Archives de
Étiquette : vieux-port

Les « Batobus » de retour en bas de la Canebière

Les « Batobus » de retour en bas de la Canebière

Depuis samedi 28 avril, les navettes maritimes font leur retour dans la rade de Marseille. Au départ des Goudes, de la Pointe Rouge, du Vieux Port en bas de la Canebière, où de l’Estaque. L’année passée c’est quelques 345 000 passagers qui ont empruntés le pont des bateaux bus. Crée en 2010 sous l’impulsion de Christian Pellicani, Conseiller métropolitain Front de Gauche et président de l’association Citoyen 13, les « Bateaux-bus » fêtent leur 7éme été. Créés (entre autres) pour désengorger les routes de Marseille et notamment l’unique voie d’accès aux Goudes qui passe par la Pointe-Rouge et la Madrague de Montredon. En saison estivale l’avenue de Montredon est tellement congestionnée que cela pourrait presque faire partie du patrimoine pittoresque du 8ème, dit-on à Marseille.
Navettes Vieux-Port ©Théo PotiéToutefois, les navettes maritimes ne séduisent pas tant les travailleurs pendulaires et restent cantonnées à une utilisation touristique, « c’est un point négatif », regrette Christian Pellicani contacté par téléphone. Pourtant le gain de temps est mis en avant par l’association Citoyen 13. En 2011 un chronométrage supervisé par un huissier montre un trajet Vieux-Port/Pointe-Rouge de 20 minutes par la mer contre 45 minutes par la route. « On ne touche pas le cœur de cible », constate Christian Pellicani, qui peste contre une réduction du temps d’activité des lignes (mai-septembre) et des horaires (7h-22h en été) ainsi que contre une hausse du prix du ticket. « Guy Teissier à doublé le prix de 2,5 à 5 euros, cela élimine beaucoup d’utilisateurs occasionnels », explique-il. « Cela devient de plus en plus un projet touristique et non un moyen de se déplacer à Marseille comme transport collectif », continue le président de Citoyen 13. Temps maussade pour les navettes ©Théo Potié
Et même pour une offre touristique il juge que les navettes ne sont pas adaptées, « pour les touristes qui dépense déjà au restaurant, un voyage à 40 euro A/R pour une famille de 4 c’est trop, ils vont préférer prendre un taxi ». De plus la dernière navette étant a 22h, cela ne leur laisse pas beaucoup de temps pour le digestif. Un des hôtes d’accueil aux navettes déclare qu’il se voit plus comme un représentant touristique de la ville. « Des travailleurs je n’en vois pas, même tôt, je pense qu’il y’a quasiment que des touristes », explique-il. Pour les touristes la navette est pourtant un bon moyen d’allier transport et tourisme. « C’est un super moyen de visiter et de se déplacer. Londres a ses bus et Marseille ses bateaux ! » s’enthousiasme un couple belge en visite dans le sud de la France.
L’objectif pour Christian Pélicani est de rassembler grâce à une pétition le plus de gens autour de son projet pour fin 2018 en vue du vote du budget de 2019. « Vu que certain sont en période électorale, on peut espérer les faire fléchir pour devenir raisonnable », commente Christian Pellicani.

Théo Potié (IEJ)

Symbole de Marseille, l’histoire du Vieux-Port

Symbole de Marseille, l’histoire du Vieux-Port

©ilona Di'Méco

Au coeur de l’histoire de Marseille, il est possible de découvrir le Vieux-Port et ses environs en seulement deux heures. L’Office du Tourisme et des Congrès (OTC) propose des visites guidées chaque vendredi à partir 14h du plus vieux port français.
Au cours d’une visite effectuée le 1e septembre, les vestiges autour du Vieux-Port de Marseille n’avaient plus de secret pour deux touristes alleIMG_1864mandes et bretonnes qui ont suivi le guide. Tout au long du parcours, on y ressent l’atmosphère de la ville et l’effervescence des marseillais.
Des visites guidées « Autour du Vieux-Port » sont proposées tous les vendredis (8, 15, 22, 29 septembre) jusqu’à la fin du mois y compris sur inscription le week-end dès 15 et 16 septembre pour les journées Europénnes du Patrimoine. La basilique Notre-Dame de la Garde, La Canebière, l’abbaye Saint Victor des premiers IMG_1875chrétiens, l’Hôtel de Ville, La Cathédrale de la Major, le buste du Christ construit par Pierre Puget « le Michel-Ange français », en passant par le quartier du Panier… 87 hectares à parcourir du Panier à la gare construite XIXe siècle.©Ilona Di'Méco

On y découvre ses origines à l’époque gréco-romaine, nommée par des grecs venus de Phocée depuis les côtes anatoliennes il y a 26 siècles, avant que la ville soit colonisée et devienne un port militaire avec ses galères et ses arsenaux.
« Les bateaux amarraient sur le Vieux-Port. Au 19e siècle, il est devenu le premier port industriel de France » précise Nathalie, guide touriste.
Après la 2e guerre mondiale et la guerre d’Algérie, la ville s’effondre économiquement. « Ces monuments de la place aux Huiles au bassin carénage, sauvés in extremis, sont modernisés par IMG_1854la ville depuis 2013. Par exemple, le bâtiment où était produit « Le petit provençal » puis « Le provençal », rue de la Darse, avant de déménager. Les Arsenaux, on y déchargeait les marchandises, transformés en une boutique et un restaurant à l’enseigne des Arcenaulx… »
La visite sera truffée d’informations et d’anecdotes comme celle concernant le quartier du Panier à l’origine de l’expression « La main au panier », et sur la vieille ville au nord du Vieux-Port jusqu’aux axes est/ouest de la Canebière.

Ilona Di’Méco (IEJ)

en savoir plus sur la journée Européenne du Patrimoine à Marseille:

jep_2017_c_mcc_-_atelier_25-635b9