basculeront quant à eux sur le cours Jean Ballard. La ligne 41 qui traversait La Canebière, poursuivra depuis la rue Paradis, sur le cours Puget, puis empruntera la rue du Fort Notre-Dame ainsi que le quai de Rive-Neuve avant de rejoindre son terminus sur le cours Jean Ballard. Depuis son terminus de Bir Hakeim, le bus 49 cheminera par les rues Avierinos, de la République, ©Fabio PiazzaGrand Rue et Bonneterie pour rejoindre le quai du Port avant de retrouver son itinéraire habituel. Dans le sens retour, le bus empruntera l’avenue Saint-Jean, les rues Caisserie, Bonneterie et Coutellerie pour rejoindre la rue Avierinos et son terminus de Bir Hakeim. La ligne 81 n’empruntera plus La Canebière ni la rue Breteuil, elle passera désormais par le cours Lieutaud, le boulevard Louis Salvador et le cours Pierre Puget. Pour finir, la ligne 83 verra son terminus déplacé au niveau du Mucem.

Un projet qui veux redynamiser le secteur

« C’est une bonne chose pour tous les bars, il y aura plus de passage ça va attirer plus©Fabio Piazza de client. Et moins de pollution. » souligne Habib barman du Marengo. Bien qu’axé sur la piétonisation du secteur, le programme prévois tout de même de créer 440 places pour les résidents en voiture et 280 places pour les deux roues dans les parkings souterrains du centre-ville. Le dessin prévoit quelques 22 hectares de surfaces piétonnes, qui se concentreront notamment sur le bas de la Canebière ainsi que dans les rues de l’Opéra. Le cours Ballard deviendra une « zone de rencontre » entre voitures et promeneurs et la vitesse sera probablement abaissée à 20 ou 30 km/h. La requalification, qui penche aussi a végétaliser de nombreux sites, projette également la plantation de plusieurs centaines d’arbres (entre 300 et 500). Un projet dynamique qui veux rendre plus attractif le centre et qui veux offrir à Marseille « un centre-ville de ce nom.», comme l’a rappelé Martine Vassal, présidente de la métropole et du département des Bouches-du-Rhône.

Fabio Piazza (IEJ2)

En savoir plus sur la requalification du centre ville de Marseille: clic

Dimanche #11 l’ère d’antan

Dimanche #11 l’ère d’antan

Le temps d’une journée, la Canebière a retrouvé son charme d’avant guerre. Entre musiques classiques et clichés photographiques cette onzième édition des dimanches de la Canebière aura transporté les Marseillais dans cette atmosphère d’antan. Sabine Bernasconi la Maire des 1er et 7e arrondissement voulait retrouver le passé glorieux de cette artère incontournable de Marseille en créant les Dimanches de la Canebière, il y a maintenant un an.. C’est une initiative réussie tant la formule mensuelle attire de plus en plus. En témoigne la foule présente à l’occasion du Nouvel an chinois célébré le 25 février dernier et celle présente aujourd’hui. 

Dimanche 25 marsConcernant cette onzième édition la journée a été rythmée par de nombreux concerts. Parmi eux, le théâtre Nono qui a ouvert le bal avec un spectacle réunissant plus de 40 artistes russes et français. Peu après ce sont les élèves du Conservatoire de Marseille qui  ont présenté un spectacle musical haut en couleur. Et pour les amoureux du rock n roll, l’ association Guitar Picking a proposé un hommage à Johnny Hallyday en reprenant ses plus belles chansons.

Dimanche 25 mars (3) Un peu plus loin en remontant l’avenue, il était impossible de manquer les multiples activités animées par les Marins-Pompiers de Marseille qui fêtaient leur 79ème anniversaire. Parcours du jeune pompier, tyrolienne ou encore sensibilisation aux gestes qui sauvent, les soldats du feu ont montré toute l’étendue de leur métier. “ Au delà de la date anniversaire, c’est aussi une belle opportunité de sensibiliser chaque passant sur les bons comportements à adopter”, expliquait le pompier Dufour.  Rare furent les moments de calme au square Léon Blum tant la ferveur était de mise.

Dimanche 25 mars (2)La Canebière a finalement repris vie par les clichés des photographes du projet participatif «En descendant la Canebière». Le collectif  Centre Régional Information Jeunesse Provence-Alpes-Côte d’Azur collecte depuis trois mois les photos historiques des familles marseillaises sur la Canebière mais aussi arpente les rues pour prendre des clichés des familles présentes aujourd’hui. Voilà un beau moyen de figer cette journée à l’ère d’antan.

Retour en image sur ce onzième Dimanche de la Canebière

Bastien Audibert (IEJ 3), Vincent Tolmau (IEJ 2) & les Siam’s (IEJ 3)

Canebière #11 “En descendant la Canebière”

Canebière #11 “En descendant la Canebière”

MP 2018 Quel Amour ! Redonne vie au projet photographique « En descendant la Canebière » pour le prochain Dimanche de la Canebière.

C’est le 9ème Dimanche de la Canebière* qui a relancé ce projet photo, commencé des années auparavant. Un autre monde, où l’appareil photo était un objet magique et le téléphone portable n’existait même pas. Des années 30’ aux années 60’, des familles marseillaises se sont fait tirer le portrait, sur l’artère mythique, par des photographes « ambulants, fréquemment appelés photo-stoppeurs ou photo-filmeurs ». Une immense bibliothèque de photographies remise au gout du jour.

A travers ses « photos-surprise », vous pourrez peut-être tomber sur un de vos aïeules ou juste observer ces inconnus qui se pavanaient sur la Canebière des années avant vous. Si l’envie vous prend, vous pouvez aussi faire comme ces familles marseillaises et laisser un photographe capturer un moment de votre vie sur l’artère de 11h à 17h. Et dans un siècle, ce seront des inconnus ou non qui pourront vous observer à leur tour.

Si pour vous l’appareil photo n’a pas de secret, ou au contraire vous ne comprenez pas comme un si petit objet peut capturer et retranscrire de telles images. Venez fabriquer un appareil photo open source et redécouvrir comment était dans les années 30’, la photographie. Atelier avec Victor-Pierre Lugassy à partir de 14h au CRIJ**.

Ce projet est à l’initiative de Jean-Pierre Moulières*** en collaboration avec ZINC*** (Centre des Arts et Cultures Numériques) en partenariat avec le Bureau des Guides – GR 2013, le CRIJ Provence-Alpes-Côte d’Azur et Urban Production.

* Retrouvez notre précèdent article ici

** Inscription ici

*** Zinc & Pierre Moulière

Sacha Sacenda

Pop min l’artiste à fleurs

Pop min l’artiste à fleurs

Une forme géométrique laisse entrevoir des possibilités infinies en peinture, Pop min (Alexandra Scemama) exploite pleinement celles-ci sur ses toiles. Dimanche 25 mars à l’occasion de la onzième édition des dimanches de la Canebière, l’artiste peintre présente une exposition « Prémices d’abondance ». Les passants pourront découvrir l’univers pop minimal d’Alexandra Scemama dans son Atelier Galerie situé au 1 rue Clapier à Marseille, perpendiculaire au boulevard Longchamp. La galerie est ouverte toute l’année du mercredi au samedi et les derniers dimanches du mois. La jeune peintre sérigraphe tire son nom d’artiste du mélange de deux courants: le Pop art et l’art minimaliste. L’éclat des couleurs fait ressortir son côté Pop art, tandis que la couleur intacte du blanc fait ressortir son côté minimaliste.

atelier-galerie-popmin-

Elle s’inspire de la forme du motif floral, mais selon ses mots « ce sont des fleurs qui ne ressemblent pas à des fleurs ». « L’idée est de partir de quelque chose de simple comme un carré ou un rond, ensuite je vais le déformer et y rajouter ma touche personnelle», résume Alexandra Scemama qui est installée depuis 2014 à Marseille. Depuis cette date elle dédie sa vie à la peinture. « Pop min » est une artiste en  recherche permanente, cela fait très longtemps qu’elle manie les couleurs et le motif floral. Tous ses travaux partent de la même figure géométrique, ensuite c’est son imagination du moment qui va faire la singularité de son tableau.

Pour en savoir plus, le site de l’artiste: http://www.alexandrascemama.com

Vincent Tolmau (IEJ 2)